VAUBAN SÉBASTIEN LE PRESTRE DE (1633-1707)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vauban, ingénieur militaire

Mettant à profit les acquis de ses prédécesseurs, notamment ceux de Blaise de Pagan (1604-1655), Vauban perfectionne les méthodes d'attaque et de défense des places. Il veut à tout prix éviter les pertes en hommes en réduisant la durée des sièges. Et, pour ce faire, il s'inspire des moyens alors utilisés par l'armée ottomane pour investir une place et conçoit un système de tranchées souterraines tracées en ligne brisée et reliées entre elles par des parallèles ceignant les fortifications de la ville. La progression des assiégeants se fait alors par étapes successives, grâce à l'utilisation de batteries d'artillerie qui ont pour mission d'exécuter des brèches. Vauban augmente aussi l'efficacité de ces batteries en inventant le tir à ricochet qui permet aux boulets de faire plusieurs rebonds et de démolir en un seul tir les défenses et les canons ennemis. Il dote enfin les fantassins d'armes mieux adaptées à leurs actions, comme la baïonnette. La modernisation des principes d'attaque fait évoluer la construction des fortifications. Vauban estime que la place forte doit commander le terrain environnant, de façon à permettre des observations tactiques et à empêcher les tirs plongeants de l'ennemi. Il conçoit donc des ouvrages épais, renforcés par d'importants volumes de remblai et maintenus par des maçonneries à l'épreuve des tirs. Il prévoit des remparts munis de bastions convenablement espacés pour éviter des tirs flanquants et protégés par des contregardes et par des ouvrages échelonnés en profondeur. Ces derniers sont destinés à multiplier les obstacles que l'assaillant devra franchir l'un après l'autre.

Vauban est aussi un pragmatique. Il se rend compte que le relief de la place en commande le tracé bastionné, qu'il est impossible de fortifier de la même manière une place de plaine et une place de montagne : les perfectionnements qu'il apporte à la fortification, comme les tours bastionnées à casemates (tour Rivotte à Besançon), ou le doublement des ouvrages au-dehors de la place, dont un des meilleurs exemples est fourni par la place al [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle en histoire de l'art, documentaliste chargée du vitrail à la sous-direction des Monuments historiques, conservateur adjoint du musée des Plans-reliefs

Classification


Autres références

«  VAUBAN SÉBASTIEN LE PRESTRE DE (1633-1707)  » est également traité dans :

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Démographie et administration »  : […] 1348-1789. Au point d'arrivée, quelque 25 à 27 millions de Français : chiffre aussi sûr qu'il pouvait l'être à l'époque. Combien au point de départ, combien ? Une seule certitude : un énorme effondrement lors de la peste noire, peut-être de l'ordre du tiers de la population. Sur quel chiffre antérieur ? On ne sait... Entre ces deux dates, une seule estimation réellement « sérieuse » : celle de 16 […] Lire la suite

ARTILLERIE ET ARMES À FEU PORTATIVES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Patrice BRET
  •  • 776 mots

xiv e  siècle Développement de l'artillerie à poudre à partir de 1313, plus de deux siècles et demi après l'apparition de la poudre noire en Chine : la légende en attribue la conception au moine allemand Berthold Schwartz. 1326 Le mot canone apparaît sur un manuscrit florentin et la première représentation en est donnée sur un manuscrit anglais, sous le nom de « pot de fer ». À la fin du xiv e […] Lire la suite

ESCARPE & CONTRESCARPE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 529 mots

Termes de fortification. L'escarpe est le talus ou le mur qui borde le fossé du côté de la place et qui fait face à l'ennemi. La contrescarpe est opposée à l'escarpe : c'est donc le talus du fossé qui se trouve du côté de la campagne ou de l'ennemi et qui supporte le glacis (elle se raccordait souvent à celui-ci par le chemin couvert, qui, derrière la crête des glacis, entoure le corps de place et […] Lire la suite

FORTIFICATIONS

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 5 535 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les profils terrassés »  : […] L'introduction de la poudre en Occident n'entraîne pas de changements immédiats dans l'architecture militaire. Les boulets de pierre que lancent les premières bouches à feu n'entament pas l'escarpe d'Orléans (1428), n'ébrèchent que légèrement celle de Constantinople (1453). Mais le boulet de fonte triomphe de toutes les fortifications existantes. L'artillerie de Charles VIII en fait une brutale d […] Lire la suite

GÉNIE MILITAIRE

  • Écrit par 
  • Patrice VENTURA
  •  • 5 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Histoire du génie militaire »  : […] Arme de l'aménagement du terrain, spécialiste de la conception et de la réalisation des infrastructures des armées, le génie militaire vient tout droit de la première urgence qui s'est imposée pour la survie de l'homme : aménager le site, construire pour s'abriter, se protéger ou attaquer. L'abri, la motte, le donjon de pierre, le château fort précéderont les enceintes des villes, puis le bastion […] Lire la suite

LILLE

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques DUTHOY, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 2 552 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Architecture et urbanisme »  : […] Ravages des guerres, destructions non moins graves dues à l'expansion industrielle et commerciale, une certaine indifférence aussi des habitants à l'égard des vestiges du passé : les conditions semblent avoir été réunies pour accélérer la disparition de la ville ancienne. Toutefois, le discrédit qui pèse sur Lille est injuste. Les témoignages d'un riche passé existent encore en assez grand nombre […] Lire la suite

LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 10 392 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'armée »  : […] Cette guerre devenait de plus en plus probable, à partir de la mort de Philippe IV. Il faut ici parler de l'armée. Le secrétaire d'État qui l'avait dans son ressort était le plus fidèle serviteur de la monarchie : Michel Le Tellier, excellent intendant et administrateur. Ses réformes avaient contribué à corriger les défauts d'un système qu'on ne pouvait transformer d'un coup : armée recrutée par […] Lire la suite

SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bernard-Pierre LÉCUYER
  •  • 17 535 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diversité des tentatives françaises de 1660 à 1806 et succès de la statistique suédoise (1745) »  : […] À l'opposé de l'Angleterre et de l'Allemagne, la France et la Suède, pays éloignés l'un de l'autre mais alliés politiques depuis Richelieu et unis depuis Descartes par des liens scientifiques, ont en commun l'idéal du recensement nominal exhaustif. Mais les modalités de la réalisation sont opposées : la soudaineté et le succès de l'entreprise suédoise à partir de 1745 contrastent avec l'évolution […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine BRISAC, « VAUBAN SÉBASTIEN LE PRESTRE DE - (1633-1707) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vauban-sebastien-le-prestre-de/