VEDĀNTA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un darśana métaphysique

Le mot « vedānta » apparaît pour la première fois dans les Upaniṣad (vers le ve s. av. J.-C.), où il désigne déjà la métaphysique dont l'étude prolonge et « achève » celle du Veda. L'acquisition du savoir théologique par le novice (brahmacārin) se faisait, en effet, selon un ordre rigoureux : d'abord la mémorisation des hymnes védiques et de leurs commentaires (brāhmaṇa), puis apprentissage du rituel, enfin théologie proprement dite sous la forme d'une discussion des Upaniṣad. À ce programme obligatoire pouvait s'ajouter, pour les plus doués des étudiants, des disciplines plus spécialisées telles que la grammaire, la logique, la philosophie. C'est cette dernière que l'on désignait à l'origine par le terme de « vedānta », ce qui avait l'avantage de souligner qu'il s'agissait là de spéculations greffées sur le tronc védique plutôt que du libre exercice de la raison, comme cela commençait à être le cas en Grèce, à la même époque.

Un peu plus tard cependant, donc aux alentours du ier siècle, Vedānta devint un nom propre, celui d'une école de pensée (darśana) parmi les six autres que l'on tenait pour représenter effectivement la tradition brahmanique. Ce serait une erreur, en effet, d'opposer les darśanas les uns aux autres : aux yeux des théologiens hindous, ils constituent simplement des approches différentes, mais toutes valables, de la vérité (c'est-à-dire du Veda). S'il en est ainsi, le Vedānta est la métaphysique, le sāṁkhya la science de la nature, le nyāya la logique. Cela, bien entendu, n'exclut pas les querelles entre théologiens, mais marque bien que celles-ci ne sauraient mettre en cause le fondement de l'édifice : l'infaillibilité des Écritures.

Le premier exposé du Vedānta en tant que tel est constitué par les Brahmasūtra, texte sans date ni signature (peut-être du iie s. apr. J.-C.), dont la forme est celle d'une chaîne (sūtra) d'aphorismes destinés à être mémorisés pour servir de base aux leçons d'un maître (guru, ou ācārya). Là encore, il est admis qu'on ne doit en entreprendre l'étude qu'après av[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  VEDANTA  » est également traité dans :

ADVAITA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 576 mots

« non-dualité », est une des doctrines majeures de la philosophie indienne, et la forme la plus répandue de la philosophie dite Vedānta, aboutissement du Savoir par excellence. Les advaitavạ̄din sont ceux qui professent la doctrine selon laquelle il n'existe en vérité absolue qu'un seul Être, infini et éternel, sur la réalité foncière duquel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/advaita/#i_13507

APPAYYADĪKṢITA

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 655 mots

Brahmane né dans une famille de lettrés qui était illustre dès le xve siècle et qui appartenait aux cercles cultivés du pays tamoul, le Bharadvājakula, Appayyadīkṣita est la figure la plus marquante de l'histoire religieuse et littéraire du xvie siècle. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appayyadiksita/#i_13507

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme indien »  : […] Une voie « intellectualiste » est représentée par des écoles telles que le sāṃkhya et le vedānta. Elle suppose une rupture initiale avec le monde : le « renonçant » (saṅnyāsin) abandonne ses biens, sa famille, sa caste et jusqu'à son nom, pour se consacrer uniquement à la poursuite de la délivrance ultime (mokṣa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_13507

ĀTMAN

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 886 mots

Moi. Mais le véritable héritier de la pensée upanishadique est le Vedānta. Ici l'ātman se présente sous la forme d'un principe à la fois immanent et transcendant, dont le contact avec l'expérience sensible n'est qu'illusoire, produit qu'il est « par la fausse croyance que le corps et les organes sont « moi » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atman/#i_13507

BRAHMA-SŪTRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 226 mots

Pour chacun des six darshana (« points de vue ») qui, ensemble, constituent la tradition philosophique de l'Inde brahmanique, le texte de base est une chaîne (sūtra) de propositions elliptiques, formant en quelque sorte le sommaire de la doctrine de l'école. Le Vedānta ne fait pas exception : à l'origine du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahma-sutra/#i_13507

DVAITA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 243 mots

Terme qui, dans l'hindouisme, caractérise la doctrine de la dualité, par opposition à celle qui professe une sorte de monisme. La métaphysique hindoue est dominée par la problématique propre au vedānta. Ce darśana (« point de vue », « système philosophique ») s'efforce de définir les relations entre l'âme ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dvaita/#i_13507

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Vedānta »  : […] Le Vedānta consiste dans l'ensemble des textes qui parachèvent l'enseignement du Veda et qui sont essentiellement les Upaniṣad anciennes, auxquelles se sont ajoutés dans diverses écoles d'autres textes. Le nom complet du darśana qui a pour objet le Vedānta est Vedāntamīmāṃsā, « l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_13507

MADHVA (1238-1317)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 590 mots

Penseur hindou dont le nom reste attaché à une tentative pour instaurer une philosophie qui, tout en restant fidèle aux principes du vedānta, permette le plein exercice de la dévotion. L'une des propositions majeures du vedānta étant l'affirmation selon laquelle l'ātman (« âme ») est identique au brahman (l'« absolu », le « principe » de toutes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madhva/#i_13507

MĀYĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 726 mots

Notion particulière et difficile à cerner avec précision, dont fait grand usage la littérature philosophique de l'Inde traditionnelle et notamment celle qui relève du Vedānta. Le mot māyā est ancien puisqu'il apparaît déjà dans les hymnes du Rig-Veda, partie la plus archaïque du Veda lui-même (tout au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maya/#i_13507

MĪMĀṂSĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 425 mots

Le plus technique et le plus original à la fois des six darśanas (« points de vue ») qui constituent ensemble la tradition philosophique de l'Inde brahmanique. Prenant directement racine dans les spéculations védiques, la Mīmāṃsā apparaît comme un « méta-ritualisme » dans lequel la réflexion s'exerce d'abord sur le mécanisme des rites pour s'élever […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mimamsa/#i_13507

NIMBĀRKA (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 335 mots

Brahmane orthodoxe qui, né dans l'Āndhra Pradesh (pays de Haydérabad) au xiie siècle, fut d'abord un dévot de Krishna avant de devenir célèbre comme interprète du Vedānta. Ce darśana (« système de pensée » concernant les doctrines brahmaniques traditionnelles) pose en principe l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nimbarka/#i_13507

RĀMAKRISHNA (1836-1886)

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 1 703 mots

C'est au Vedānta shankarien, qui inspira la plupart des philosophes de l'Inde médiévale et des sages de l'Inde moderne, que l'on a tenté de rattacher l'enseignement donné par Rāmakrishna à ses disciples dans ses entretiens familiers, qui, illustrés de paraboles, furent recueillis à la manière des Évangiles. Il n'étudiait pas dans les livres, il n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramakrishna/#i_13507

RĀMĀNUJA (1017-1137)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 1 788 mots

Dans le chapitre « L'homme et l'œuvre »  : […] Parmi les nombreux ouvrages de Rāmānuja, les plus remarquables appartiennent au genre des « commentaires », lequel a connu une très grande faveur tout au long de l'histoire indienne. Le plus long, le Śrībhāṣỵa, est consacré aux Brahmasūtra, autour desquels s'était déjà édifié deux ou trois siècles plus tôt l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramanuja/#i_13507

RÉVÉLATION

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 762 mots

Dans le chapitre « L'hindouisme »  : […] Les Upaniṣad qui constituent la « fin du Veda » ou Vedānta, forment la transition entre la vision védique et la pensée philosophique. Le monisme n'apparaît vraiment que dans le Vedānta, et c'est là seulement que les Veda sont regardés comme révélation, śruti. Les Veda y apparaissent comme vision, liée à l'acte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revelation/#i_13507

SANKARA ou ÇAṆKARA (début VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 2 041 mots

Un des noms les plus illustres de la spéculation indienne est celui de Śaṅkara (Shankara), dit aussi Śaṅkarācārya, « maître Śaṅkara », premier grand commentateur des Vedānta ou Brahma Sūtra de Bādarāyaṅa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sankara-cankara/#i_13507

SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le corpus des textes anciens »  : […] Les upaniṣad par leur caractère philosophique sont considérées comme l'aboutissement de la pensée religieuse védique et ont reçu le nom de vedānta (« fin du veda »). Les sūtra, recueils de formules où la concision est de rigueur, sont des manuels de rituel, lequel est divisé en domestique (gṛhya), solennel ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-sanskrites/#i_13507

SHANKARA

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 251 mots

Illustre métaphysicien et grand réformateur religieux, rénovateur de l'hindouisme, Shankara (Śaṅkara) est celui des penseurs orthodoxes qui a laissé la marque la plus forte sur l'indianité. Il est né dans la première moitié du viiie siècle (on ne retient plus la datation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shankara/#i_13507

SRUTI

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 459 mots

La tradition hindoue, sous sa forme la plus orthodoxe, classe en deux grandes catégories les textes religieux qu'elle tient pour normatifs : ceux qui relèvent de la Shruti (śruti) et ceux qui appartiennent à la Smriti (smṛti). Ce dernier terme, dont le sens premier est « mémoire », regroupe tous les textes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sruti/#i_13507

TRIMŪRTI

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 525 mots

L'hindouisme place au sommet de son panthéon une triade (tri-mūrti) de trois grands dieux, de rang égal : Brahmā, Viśnu, Śiva. Chacun d'eux représente un aspect de la toute-puissance divine, mais leurs relations ne sont pas comparables à celles que les théologies chrétiennes attribuent aux personnes de la Trinité : Brahmā, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trimurti/#i_13507

UPANIṢAD

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 566 mots

Śruti (Révélation), elles étaient ceux que, lors d'une récitation védique, l'on disait en dernier : on les nomme, pour cela, vedānta, « fin du Veda », au sens étymologique de l'expression. Aux spéculations sur le sacrifice et l'ordre cosmique rencontrées dans les brāhmaṇa et même dès les hymnes les plus tardifs du Ṛgveda, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/upanisad/#i_13507

VALLABHA (1481-1533)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 448 mots

Philosophe hindou. Vallabha est l'auteur d'une interprétation dualiste du védânta (vedānta). Celui-ci, qui occupe une place privilégiée parmi les grands darshanas de l'hindouisme, a connu, en effet, outre l'expression que lui a donnée le monisme strict (advaïta-vedânta) de Shankara (viii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vallabha/#i_13507

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 407 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Upaniṣad »  : […] et à des exercices spirituels qui préfigurent le yoga classique. On est là aux racines du vedānta dont on sait l'importance dans le développement de la philosophie hindoue. Ainsi tous les grands courants de pensée postvédiques (bhakti, yoga, vedānta) peuvent se recommander des Upaniṣad, et d'autant plus facilement que ces textes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veda/#i_13507

YĀJÑAVALKYA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 207 mots

Nom d'un rishi (ṛṣi, « prophète ») que la tradition brahmanique place parmi ses prophètes les plus importants et dont elle fait un élève du non moins célèbre Uddālaka Āruṇi. Yājñavalkya apparaît surtout dans le Śatapatha-Brāhmaṇa et la ḄṛhadĀraṆyaka-upaniṣad ; la Samhitā […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yajnavalkya/#i_13507

YOGA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 7 830 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La méditation »  : […] marqué de son influence la plupart des grands courants de pensée de l'hindouisme. Le Vedānta même, pourtant foncièrement intellectualiste, en a assimilé certains aspects ; et les maîtres modernes de cette école (la plus importante de l'hindouisme depuis trois siècles) professent que l'on peut très bien marier les enseignements de Śankara à ceux de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yoga/#i_13507

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « VEDĀNTA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vedanta/