URDŪ ou OURDOU LANGUE & LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature urdū

Tout d'abord dédaigné par l'élite musulmane de l'Inde du Nord dont le persan était la langue de culture et d'administration, c'est, comme il a été dit, à la cour des royaumes de Bijapur et de Golconde fondés dans le Deccan, après l'effondrement du sultanat de Delhi, que l'urdū connut sa première utilisation littéraire. De la fin du xvie à la fin du xviie siècle se développa là une riche littérature, souvent religieuse ou traditionnelle, mais où certains écrivains, comme le roi Muḥammad Qulī Qut..b Šāh de Golconde (mort en 1613), introduisirent un lyrisme de couleur locale. La poésie dakhinī atteignit son apogée avec Ġavvāṣī (mort en 1639) et Nuṣratī (mort en 1684).

Après l'annexion par Aurangzeb des royaumes du Deccan à l'Empire moghol (1686-1687), les poètes allèrent chercher des protecteurs dans d'autres villes, en particulier Aurangabad, la nouvelle capitale impériale. C'est là que vécut pendant une vingtaine d'années le plus grand poète d'expression urdū du xviie siècle, Valī (1668-1707). Après un passage par le Gujarat où il fut initié au soufisme, il se rendit à Delhi vers 1700. Là, ses vers connurent un vif succès, et sa venue contribua largement à l'adoption de l'urdū comme langue littéraire.

L'Empire moghol avait atteint sa plus grande extension sous Aurangzeb. Après la mort de celui-ci, en 1707, il se désagrégea rapidement, du fait notamment des intrigues de cour, de la sécession des grands feudataires et de la constitution de pouvoirs régionaux. Cet empire affaibli fut en outre confronté aux ravages causés par les armées afghanes de Nādir Šāh, qui mit Delhi à feu et à sang en 1739, puis d'Aḥmad Šāh Durrānī, qui ravagea la cité en 1757. Delhi perdit ainsi la stabilité qui lui avait permis de devenir le principal foyer de la poésie urdū durant les premières décennies du xviiie siècle. Après 1739, ce rôle revint à la cour des navāb (souverains quasi indépendants) de l'Éta [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du Journal asiatique

Classification

Autres références

«  URDU ou OURDOU LANGUE & LITTÉRATURE  » est également traité dans :

DARD XWĀJA MĪR (1721-1785)

  • Écrit par 
  • Eva de VITRAY-MEYEROVITCH
  •  • 250 mots

Poète et musicien, Khwaja Mir, dont le pseudonyme Dard signifie douleur, appartenait à une famille de mystiques. Il passa sa vie dans la retraite sans quitter Delhi, en dépit du sac et des massacres qui s'y produisirent de son temps. Il était un musicien réputé, écrivit d'importants ouvrages sur le soufisme et fut le plus grand poète mystique de langue ourdoue. Il a composé un petit nombre de poèm […] Lire la suite

GHĀLIB ASSADULLĀH KHĀN dit (1793 env.-1869)

  • Écrit par 
  • Eva de VITRAY-MEYEROVITCH
  •  • 805 mots

Poète indien de langue urdū, né à Āgra, mort à Delhi, Assadullāh khān, qui devait choisir le pseudonyme de Ghālib, appartenait à une famille noble ; il descendait du roi Afrāsyāb de Touran. Orphelin très jeune, il perdit en 1857, lors de la révolte des cipayes, son patrimoine familial. En 1852, il devint le professeur de poésie du dernier roi moghol, shāh Zaffar, et fut considéré comme poète-lauré […] Lire la suite

HĀLĪ A. H. (1837-1914)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 149 mots

Avec Ghālib et Iqbāl, Hālī est un des trois grands poètes de la littérature indienne en langue ourdoue (nord-ouest de l'Inde). Poursuivant l'œuvre novatrice de Ghālib, qui le premier introduisit des éléments modernes dans la lyrique, il modifia non seulement le contenu mais la forme même du ghazal, abandonnant notamment le langage conventionnel et précieux, qui était de tradition dans ce genre lit […] Lire la suite

HINDĪ LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Nicole BALBIR, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 8 338 mots

Dans le chapitre « Développement et standardisation »  : […] Le hindī, terme persan, désigne à l'origine toutes les langues régionales apparentées de la plaine indo-gangétique. En tant qu'expression de la culture hindoue, les musulmans lui donnent aussi le nom de « hindoui » qui est attesté dès le xii e  siècle. Au xvii e  siècle, les voyageurs européens mentionnent l'hindustānī, langue courante généralement écrite en caractères persans. À l'origine, le hi […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le hindī et l'urdū »  : […] Les principales langues indo-aryennes littéraires d'aujourd'hui, ou néo-indiennes, sont différenciées d'après leurs régions d'extension. Les États qui constituent actuellement l'Union indienne ont été délimités principalement d'après l'usage de leurs langues. Ainsi le Panjab, le Kashmir, le Bengale occidental, l'Orissa, le Gujarat, le Maharashtra sont les régions où l'on parle respectivement le pa […] Lire la suite

IQBĀL MOHAMMAD (1873-1938)

  • Écrit par 
  • Eva de VITRAY-MEYEROVITCH
  •  • 1 054 mots

Philosophe et poète qui contribua à la fondation du Pakistan, Iqbāl (Ikbāl) est né au Pandjāb, dans une famille de brahmanes du Cachemire convertis à l'islam depuis trois siècles. Il se rend en Europe en 1905, où il rencontre notamment Mac Taggart et Bergson ; il étudie à Cambridge, soutient en Allemagne un doctorat de philosophie sur la métaphysique en Perse et professe quelque temps l'arabe à l' […] Lire la suite

MĪR TAQĪ MĪR (1722-1810)

  • Écrit par 
  • Eva de VITRAY-MEYEROVITCH
  •  • 277 mots

Né à Agra, mort à Lucknow, regardé comme le plus grand poète lyrique de langue ourdoue, Mīr appartient à l'école de Delhi. Le sac de cette dernière ville, où il s'était acquis une grande notoriété, l'obligea à fuir. Poète fécond, auteur d'une autobiographie, de six volumes de ghazals (poèmes lyriques), d'innombrables quatrains et de dizaines de longs mathnawis (récits en vers), dont le plus célèb […] Lire la suite

NÉPAL

  • Écrit par 
  • Gilles BÉGUIN, 
  • Benoît CAILMAIL, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Luciano PETECH, 
  • Philippe RAMIREZ
  •  • 16 327 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Hindī et urdū »  : […] Hindous de la Plaine et Musulmans ont comme langue maternelle trois dialectes du hindī : ce sont d'ouest en est l'awadhī, le bhojpuri et le maithilī ; tous, Musulmans compris, utilisent la riche littérature orale de ces dialectes qui comprend notamment plusieurs épopées. Ils lisent aussi la littérature écrite dans ces dialectes entre le xv e et le xix e  siècle ; la contribution propre des habita […] Lire la suite

PAKISTAN

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 19 646 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La population »  : […] Bien que les premiers recensements de 1951 et de 1961 soient peu fiables, la croissance démographique est rapide : de 34 à 40 millions en 1951, la population est passée à 84 millions en 1981, à 130,5 millions en 1998, et à 174,5 millions en 2010, dont 35 p. 100 vivent désormais dans les villes. Les 800 000 kilomètres carrés sont très inégalement peuplés, au point que la densité moyenne (225 hab./k […] Lire la suite

PRĒMČAND (1880-1936)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 511 mots

La littérature indienne moderne en langue hindīe (parlée dans le bassin du Gange, de Delhi à Bénarès) a été dominée, au début du xx e  siècle, par un mouvement appelé Chāyāvāda et correspondant à la fois au romantisme (par son inspiration lyrique) et au symbolisme (par ses recherches stylistiques) des littératures européennes, dont il se recommandait d'ailleurs expressément. Des écrivains tels que […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Denis MATRINGE, « URDŪ ou OURDOU LANGUE & LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/urdu-ourdou/