Variations pour orchestre, opus 30, WEBERN (Anton von)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur

L'Autrichien Anton von Webern, troisième représentant de l'école de Vienne, avec Arnold Schönberg – dont il est l'un des premiers disciples – et Alban Berg, a repensé de fond en comble le langage musical. En 1909, il abandonne la tonalité avec les lieder des opus 3 et 4. Il aborde le sérialisme en 1924, avec son opus 17, Drei Volkstexte für gesang. Cet utilisation du dodécaphonisme se radicalise en 1928 avec la Symphonie, opus 21, qui marque le début d'une période marquée par une ascèse croissante, illustrée notamment par le Konzert opus 24 (1934) et les Variations pour orchestre. Après sa mort, en 1945, Webern devient le maître à penser de toute une génération de jeunes compositeurs, qui le considèrent comme «le seuil de la musique nouvelle» (Pierre Boulez).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « Variations pour orchestre, opus 30, WEBERN (Anton von) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/variations-pour-orchestre-opus-30-webern-anton-von/