VEDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature védique

La rédaction du Veda a dû se faire, de façon continue, pendant plus d'un millénaire, entre le xviiie et le viiie siècle avant l'ère chrétienne. Ces dates restent approximatives pour deux ordres de raisons : d'une part, parce que les textes védiques ne comportent aucune référence à des événements historiques connus par ailleurs, ni même à des civilisations étrangères ; d'autre part, parce que le début et la fin de cette rédaction sont également difficiles à apprécier : maintes strophes du Ṛgveda ont pu être composées avant le IIe millénaire, cependant que certaines Upaniṣad l'ont été bien après le viiie siècle. Pourtant, il est certain que la majeure partie du canon védique a été élaborée et mise en forme dans la limite des dates indiquées plus haut, au fur et à mesure de la pénétration des clans indo-européens (que le Veda nomme ārya, « aryens ») dans l'Inde du Nord-Ouest. La lente progression des tribus aryennes dans un aussi vaste territoire devrait pouvoir fournir des points de repère pour aider à la datation, au moins relative, des textes védiques. Il n'en est malheureusement rien, car, dans ce domaine encore, les références sont imprécises, très allusives ; lorsque, par exemple, tel hymne du Ṛgveda fait mention d'une « bataille des dix rois », on serait bien en peine (et les commentateurs indiens anciens l'étaient autant que nous) de la situer, de la dater, voire de décider s'il s'agit d'un événement historique ou mythique. À cela s'ajoute enfin l'habitude qu'ont les colons, en Inde comme ailleurs, de donner aux régions dont ils s'emparent des noms empruntés à leur pays d'origine : il serait hardi (d'aucuns l'ont fait) de décider, suivant l'homonymie, que les flots du Dānu dont parle tel poète védique sont bien ceux du Danube (ou du Don ?).

Mais la gêne principale en ce domaine vient de ce que l'archéologie védique est inexistante ; cela pour deux raisons principales, l'une tenant aux conditions présentes de la recherche, l'autre au caractère propre de la civilisation « védique ». Nomades en voie de sédentarisation, les [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  VEDA  » est également traité dans :

ARYENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 030 mots

Francisé en « aryen », le terme sanskrit ārya (avestique, airya ) signifie « excellent, honorable, noble ». Ainsi se désignent, avec la morgue coutumière des conquérants, les populations de langue indo-européenne qui, vers la fin du III e  millénaire avant l'ère chrétienne, s'établissent sur le plateau iranien pour pénétrer dans le Pendjab entre l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aryens/#i_11979

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

On entend sous le nom de brahmanisme l'aspect de la civilisation indienne qui succède à l'aspect dit védique et qui se continue dans ce que l'on a appelé l' hindouisme, forme récente du brahmanisme . La période « brahmanique » se situe approximativement entre le temps où les upaniṣad commencent d'être composées – vers le vi e - v e  siècle avant J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmanisme/#i_11979

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 872 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Calendriers indiens »  : […] L'histoire des sciences en Inde est largement documentée depuis environ 2000 avant J.-C. Elle est connue à travers une littérature abondante rédigée en sanskrit. Vers 1500 avant J.-C., la civilisation de l'Indus est submergée par l'invasion des Aryens védiques et cette nouvelle période est caractérisée par l'élaboration du Veda (« le Savoir ») et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calendriers/#i_11979

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « Dette et devoir dans le vocabulaire sanscrit et dans la pensée brahmanique »  : […] Le terme sanscrit pour « dette » est le substantif neutre r̥ṇa . Il s'agit de la dette en tant qu'elle caractérise la condition du débiteur. Si, en effet, l'usage s'est établi en sanscrit classique de désigner le débiteur comme adhamarṇa , « celui qui est en position inférieure ( adhama ) par rapport à la dette », et le créancier comme uttamarṇa , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-anthropologie/#i_11979

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

L' Inde a produit une littérature grammaticale très importante par son étendue et par sa profondeur. On peut y distinguer trois catégories d'ouvrages, trois directions d'activité intellectuelle. Tout d'abord, il y a des spéculations philosophiques et religieuses sur la parole attestées dès les Veda  : la faculté de parler est conçue comme une puiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-grammaire-et-langage-dans-l-inde-ancienne/#i_11979

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Viṣṇu »  : […] Le personnage de Viṣṇu (prononcer Vichnou) est extrêmement complexe : Āditya, fils d'Āditi, la Sans-Limite, s'inscrit dans une série de divinités védiques d'origine solaire ; cette origine est exprimée dès le Veda dans le mythe des trois pas par lesquels Viṣṇu couvre l'univers entier et qui symbolisent la course diurne du soleil. Par ailleurs, dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hindouisme/#i_11979

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Pūrvamīmāṃsā »  : […] Les Mīmāṃsāsūtra , texte de base de l'école, sont attribués à Jaimini. Leur date est inconnue. Ils ont été commentés par Śabarasvāmin probablement au v e  siècle après J.-C. Son commentaire, le Śabarabhāṣya , a été lui-même l'objet de deux gloses, une longue et une brève, par Prabhākara, et de plusieurs ouvrages d'exégèse par Kumārilabhaṭṭa : le Ś […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_11979

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 558 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mathématiques védiques »  : […] Des pratiques incluant mesures, comptes et pensées géométriques sont avérées parmi les très anciennes traces de peuplement du sous-continent indien, puisque les villes de la civilisation « de l’Indus » (sites de Mohenjo-Daro ou Harappa, environ 2500-1800 avant notre ère) sont connues pour être tracées au cordeau, avec des arrangements géométriques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde/#i_11979

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Le mot et la chose »  : […] On comprendra que les doctrines des grammairiens et des mīmāṁsakas se caractérisent par une interrelation systématique entre la logique et la philosophie du langage, tandis que les doctrines des naiyāyikas et celles des logiciens bouddhistes s'accordent à insister sur les liens entre la logique et l' épistémologie. On n'aura donc pas lieu d'être su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique-indienne/#i_11979

NOTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 5 222 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Notations à caractère accentuel »  : […] La notation à caractère accentuel se limite à un petit nombre d' accents tracés de part et d'autre des syllabes d'un texte pour indiquer les hauteurs de sons applicables à chacune de ces syllabes. Telle est la notation utilisée en Inde pour le chant du Veda, en référence à trois sons de base, désignés par les termes udātta , anudātta , svarita . L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-musicale/#i_11979

PURĀṆA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 344 mots

Textes de caractère épique dont la composition, sous la forme actuellement connue, s'étale entre le iv e et le xiv e  siècle, les purāṇa sont les véritables livres sacrés de l' hindouisme. La traduction la plus littérale de leur nom générique serait « les antiques » ; en glosant un peu, on les appellera « récits d'autrefois », étant entendu que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/purana/#i_11979

SARASVATĪ, divinité hindoue

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 403 mots

Déesse hindoue du savoir et des arts, plus particulièrement de la musique, Sarasvatī est à l'origine la personnification de la rivière sacrée du même nom. Elle est aussi identifiée à Vāc, la déesse de la parole. On en fait plus tard l'épouse, la fille ou la petite-fille du dieu Brahmā. Sarasvatī est donc considérée comme la patronne des arts, de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarasvati-divinite-hindoue/#i_11979

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition indienne

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 3 326 mots

Dans le chapitre « La théorie théâtrale »  : […] Selon la tradition qui plonge par ses racines dans la mythologie, le « Traité d'art dramatique » ou Natyaśāstra aurait été obtenu par Brahman lui-même en prélevant sur chacun des quatre Védas la matière nécessaire à la création d'un art total. Ainsi naquit le cinquième Véda qui, en trente-sept ou trente-huit adhyāya , ou « lectures », représente u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-la-tradition-indienne/#i_11979

VEDĀNTA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 2 721 mots

Signifiant proprement « fin (c'est-à-dire accomplissement, couronnement) du Veda », le mot sanskrit vedānta désigne l'un des plus importants courants de pensée de l'hindouisme classique. À ce titre, il constitue l'un des six grands « systèmes philosophiques » ( darśana ) brahmaniques et fut illustré par des maîtres tels que Śankara, Rāmānuja, Madh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vedanta/#i_11979

YAJUR-VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 534 mots

L'une des quatre grandes parties qui constituent le corpus des Écritures védiques et dont chacune, portant le nom de Veda (« science », « savoir »), correspond, au moins en théorie, à une spécialisation liturgique : le Sāma-Veda est le Veda des chantres ( sāman , « mélodie ») ; le Rig-Veda, celui des prêtres chargés des invocations solennelles ( ṛc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yajur-veda/#i_11979

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « VEDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/veda/