U.F.A. (Universum-Film AG)

Voici près d'un siècle, le cinéma allemand, en retard sur ses concurrents européens, était dispersé en petites entreprises affaiblies par la guerre lorsque, sous la pression de l'état-major soucieux de mieux maîtriser les armes de la propagande, la création d'une entreprise puissante fut décidée. C'est ainsi que naît, en 1917, la U.F.A. (Universum-Film Aktiengesellschaft), avec le concours financier du Reich et surtout de la Deutsche Bank, de Krupp, de la compagnie électrique AEG et des industries chimiques IG Farben. La nouvelle compagnie absorbe plusieurs sociétés de production expérimentées, bénéficiant ainsi des studios de Berlin-Tempelhof, où Ernst Lubitsch s'illustre dans le Kostümfilm. En 1921, la U.F.A. absorbe la Decla-Bioscop, la société d'Erich Pommer, qui est promu chef de toutes les unités de production de la U.F.A. – et dont elle reprend les studios de Berlin-Babelsberg. Ceux-ci, une fois modernisés, deviendront la U.F.A.-Stadt.

La U.F.A., qui dispose bientôt d'un réseau de salles prestigieuses, intègre toutes les branches de l'industrie cinématographique, sans négliger les recherches techniques et formelles. Elle contribue puissamment à faire du cinéma allemand des années 1920 le cinéma le plus créatif, avec le cinéma américain. Elle peut compter sur des metteurs en scène comme F. W. Murnau (Le Dernier des hommes, 1924 ; Faust, 1926), Karl Grüne, E. A. Dupont (Variétés, 1925), et parfois Fritz Lang (Les Nibelungen, 1924 ; Metropolis, 1926), sur de nombreuses stars (Henny Porten, Lil Dagover, Brigitte Helm, Emil Jannings, Werner Krauss, Willy Fritsch...), des scénaristes comme Thea von Harbou et Carl Mayer, des techniciens de talent, Carl Hoffmann (chef-opérateur), Robert Herlth et Walter Röhrig (décorateurs). Les films novateurs voisinent avec les œuvres de divertissement et les grandes fresques historiques – au contenu généralement nationaliste (Fridericus Rex, d'Arsen von Cserepy, 1920-1923). Les studios alimentent une exportation qui s'étend aux actualités cinématographiques hebdomadaires.

Comme l'ensemble de l'économie allemande, la U.F.A. ne peut échapper à la crise.


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  U.F.A. (Universum-Film AG)  » est également traité dans :

ALLEMAND CINÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 10 337 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les débuts du parlant et le cinéma du docteur Goebbels »  : […] le marché mondial avec les américains R.C.A. et Western Electric. C'est en produisant un mélodrame que la U.F.A. choisit de lancer le cinéma parlant auprès du public, quelques mois seulement après la présentation du premier film sonore américain à Berlin. Les genres déjà établis sont relancés, de nombreux remakes parlants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-allemand/#i_39526

SIODMAK ROBERT (1900-1973)

  • Écrit par 
  • Michael BARSON, 
  • Universalis
  •  • 1 178 mots

ainsi que Billy Wilder et Fred Zinnemann. Siodmak réalise un certain nombre de films pour la UFA, mais la montée du nazisme le pousse à quitter l’Allemagne, en 1933, pour s’installer à Paris, où il poursuit sa carrière (Le Sexe faible, 1933 ; Pièges, 1939). En 1940, à la veille de l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-siodmak/#i_39526

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « U.F.A. (Universum-Film AG) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/universum-film-ag/