VACCINATION (CONTROVERSES)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évolution de la législation sur les vaccins 

Dans ce contexte, aurait-il été judicieux de lever en France le caractère obligatoire de la vaccination en population générale, qui concernait, rappelons-le, trois vaccins (diphtérie, tétanos et poliomyélite), comme le souhaitaient certains experts ? Pour le HCSP, il s'agit là d'une question de société plutôt que d'un débat à trancher entre spécialistes. La coexistence de vaccins recommandés et de vaccins obligatoires s’explique uniquement par l’histoire et non. Entre 1964 et 2017, aucun nouveau vaccin n'a été rendu obligatoire, cependant, l'obligation vaccinale n'a été levée que pour le vaccin antivariolique et le BCG. L'Italie est le seul autre pays européen à avoir maintenu des vaccinations obligatoires.

Le ministre des Solidarités et de la Santé a finalement opté en 2017 pour une politique de prévention vaccinale plus active en renforçant les obligations : onze vaccins sont obligatoires au 1er janvier 2018 pour l’entrée en collectivité des enfants nés à partir de cette date. Il s’agit de la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (les trois vaccins déjà obligatoires), contre la coqueluche, les infections à Hemophilus influenzae de type b, l’hépatite B, les pneumocoques, les méningocoques du sérogroupe C, la rougeole, les oreillons et la rubéole (vaccins recommandés auparavant). La vaccination contre la fièvre jaune reste obligatoire dès l’âge de douze mois pour les personnes résidant en Guyane.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Chantal GUÉNIOT, « VACCINATION (CONTROVERSES) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaccination-statut-juridique/