VALEUR ET CAPITAL, John Richard HicksFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Renaissance de la théorie de l'équilibre général

L'ouvrage comprend quatre parties et un appendice mathématique. La perspective d'équilibre général, dans laquelle il s'inscrit, se caractérise par la recherche de fondements microéconomiques précis et par une attention particulière aux interdépendances des marchés.

Dans la première partie, « La Théorie de la valeur subjective », Hicks donne un exposé synthétique de la théorie du consommateur, qui correspond au contenu des ouvrages de microéconomie d'aujourd'hui. Hicks analyse notamment les propriétés de la fonction de demande engendrée par la maximisation d'une fonction d'utilité ordinale, et il obtient, après Eugen Slutsky (1915), une décomposition de l'effet de la variation du prix pi d'un bien sur la demande (marshallienne) d'un bien xj en deux « effets » : un « effet revenu » et un « effet substitution ». L'effet substitution, au sens de Hicks, donne la variation de la demande du bien xj consécutive à la variation de pi, de manière à conserver le même niveau d'utilité qu'avant la variation du prix. L'effet revenu indique la variation de la demande induite par la modification du « pouvoir d'achat », au sens de Hicks, c'est-à-dire du niveau d'utilité accessible par le consommateur. Hicks emploiera systématiquement cette décomposition dans sa discussion de l'effet des interdépendances entre les marchés.

La deuxième partie de l'ouvrage, « L'Équilibre général », analyse la stabilité d'une économie de marchés interdépendants, c'est-à-dire la capacité d'une telle économie à se diriger vers un équilibre, sous l'effet de la loi de l'offre et de la demande. Que les fonctions de demande excédentaire (demande-offre) de chaque bien varient en sens contraire de leur propre prix (conformément à la loi de l'offre et de la demande) lui semble une garantie de stabilité, pour autant que les biens soient substituables. Il importe alors, selon Hicks, de savoir si cette propriété est vérifiée avant que tous les autres prix aient été modi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Portugal. Sauvetage public de la banque Banco Espirito Santo. 1er-7 août 2014

Le 1er, le titre de Banco Espirito Santo (B.E.S.), après avoir perdu 73 p. 100 de sa valeur en une semaine, est suspendu à la Bourse de Lisbonne. Le 3, le gouvernement et la Banque du Portugal, en accord avec Bruxelles, présentent un plan de sauvetage de l'ancienne première […] Lire la suite

France – États-Unis. Annonce de la fusion de Publicis et Omnicom. 28 juillet 2013

Le 28, le deuxième groupe publicitaire mondial, l'américain Omnicom dirigé par John Wren, et le troisième, le français Publicis présidé par Maurice Lévy, annoncent leur fusion. Publicis Omnicom Group doit devenir le numéro un mondial du secteur, avec une valeur boursière de 35,1 milliards […] Lire la suite

États-Unis. Fusion entre United Airlines et Continental Airlines. 3 mai 2010

United Airlines et Continental Airlines, respectivement troisième et quatrième compagnie aérienne américaine, annoncent leur fusion. Celle-ci doit donner naissance au numéro un mondial du secteur en nombre de passagers transportés. À l'issue d'une opération d'échange d'actions, United doit contrôler 55 p. 100 du capital de Continental dont la valeur est estimée à 6,75 milliards de dollars. […] Lire la suite

Crise économique mondiale. Réponses à la crise financière. 1er-31 octobre 2008

d'Angleterre d'une ligne de crédit de 200 milliards de livres et une prise de participation dans le capital des banques qui en font la demande, à concurrence de 50 milliards de livres. Dans un courrier adressé à ses vingt-six homologues européens, Gordon Brown propose d'offrir une garantie publique […] Lire la suite

France. Forte participation de l'État au plan de recapitalisation d'Alstom. 5-18 août 2003

de lui, avec 31,5 p. 100 du capital, l'actionnaire de référence d'Alstom. L'État participera également, à hauteur de 200 millions d'euros, à la mise à disposition du groupe d'un crédit de 1,3 milliard d'euros. Enfin, Alstom émettra des obligations remboursables en actions pour une valeur de 900 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Sébastien LENFANT, « VALEUR ET CAPITAL, John Richard Hicks - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-et-capital/