VAISYA

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Rites et coutumes religieuses »  : […] Bien que le sacrifice solennel régresse, on lui conserve théoriquement une place dans la vie religieuse, mais, en fait, c'est l'existence quotidienne qui est scandée d'une multiplicité de rites et d'observances. La personne du brâhmane, membre de la caste sacerdotale, continue de dominer la société brahmanique ; il est l'être pur par excellence, qui doit plus qu'aucun autre se garder de tout conta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmanisme/#i_29097

CASTES

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 5 986 mots

Dans le chapitre « Vaiśya »  : […] Élevage, commerce, agriculture sont le fait des vaiśya, ceux qui appartiennent au viś , c'est-à-dire au peuple de la contrée. Ils sont habilités, comme les kṣatriya, à accomplir les rites d'oblation. Le prêt à intérêt, très répandu dans l'Inde, dépendait d'eux en principe. La protection des bestiaux est la première fonction des vaiśya et s'étend principalement sur les vaches, moins en raison de le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castes/#i_29097

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « Créanciers et débiteurs : le régime de la dette »  : […] De ces textes normatifs et narratifs, des commentaires et digestes qui n'ont pas cessé de développer, à l'époque médiévale, la matière des traités, des allusions qu'on peut trouver dans les œuvres littéraires et des enseignements que fournit l'épigraphie, il ressort que les règles particulières du régime de la dette ont évidemment varié au cours des siècles et suivant les régions : la tendance gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-anthropologie/#i_29097

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chimie et sciences naturelles »  : […] Les sciences naturelles sont infiniment moins développées que la médecine dans l'Inde traditionnelle. Il est vrai que, réciproquement, la science que nous avons pris l'habitude d'appeler médecine et qui se nomme Āyurveda en sanskrit, la « science de longévité », déborde le cadre d'une simple doctrine thérapeutique et englobe toutes les sciences naturelles, la nature offrant à l'homme une immense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_29097