VARIATION, biologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les différents niveaux d'observation de la variation génétique

Le phénotype

Comme indiqué ci-dessus, certaines différences génétiques entre individus se traduisent par des différences des phénotypes. L'observation des phénotypes doit donc permettre de détecter une part de la variation génétique. Cette approche est du reste la plus ancienne. Encore faut-il s'assurer que les caractères observés sont non seulement héréditaires, mais bien déterminés par le matériel génétique de l'individu. Le cas le plus simple est celui dans lequel on peut montrer que les différences détectées sont transmises de génération en génération selon les règles de l'hérédité mendélienne. Ainsi, chez l'escargot Cepaea nemoralis une série de trois allèles détermine la couleur de fond de la coquille (jaune, rose ou brun), et d'autres gènes déterminent le nombre de lignes sombres qu'elle porte, tandis que chez le maïs les différences de longueurs entre épis sont pour une large part dus à de nombreux gènes à effets individuels faibles. La démonstration est plus difficile pour les caractères à hérédité non mendélienne. Par exemple, on avait montré vers 1930 que des pieds de maïs ne produisant qu'une infime quantité de pollen transmettaient ce caractère à leur descendance exclusivement par voie maternelle, mais il a fallu attendre un demi-siècle pour prouver avec les méthodes de la biologie moléculaire qu'il était dû à une altération du matériel génétique mitochondrial.

Il est des caractères dont la variation est presque sûrement d'origine génétique. Tels sont les charges électriques des protéines, révélées par électrophorèse : elles dépendent des compositions en résidus aminoacides, elles-mêmes déterminées par des gènes de structure. Sur plus de 2 500 plantes de l'espèce Phlox drummondii, récoltées en 73 localités du Texas, l'enzyme alcool-déshydrogénase existe sous trois formes différentes et tout indivi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Patrimoine génétique

Patrimoine génétique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hamamelistes spinosus : reproduction

Hamamelistes spinosus : reproduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VARIATION, biologie  » est également traité dans :

VARIATION GÉNÉTIQUE ADAPTATIVE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BREGLIANO
  •  • 1 909 mots

Il apparaît qu'il existe chez les organismes vivants des mécanismes cellulaires permettant de réguler le degré de variation du matériel génétique en fonction des vicissitudes de l'environnement. Si le milieu ne dirige pas les variations génétiques, il peut en modifier la fréquence d'apparition. C'est une donnée importante, qui change notablement notre visi […] Lire la suite

ADAPTATION - Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 372 mots

Dans le chapitre « Trois acceptions de l'adaptation des êtres vivants »  : […] Selon une première interprétation, l'adaptation recouvre un ensemble de constatations structuro-fonctionnelles propres aux êtres vivants et rendant compte de leur survie dans un environnement donné. Cette acception statique de l'adaptation correspond à la notion développée par Georges Cuvier (1769-1832) sous le nom de « conditions d'existence ». Elle est illustrée par tout le travail d'analyse ré […] Lire la suite

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 040 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Variations, mutations et recombinaisons génétiques »  : […] Bien que les techniques de culture de clones isolés de bactéries aient permis d'étudier des souches pures et de différencier ainsi des espèces pourtant morphologiquement semblables dans un même écosystème, ces mêmes techniques de culture montrent qu'au sein d'une population théoriquement homogène descendant d'une seule bactérie parentale, apparaissent des changements définitifs ( mutations) ou de […] Lire la suite

BIOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Eugène SCHREIDER
  •  • 984 mots

Introduit dans le vocabulaire scientifique vers la fin du xix e  siècle, le mot « biométrie » (d'abord en anglais : biometry ou biometrics ) est parfois employé abusivement, surtout par des auteurs américains, comme synonyme de statistique, alors que cette dernière n'est, pour le biométricien, qu'un instrument de travail. Dans l'usage correct, la biométrie désigne la science des variations biologi […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 748 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Loi d'allométrie »  : […] La croissance d'un organisme impliquant de nombreuses corrélations à tous les niveaux, on peut s'attendre qu'il existe, entre les croissances des diverses parties, des relations mathématiques plus ou moins indépendantes des facteurs externes. La plus fréquemment rencontrée de ces relations est la loi d'allométrie, de formule très simple : Y = BX a  ; c'est une fonction puissance, et non une foncti […] Lire la suite

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Signification de la « révolution darwinienne » »  : […] Une fois définies ces cinq thèses, qu'est-ce qu'être darwinien ? Le gradualisme de Darwin a souvent été contesté. Ainsi, Stephen Jay Gould (1941-2002), quoique antigradualiste, ne s'en déclare pas moins profondément darwinien. Peut-on s'accorder autour du couple variation et sélection ? Ou bien le darwinisme est-il non une théorie particulière (réfutable) mais une simple « conception du monde » ( […] Lire la suite

DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS

  • Écrit par 
  • Bruno MAUREILLE
  •  • 3 820 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'ADN mitochondrial pour définir le groupe des Dénisoviens »  : […] En 2010, Swante Pääbo et son équipe séquencent et étudient le génome mitochondrial complet de la pièce Denisova 3, constituée d’un fragment de phalange distale de la main, probablement du petit doigt, d’une jeune femme. Ce fossile a été découvert dans la couche 11.2 de la chambre est de la grotte de Denisova et daté entre 55 000 et 65 000 ans (± 3 000). Cet ADN mitochondrial est comparé à celui d […] Lire la suite

DIMORPHISME

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 1 030 mots

Existence de deux formes distinctes pour une même espèce, animale ou végétale. Le dimorphisme représente un cas particulier du polymorphisme. Il affecte différents caractères et se présente sous divers aspects. Le dimorphisme sexuel permet de distinguer un individu mâle d'un individu femelle. Il se manifeste par des caractères sexuels primaires (gonades, voies génitales, organes d'accouplement) e […] Lire la suite

DOBZHANSKY THÉODOSIUS (1900-1975)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 897 mots

Généticien et évolutionniste américano-russe dont l'œuvre a eu une grande influence sur l'interprétation scientifique et les recherches concernant la théorie évolutionniste. Né à Nemirov (Ukraine) en 1900, fils d'un professeur de mathématiques, Théodosius Grigorievitch Dobzhansky a suivi les cours de l'université de Kiev de 1917 à 1921. Il y enseigna ensuite, puis vint à Leningrad (aujourd'hui Sai […] Lire la suite

ÉCOTYPE

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 512 mots

Au sein d'une espèce végétale, la notion d'écotype introduite par Turesson en 1922 englobe des formes plus ou moins distinctes morphologiquement et adaptées à des habitats différents. Bien que, d'un écotype à l'autre, cette adaptation se traduise par des solutions de continuité dans la variation, les écotypes d'une même espèce sont capables d'échanger des gènes. Par exemple, deux écotypes d'un […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GÉNERMONT, « VARIATION, biologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/variation-biologie/