VALÉRY PAUL (1871-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Renverser les idoles

D'un écrivain qui, plus qu'un autre, s'est voulu maître de ses moyens, on peut être tenté de voir commencer véritablement l'ambition là où lui-même a perçu et voulu situer – pour une part, sans doute, mythiquement – sa propre origine : à la crise de 1892. Non que n'aient dû compter les événements toujours déterminants de la jeunesse, les marques de l'enfance, les étapes de la formation – le collège de Sète, où il naît, le lycée puis la faculté de droit de Montpellier, leur ennui – ni les découvertes propres à cet âge : celle de Wagner qui suscite son émotion et son admiration pour une puissance formelle inégalable, celle de Poe, de la Genèse d'un poème à telle phrase du Domaine d'Arnheim : « Je crois que le monde n'a jamais vu et que [...] le monde ne verra jamais la perfection d'exécution dont la nature humaine est positivement capable dans les domaines les plus riches de l'art. » Non que n'aient joué décisivement les rencontres, celles de Gide, et de Pierre Louÿs dont Valéry recherchera la pertinence des réflexions sur ces travaux en cours, ni la lecture de Rimbaud, et de Mallarmé à qui il écrit dès 1890 et qu'après son installation à Paris il fréquentera avec une assidue ferveur jusqu'à sa mort – dont il faut pleinement mesurer tout le bouleversement qu'il en put éprouver. Non que n'ait pas eu enfin d'importance, de 1887 à 1891 surtout, la composition de nombreux poèmes où Valéry puisera, pour la retoucher, la matière principale de son Album de vers anciens (1920). Mais cela prépare, et pour une part amorce depuis un certain temps déjà, la « nuit de Gênes » du 4 au 5 octobre 1892 : nuit d'orages où Valéry, assis, se sentit foudroyé, désirant de l'être – nuit blanche où il lui sembla devenir fou et à l'issue de quoi, c'est son aveu, il se ressentit autre. Il voulut raturer ses incertitudes antérieures pour dater de ce coup d'État sa véritable origine. Réaction de défense contre cette manière de dépossession qu'il avait éprouvée lors d'une vive passion platonique, la crise de 1892 témoigne de sa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages






Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, docteur d'État, maître de conférences de littérature française à l'université de Toulouse-II

Classification


Autres références

«  VALÉRY PAUL (1871-1945)  » est également traité dans :

MONSIEUR TESTE, Paul Valéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 953 mots
  •  • 1 média

Composite, fragmentaire, énigmatique, Monsieur Teste a tout du livre culte : il ne donne pas seulement à lire une œuvre, ni même à méditer une pensée, mais bien à suivre une éthique, celle qui porte à négliger l'œuvre au profit de la vie, ou plus exactement à « faire de sa vie une œuvre d'art ». De là l'importance du livre pour les surréa […] Lire la suite

PAUL VALÉRY (M. Jarrety)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 099 mots

Avec ses mille deux cents pages de texte serré et ses quelque deux cents pages de notes et d'index, le Paul Valéry de Michel Jarrety (Fayard, Paris, 2008) n'est pas une simple biographie. C'est un monument. On avait rarement connu pareille entreprise visant à tenter de tout dire de la vie d'un homme, semaine après semaine et souvent jo […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Position du problème : la correspondance des arts »  : […] Dans un monde imbu de mythes, les relations de l'architecture et de la musique s'exprimaient sous une forme allégorique ; la philosophie, dans bien des cas, s'est voulue une réflexion sur ces allégories. On connaît l'histoire d'Amphion : le fils d'Antiope et de Jupiter bâtit les murs de Thèbes en jouant de la lyre ; au gré des sons, les pierres venaient prendre chacune sa place. À quoi fait écho l […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une synthèse essentielle : Baudelaire »  : […] En écrivant l' Art romantique , en affirmant que la poésie doit être à la fois liée à la vie moderne et au beau idéal, Baudelaire définit un programme qu'il accomplit exactement, alors que ses contemporains versent tantôt dans le culte parnassien de la plastique tantôt dans le mépris du style. Mais surtout il écrit les Correspondances et réalise ainsi l'intuition de Jouffroy selon laquelle la po […] Lire la suite

AUTOFICTION

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 2 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux sources d'un genre »  : […] On peut replacer l'émergence de l'autofiction telle que la montre Fils dans l'évolution de la figure de l'auteur au cours du xx e  siècle écoulé. Au début du siècle, Paul Valéry avait donné la règle d'or de la lecture littéraire : « Ne jamais confondre le véritable homme qui a fait l'ouvrage avec l'homme que l'ouvrage fait supposer. » Il aurait pu ajouter : « Ne jamais confondre la personne ré […] Lire la suite

CHARMES, Paul Valéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 842 mots
  •  • 1 média

Après le succès remporté par La Jeune Parque (1917), Paul Valéry , plébiscité en 1921 comme le plus grand poète contemporain, publie Charmes le 25 juin 1922 ; le titre du recueil est un hommage aux poèmes de l'Antiquité romaine, les carmina . Après remaniement de l'ordre des 21 poèmes, une nouvelle édition paraît en 1926. […] Lire la suite

COMMERCE, revue littéraire

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 562 mots

La revue Commerce , « Cahiers trimestriels publiés par les soins de Paul Valéry, Léon-Paul Fargue, Valery Larbaud », donna vingt-neuf livraisons, de 1924 à 1932. Cette revue littéraire naît à l'ombre de la princesse de Bassiano et de ses proches. Outre les trois « phares » susnommés, Commerce comptera quelques autres collaborateurs influents : Saint-John Perse, Giuseppe Ungaretti, Bernard Groethu […] Lire la suite

CONSCIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 10 477 mots

Dans le chapitre « Conscience et individualité  »  : […] Cette vie intérieure a une seconde caractéristique. Elle est strictement personnelle et échappe à tout autre que moi. Nul ne peut pénétrer dans cette forteresse qu’est mon « Moi », nul ne peut prétendre avoir accès à ce dont je suis le seul à faire l’expérience. Paul Valéry (1871-1945) a exprimé simplement ce lien entre conscience et individualité : « Le cogito me fait l’effet d’un appel sonné p […] Lire la suite

DESCRIPTION

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ADAM
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « Le système descriptif »  : […] Pour l'esthétique classique que Blair, Albalat et quelques autres représentent, le défaut majeur de la description réside dans le fait qu'elle ne comporte en elle-même ni ordre ni limite et semble soumise, dès lors, aux bonnes grâces de l'auteur. C'est la critique de Viollet-le-Duc (1835) et de Valéry : « Toute description se réduit à l'énumération des parties ou des aspects d'une chose vue, et c […] Lire la suite

DESCRIPTION (esthétique)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 1 143 mots

L'histoire de l'art ne peut se construire qu'à partir de l'examen attentif de l'apparence, aussi la description est-elle l'un de ses outils d'investigation fondamentaux. Des travaux, comme ceux de Philippe Hamon ( La Description littéraire : anthologie de textes théoriques et critiques , 1991) et de Roland Recht ( Le Texte de l'œuvre d'art : la description , 1998), ou, encore, les actes du colloqu […] Lire la suite

ÉCOLE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « Un mode de périodisation »  : […] Soulignons un premier point : la tendance de beaucoup d'écrivains à s'affirmer d'abord en tant qu'individus (avec son pendant, le goût du lecteur pour une œuvre considérée isolément) ne pourra qu'irriter le savant, et tout particulièrement le sociologue, voué par métier à la dimension collective de la réalité humaine – et l'on sait que se développe une sociologie de la littérature : elle peut y v […] Lire la suite

ÉPHÉMÈRE, arts

  • Écrit par 
  • Véronique GOUDINOUX
  •  • 2 182 mots

Dans le chapitre « La question de la durée »  : […] Deux siècles plus tard, Georg Wilhelm Friedrich Hegel, cherchant à montrer l'idéalité de l'art, écrit : « À ce qui est éphémère dans la nature, l'art donne la solide consistance de la durée ; un sourire fugace, une bouche qui se plisse malicieusement, un regard, une lueur fugitive [...], tout cela, l'art l'arrache à l'existence momentanée et, sous ce rapport aussi, surmonte la nature » ( Cours d'e […] Lire la suite

FAUST

  • Écrit par 
  • André DABEZIES
  •  • 3 906 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Deux témoins privilégiés de Faust »  : […] Paul Valéry écrit les deux dialogues dramatiques de Mon Faust dans l'écroulement de 1940. Le Solitaire est une « féerie » fantastique, au ton assez amer, où Faust débat du problème du mal avec un farouche ermite, nouveau Zarathoustra, et se retrouve presque aussi pessimiste que lui devant un monde mal fait. Dans Lust, ou la Demoiselle de cristal, comédie , Faust est un vieux sage, hésitant entre « […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le fragment et la question du sujet »  : […] Dépourvu de centre comme de sujet, le haïku laisse de côté l'ego et le miroir. Car ce qui est en jeu dans les Cent Mille Milliards de poèmes de Queneau ou les cut-up de la tradition moderne, tout comme dans les aphorismes de la tradition classique, c'est aussi cette possibilité de figurer un énoncé sans « je ». Ce qui ne veut pas dire cette fois sans autoreprésentation : on sait que les fragment […] Lire la suite

GUILLÉN JORGE (1893-1984)

  • Écrit par 
  • Claude ESTEBAN
  •  • 1 530 mots

Dans le chapitre « De « Cántico » à « Clamor » : un itinéraire ontologique »  : […] La cohérence de Cántico ne saurait dissimuler le caractère naturellement dynamique et progressif d'une œuvre dont l'élaboration s'étage sur trente et un ans. Il importe donc de s'attacher aux différents moments de ce livre qui s'est enrichi et singulièrement diversifié si on le compare au recueil de 1928. Celui-ci, à bien des égards, se présente comme une tentative d'appréhension volontairement i […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 097 mots

L 'histoire comme justification de la politique, comme caution de la mémoire des groupes, l'histoire redécouverte par les autres sciences humaines et sociales sont autant de signes qui témoignent de l'actualité du travail des héritiers d'Hérodote. Les articles qui suivent entendent montrer l'état de la discipline aujourd'hui. À l'heure du règne de l'expertise et de l'interdisciplinarité, il import […] Lire la suite

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 471 mots

Dans le chapitre « Mirages de la pureté »  : […] C'est dans la thématique traditionnelle – et souvent décriée – de l'introspection qu'on trouvera un premier modèle de la psychologie du moi. En fait, toute une série de démarches s'y rattachent, s'il s'agit, par le regard tourné vers l'intérieur, de saisir un moi séparé de l'extériorité qui l'altère, un moi pur. Valéry peut servir ici d'illustration, car il s'essaye, tant dans La Jeune Parque que […] Lire la suite

MUSÉE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 11 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du sanctuaire au média »  : […] Les créateurs ont été les premiers à mettre en doute, parfois avec violence, le bien-fondé d'une institution qui leur était doublement destinée, comme lieu de formation et comme terme de consécration. Le mot célèbre de Pissarro : « Il faut brûler les nécropoles de l'art » – auquel fait écho celui de Vasarély : « Je veux en finir avec tout ce qui précisément fait le musée : l'œuvre unique et irremp […] Lire la suite

PATAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Noël ARNAUD
  •  • 1 829 mots

Dans le chapitre « L'équivalence universelle et la conversion des contraires »  : […] La théorie des équivalences ou, pour être précis, de l'équivalence universelle et de la conversion des contraires, a donné lieu à maint malentendu. Postuler que le vrai et le faux sont identiques, en quelque sorte stables, équilibrés, serait déplorablement improductif et, pire, ennuyeux. Ce que le pataphysicien soutient, c'est que le signe + et le signe − s'annulent et se fécondent. Le concept s' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-30 mars 1998 • France • Progression de la gauche aux élections régionales et cantonales et division à droite au sujet du Front national.

en Alsace, Valéry Giscard d'Estaing (U.D.F.) en Auvergne, Josselin de Rohan (R.P.R.) en Bretagne, Jean-Claude Étienne (R.P.R.) en Champagne-Ardenne, Gérard Longuet (U.D.F.-D.L.) en Lorraine, René Garrec (U.D.F.-D.L.) en Basse-Normandie, François Fillon (R.P.R.) dans les Pays-de-la-Loire, Jean-Pierre [...] Lire la suite

22-23 janvier 1981 • France - Italie • Visite du président Valéry Giscard d'Estaing à Rome

Le 22, Valéry Giscard d'Estaing arrive à Rome pour une visite officielle de travail de deux jours, qui s'insère dans le cadre des échanges de vues réguliers franco-italiens. Il s'entretient successivement avec le président du Conseil, Arnaldo Forlani, et le président de la République, Sandro [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel JARRETY, « VALÉRY PAUL - (1871-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/valery-paul-1871-1945/