UTAMARO KITAGAWA (1753-1806)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Poème de l'oreiller, K. Utamaro

Le Poème de l'oreiller, K. Utamaro
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Bain, Kitagawa Utamaro

Le Bain, Kitagawa Utamaro
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Peintre et son modèle, Kitagawa Utamaro

Le Peintre et son modèle, Kitagawa Utamaro
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Portrait de Ohisa Takashima, Kitagawa Utamaro

Portrait de Ohisa Takashima, Kitagawa Utamaro
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Utamoro a longtemps été en Occident le plus réputé parmi les peintres d'estampes japonaises, en raison du retentissement de sa « découverte » par les Goncourt à la fin du xixe siècle. Aujourd'hui encore, il s'affirme comme un des plus grands maîtres de cet art. Élevé dans un milieu littéraire, cultivé, il s'est initié à l'art de l'estampe, à travers les œuvres de Harunobu, Koryūsai, Shunshō, qui connaissaient alors une grande vogue.

Un maître de l'illustration

Il semble que Kitagawa Utamaro soit né en 1753 et que sa jeunesse se soit passée à Edo (Tōkyō) sous l'égide de Toriyama Sekien, poète et peintre de la lignée des Kanō, qui devait ouvrir, vers 1770, une école où l'on enseignait aussi le style de l'ukiyo-e. Entre 1775 et 1780, sous la signature de Toyoshō ou Toyoaki, Utamaro illustre des petits livres populaires de nouvelles ou de pièces de théâtre kabuki, les kibyōshi. Vers 1779, remarqué par l'éditeur Tsutaya Jūzaburō, grand protecteur des artistes, il quitte son vieux maître et s'établit auprès de son nouveau bienfaiteur. Il y demeura jusqu'à la mort de ce dernier, en 1797, et il eut ainsi l'occasion d'établir des contacts fructueux. En 1781, il adopta le nom d'Utamaro, signant d'abord Utamaro ga (peint par), puis Utamaro hitsu (du pinceau de).

Dans ses premières estampes, qui représentent des légendes et des scènes dans les quartiers de plaisir, l'influence de Harunobu et d'autres artistes contemporains est manifeste. Après la mort de Sekien, en 1788, Utamaro se considère enfin comme un artiste véritablement indépendant. De cette année date un ensemble de douze ōban érotiques, Le Poème de l'oreiller, où il allie l'audace à la délicatesse. D'autre part, des livres illustrés en couleurs témoignent d'un don d'observation et d'un raffinement exceptionnels : tels sont Le Livre illustré des insectes (1788), où vers luisants, chenilles, mantes religieuses sont associés aux herbes et aux plantes, Les Dons de la marée basse (1789), avec ses coquillages nacrés, Les Poèmes satiriques sur les oiseaux (1790). Sekien avait d'ailleurs [...]

Le Poème de l'oreiller, K. Utamaro

Le Poème de l'oreiller, K. Utamaro

Photographie

L'un des douze oban érotiques constituant Le Poème de l'oreiller de Kitagawa Utamaro (1753-1806). Estampe. Victoria and Albert Museum, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  UTAMARO KITAGAWA (1753-1806)  » est également traité dans :

ELLES (H. DE TOULOUSE-LAUTREC )

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 239 mots

Les onze pièces publiées par Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901) pour la suite Elles sont à la fois caractéristiques de ses thèmes favoris (à l'exception de la clownesse Cha-U-Kao, toutes les femmes qu'il représente appartiennent en effet au monde des maisons closes) et de sa pratique de l'estampe (ce sont des lithographies en couleurs, comme la plupart de ses œuvres). Lautrec suit de près l'ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elles-h-de-toulouse-lautrec/#i_47659

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Les grands genres de l'Ukiyo-e »  : […] Attentive aux intérêts les plus variés d'une société dont elle se voulait l'interprète, la xylographie ukiyo-e aborda pratiquement tous les sujets. Mais elle montra une prédilection pour le portrait de jolies femmes (souvent lié à l'érotisme ) et le portrait d'acteurs de kabuki , ainsi que pour le paysage. Tout au long de sa carrière, l'Ukiyo-e fit une place privilégiée à la femme, en lui donnant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_47659

Pour citer l’article

Daisy LION-GOLDSCHMIDT, « UTAMARO KITAGAWA (1753-1806) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/utamaro/