NIJINSKI VASLAV (1889-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les années d'apprentissage

Fils cadet de Tomasz Lavrentievitch Nijinski (1862-1912) et d'Eleonora Nicolaievda Bareda (1856-1932), danseurs polonais, Vaslav Fomitch voit le jour le 12 mars 1889 à Kiev, en Ukraine. Mais sa naissance n'est officialisée que le 12 décembre 1889 à Varsovie, lors de son baptême catholique. De son père brillant interprète, Vaslav hérite des hautes pommettes et des yeux en amande, indices d'une origine tatare, ainsi que de la virtuosité et de la prodigieuse faculté de « bondir », également transmise à sa jeune sœur, la danseuse et chorégraphe Bronislava Nijinska (1891-1972). De sa mère, il prendra la douceur et la tendresse vulnérable. À l'âge de six ans, il est affecté par la chute de son frère aîné Stanislas (1886-1917) qui, tombé d'une fenêtre, ne recouvrera jamais la raison et sera interné dans un hôpital psychiatrique. Après une période d'errance foraine à travers la Russie, durant laquelle Nijinski apprend les bases de la technique classique, sa mère, qui s'est séparée définitivement de son mari en 1897, se fixe avec ses deux plus jeunes enfants à Saint-Pétersbourg. Vaslav est admis en 1898 comme élève à l'École impériale de danse, où sa sœur entre en 1900, date à laquelle il obtient la bourse d'étude Charles Didelot. Il suit les cours de Serge et Nicolas Legat. En 1902, il devient l'élève de Mikhaïl Oboukhov qui, malgré le mutisme de l'adolescent, pressent son génie et le protège des agressions de ses camarades jaloux. À l'exception de David Copperfield de Charles Dickens et de L'Idiot de Fiodor Dostoïevski, Nijinski aime peu les livres. Il a l'oreille musicale, joue du piano et de la flûte. En 1905, il accueille avec réserve la démonstration de danse libre donnée à l'École impériale de danse par Isadora Duncan, dont il appréciera plus tard les innovations. Interprétant un faune, il participe, la même année, à la création d'Acis et Galatée de Michel Fokine – premier contact avec le chorégraphe avec lequel il va brillamment s'illustrer. En 1906, Oboukhov donne à son meilleur élève, déjà remarqué dans le rôle du mulâtre énigmatique du Roi Candaule de Marius Petipa, l'occasion de se distinguer en dansant dans Don Giovanni de Mozart un pas de huit avec des artistes consacrés – Olga Preobrajenska, Lubov Egorova, Agrippina Vaganova, Adolph Bolm – et avec comme partenaire Vera Trefilova puis Anna Pavlova. Après son brillant concours de sortie au Mariinski, le 29 avril 1907, Nijinski est félicité par la ballerine Mathilde Kchessinska qui lui propose de devenir son partenaire. Peu après, il danse avec elle devant la cour impériale à Krasnoïe-Selo. Désormais, il est connu à Saint-Pétersbourg, où il enseignera à la bonne société les danses de bal, tout en suivant pour sa part, chez Anna Pavlova, les cours privés du maître italien Enrico Cecchetti.

Bien qu'il ne soit encore que coryphée, il tient déjà des rôles de soliste dans Paquita de Marius Petipa La Fille mal gardée d'après Dauberval, le pas de deux villageois dans Giselle de Jules Perrot (musique d'Adolphe Adam). Il est l'Oiseau bleu de La Belle au bois dormant de Petipa (musique de Piotr Ilitch Tchaïkovski), crée le rôle de l'esclave favori dans Le Gobelin animé, esquisse du Pavillon d'Armide de Michel Fokine sur une musique de Nicolas Tcherepnine. Au studio, le peintre Alexandre Benois est surpris par sa figure blême qu'illumine son regard, son long et large cou, ses chevilles et ses jambes épaisses, sa petite taille trapue, son manque d'éclat. Par la suite, son étonnement sera partagé par les admirateurs du danseur. Lors des répétitions, celui-ci se contente d'exécuter les pas, il ne s'abandonne pleinement aux rôles et ne se transfigure de façon stupéfiante qu'en scène, au contact du public. En 1908, sous la direction de Fokine, Nijinski incarne tour à tour l'esclave amoureux d'Une nuit d'Égypte (musique d'A. S. Arenski), une œuvre qui sera reprise à Paris en 1909 sous le titre de Cléopâtre, puis le poète romantique de Chopiniana, première version des Sylphides (musique de Chopin, décor et costumes de Léon Bakst). Son protecteur, le prince Pavel Lvov, le présente alors à Serge Diaghilev qui, après le succès qu'ont rencontré à Paris les saisons de musique et d'opéra russes, prépare active [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France, écrivain et critique

Classification

Autres références

«  NIJINSKI VASLAV (1889-1950)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Diaghilev et les Ballets russes »  : […] Fondateur de la revue Le Monde de l'art qui parut de 1898 à 1905, Serge de Diaghilev est un amateur génial et un imprésario avisé. Après avoir organisé une grande exposition, Deux Siècles de peinture et de sculpture russes , il fait connaître à Paris Chaliapine, puis lance en 1909, au théâtre du Châtelet, un programme de Ballets russes dont Marcel Proust parle comme d'une efflorescence prodigieu […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art d'écrire la danse

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 173 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  « Danser à livre ouvert » »  : […] Dans le dessein d'enseigner les principes de la danse, de les transcrire graphiquement par signes distinctifs, de proposer diverses entrées de bal et ballet de Louis Pécour, Raoul-Auger Feuillet publie, en 1700, Chorégraphie, ou l'Art de décrire la dance par caractères, figures et signes démonstratifs . En haut de page, il note sommairement sur une ou deux portées la musique pour violon seul, pui […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 695 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La chorégraphie moderne et contemporaine »  : […] Le xx e  siècle va révolutionner l'idée même de ce que peut être une chorégraphie grâce à la danse moderne puis contemporaine. On attribue traditionnellement ce renouveau à deux américaines, Isadora Duncan (1877- 1927) et Loïe Fuller (1862-1928). En réalité, c'est un mouvement qui apparaît presque simultanément aux États-Unis et en Allemagne au tout début du xx e  siècle. La conception qui pré […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 069 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite

FOKINE MICHEL (1880-1942)

  • Écrit par 
  • Béatrice MASSIN
  •  • 700 mots
  •  • 2 médias

Danseur et chorégraphe russe, né à Saint-Pétersbourg. À l'âge de huit ans, Michel Fokine entre à l'école de ballet du théâtre Marie de Saint-Pétersbourg, où il est l'élève de Gerdt et de Legat. Contrairement à tous les usages, ses études terminées, il est engagé en 1898 comme premier danseur au théâtre Marie ; mais sa vocation est ailleurs, et dès ce moment il suit des cours de chorégraphie avec J […] Lire la suite

GALVÁN ISRAEL (1973- )

  • Écrit par 
  • Lise OTT
  •  • 970 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la consécration à la libération »  : […] Depuis 2004, Israel Galván est un artiste hors du commun. Certains, comme le critique Laurent Goumarre, vont jusqu'à comparer sa posture gestuelle à celle d'un Nijinski pour sa « silhouette râblée présentée de profil, le cul bas, la tête volontairement portée en avant ». Il signe alors des pièces de plus grande envergure encore, alternant formes simplifiées et plus complexes. Après avoir créé le […] Lire la suite

LE SACRE DU PRINTEMPS (I. Stravinski)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 240 mots

La création du Sacre du printemps , le 29 mai 1913, au théâtre des Champs-Élysées, à Paris, a donné lieu à l'un des plus fameux scandales de l'histoire de la musique, empoignades entre les spectateurs, sifflets et hurlements couvrant la musique. Alors que la comtesse de Pourtalès déplorait qu'on lui manque de respect pour la première fois de sa vie, Ravel criait au génie. Ces « Tableaux de la Russ […] Lire la suite

STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 201 mots

5 juin (ancien style)-17 juin (nouveau style) 1882 Igor Feodorovitch Stravinski (ou Stravinsky) naît à Oranienbaum, près de Saint-Pétersbourg. Son père, Feodor Ignatievitch Stravinski, est chanteur au théâtre Mariinski. 25 juin 1910 L'Oiseau de feu , « conte dansé en deux tableaux d'après le conte national russe, par Michel Fokine », est créé à l'Opéra de Paris (Palais Garnier), par les Ballets […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Françoise CHRISTOUT, « NIJINSKI VASLAV - (1889-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vaslav-nijinski/