VALEUR, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la théorie de la valeur à celle des prix

Le problème du fondement et de la mesure de la valeur est aujourd'hui sorti des théories économiques. L'analyse de la valeur d'un bien se réduit à celle de sa forme phénoménale, c'est-à-dire de son prix effectif observable dans l'échange. L'économiste cherche alors plus particulièrement à établir les lois de variations des prix, prix censés résulter de la confrontation des offres et des demandes globales. Le courant néo-classique, né à la fin du xixe siècle et aujourd'hui dominant, propose une théorie de la formation des prix résumée dans l'ouvrage fondateur de Gérard Debreu, intitulé justement Théorie de la valeur (1959). Cette théorie de la formation des prix est directement fondée sur l'utilité que les agents retirent de la consommation des différents biens – certains parlent ainsi à son propos de « valeur-utilité » : les goûts ou préférences de chaque individu sont représentés par une fonction permettant à ce dernier de classer des ensembles de biens selon l'utilité qu'ils lui procurent. Il détermine alors sa demande de chaque bien en maximisant cette utilité. C'est ensuite la confrontation de la demande globale – somme des demandes individuelles – avec l'offre globale qui permettra l'établissement du prix.

Ainsi, la distinction entre valeur d'usage et valeur d'échange, introduite initialement par les économistes classiques – Adam Smith l'avait d'ailleurs empruntée à Aristote – est abandonnée : la valeur d'échange d'un bien est identifiée à son prix alors que la valeur d'usage renvoie au concept d'utilité ; avec le développement de la théorie néo-classique et l'ancrage de la détermination des prix dans la notion d'utilité, l'opposition entre les deux notions perd toute pertinence.

L'usage même du terme de valeur est donc désormais tombé en désuétude et ne persiste que dans certaines acceptions particulières. En finance par exemple, on désigne par valeur fondamentale d'un titre (action, obligation, etc.) la valeur de l'ensemble des revenus (dividendes dans le cas d'une action, coupons dans le cas d'une obligation) auxquels donnera droit ce titre pendant toute sa vie future. Elle correspond à la valeur aujourd'hui (valeur actuelle) de ses revenus futurs anticipés. Ou encore, en compatibilité nationale, le concept de valeur ajoutée est employé pour désigner la richesse réellement créée par une entreprise. La valeur est entendue ici comme valeur marchande, produit d'une quantité par son prix de marché. La valeur ajoutée produite par une entreprise est alors la différence entre la valeur de sa production et celle de ses consommations intermédiaires (matières premières, biens intermédiaires, énergie, etc.). À l'échelle d'un pays, cette notion de valeur ajoutée sert à calculer le produit intérieur brut (P.I.B.). Dans la mesure où ce dernier est censé mesurer la richesse produite sur le territoire, il ne peut pas être calculé en sommant les valeurs totales des productions des agents économiques : la valeur d'un bien intermédiaire serait alors comptabilisée plusieurs fois, en tant que production en soi, et en tant que contribution (sous forme de consommation intermédiaire) à la valeur de tous les biens produits. Le P.I.B. est donc obtenu en sommant les valeurs ajoutées.

Enfin, la montée en puissance de la logique financière à partir des années 1980 a forgé autour du mot valeur une dernière expression : la « création de valeur », subordonnant toute la stratégie de l'entreprise à la logique actionnariale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VALEUR, économie  » est également traité dans :

ACTUALISATION, économie

  • Écrit par 
  • Alain COTTA
  •  • 746 mots

Le terme actualisation désigne, en économie, un procédé qui permet de comparer l'évaluation d'un même bien ou celle des services qu'il rend en différents moments du temps. Quelle que soit l'évaluation d'un bien (prix de marché, coût de production, etc.), il est en effet très souvent nécessaire, notamment lorsqu'il s'agit d'établir des prévisions, de comparer l'évaluation de ce bien en différents m […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le marché de l'art contemporain »  : […] Au cours des années 1980, les valeurs artistiques de l'art contemporain dit international ont été définies et hiérarchisées au sein du monde de l'art occidental, qui a fourni un exemple particulièrement pur des interactions existant entre le champ culturel et le marché. Dans le premier s'opéraient et se révisaient les évaluations esthétiques. Dans le second se réalisaient les transactions et s'él […] Lire la suite

AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Subjectivisme »  : […] Contrairement à Walras, qui suppose les individus homogènes selon leurs activités de production ou de consommation (hypothèse matérialisée par la notion d'agent représentatif), Menger affirme l'hétérogénéité fondamentale des agents économiques. Il montre que la valeur d'un bien est fonction non pas des caractéristiques objectives de ce bien mais de l'idée qu'un individu se fait de la satisfactio […] Lire la suite

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « Transfert de valeurs »  : […] Enfin, le transfert des valeurs dans le temps et dans l'espace représente le moins spécifique des métiers bancaires. Dans le monde à croissance lente précédant le xviii e  siècle, l'essentiel des profits dérive de la matérialisation d'un écart de prix entre deux lieux (l'argent métal vaut plus en Chine qu'en Europe ou au Japon du xv e au xviii e  siècle) ou entre deux moments (le prix du grain at […] Lire la suite

BIEN ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 1 806 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La relation des biens économiques à l'utilité »  : […] emptynull […] Lire la suite

BÖHM-BAWERK EUGEN VON (1851-1914)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 478 mots

Professeur à l'université de Vienne et expert auprès du ministre des Finances pour la réalisation d'un projet de réforme de l'impôt direct (1889), Böhm-Bawerk peut être considéré comme l'un des créateurs de l'impôt moderne sur le revenu. Ministre des Finances en 1895, puis en 1897 et 1898, et à nouveau de 1900 à 1905, il réalise une conversion de la dette. En tant que théoricien, Böhm-Bawerk se si […] Lire la suite

BOURSE - Marchés de valeurs mobilières

  • Écrit par 
  • Daniel GOYEAU, 
  • Amine TARAZI
  •  • 8 114 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'approche fondamentaliste »  : […] L' approche fondamentaliste considère que tout actif financier a une valeur intrinsèque égale à la valeur actualisée (c'est-à-dire exprimée en unités monétaires d'aujourd'hui) de la chronique de flux futurs anticipés procurés par cet actif. La valeur « vraie » ou intrinsèque d'un actif financier repose donc sur des prévisions subjectives, établies à partir des informations économiques disponibles […] Lire la suite

CANTILLON RICHARD (1680 env.-env. 1734)

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 695 mots

Banquier parisien, né d'une famille irlandaise, elle-même d'origine espagnole, selon son biographe, l'économiste Stanley Jevons, Cantillon rédigea un Essai sur la nature du commerce en général , qui ne fut publié qu'en 1755, sans nom d'auteur, après avoir circulé en manuscrit parmi les physiocrates et influencé fortement Gournay et, plus encore, Mirabeau dans son ouvrage L'Ami des hommes ou Trait […] Lire la suite

LE CAPITAL, Karl Marx - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 124 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Marchandise, plus-value et accumulation »  : […] La structure du Capital reflète la méthodologie de Marx : elle consiste à partir des « entités abstraites » de l'économie politique classique pour ensuite étudier le concret. Le livre I analyse le processus de production capitaliste et débute par les chapitres sur la marchandise et la monnaie, afin d'analyser la « survaleur » et le « surtravail » (la forme moderne de l'exploitation) et d'en expo […] Lire la suite

CAPITAL, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURAND
  •  • 1 290 mots

Chez Karl Marx, le capital est un social propre à la société bourgeoise, rapport social qui repose sur la propriété privée des moyens de production, laquelle définit largement la division du travail et la répartition de la valeur produite. Dans le cadre de ce rapport social, l'accroissement de la valeur, essentiellement au bénéfice du capitaliste, a lieu à travers l'exploitation de la force de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-18 décembre 2014 Russie. Aggravation de la crise économique et financière

Cette décision, dont il impute la responsabilité à l'Union européenne, est le premier effet de la chute des cours du pétrole sur l'économie russe, très dépendante des exportations d'hydrocarbures et déjà fragilisée par les sanctions occidentales. La baisse des cours du pétrole entraîne celle du rouble – celui-ci perdra le quart de sa valeur par rapport au dollar au cours du mois. […] Lire la suite

8-19 janvier 2010 Venezuela. Dévaluation du bolivar

Le 8, le président Hugo Chávez annonce une dévaluation du bolivar afin de « renforcer l'économie, freiner les importations qui ne sont pas strictement nécessaires et stimuler les exportations ». Un double taux de change est instauré: la dévaluation par rapport au dollar est de 21 p. 100 pour les importations de biens de première nécessité, de 100 p. […] Lire la suite

1er-31 octobre 2008 Crise économique mondiale. Réponses à la crise financière

) sur les Perspectives de l'économie mondiale prévoit pour 2009 une croissance mondiale de 3 p. 100 en moyenne, contre 3,9 p. 100 en 2008, mais de valeur quasi nulle pour les pays développés: 0,2 p. 100 pour la zone euro, contre 1,3 p. 100 en 2008 et 0,1 p. 100 pour les États-Unis, contre 1,6 p. 100 en 2008. Le 10, les ministres de l'Économie et des Finances et les directeurs des banques centrales des pays du G7, réunis à Washington, s'engagent à « continuer à travailler ensemble pour stabiliser les marchés financiers et restaurer le flot du crédit pour soutenir la croissance économique mondiale ». […] Lire la suite

17-31 août 1998 Russie. Dévaluation du rouble et limogeage du Premier ministre Sergueï Kirienko

La crise financière qui frappe les économies asiatiques depuis l'été de 1997 rattrape ainsi cet autre marché émergent que constitue l'économie russe. Le 21, alors que la chute des marchés russes et le glissement du rouble se poursuivent, le Premier ministre Sergueï Kirienko déclare que la crise financière « ne fait que commencer » en Russie. La Douma adopte à une large majorité une résolution critiquant l'inaction du président Eltsine et demandant sa démission ainsi que celle du gouvernement. […] Lire la suite

4-26 août 1998 Crise financière asiatique. Extension de la crise financière

Le 7, l'annonce par le nouveau Premier ministre japonais, Keizo Obuchi, lors de son discours d'investiture, de son programme de relance de l'économie – mise en place de banques relais chargées d'absorber les établissements en instance de faillite, plan de 6 000 milliards de yens de réductions fiscales, plan de relance supplémentaire de 10 000 milliards de yens – déçoit les milieux financiers. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nathalie BERTA, « VALEUR, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-economie/