UNIVERSAUX, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le débat sur la relativité linguistique

Jusqu'au début des années 1960, c'est surtout sur la diversité et la spécificité des langues du monde que s'est portée l'attention des linguistes, aussi bien outre-Atlantique qu'en Europe. Aux États-Unis, la célèbre hypothèse dite de la « relativité linguistique » a été avancée dans le cadre des travaux sur les langues amérindiennes effectués par les ethnolinguistes. Cette hypothèse, à laquelle s'attachent les noms d'Edward Sapir (1884-1934) et de Benjamin Lee Whorf (1897-1941) et qui a donné lieu à force débats et controverses, postulait que les catégories les plus fondamentales de la pensée (comme celles de temps et d'espace), dont la réalisation varie d'une langue à l'autre, seraient en quelque sorte informées par la langue. La langue d'une communauté donnée organiserait donc l'appréhension que cette communauté a de la réalité et la représentation qu'elle se fait du monde. Selon une version caricaturale de la position de Whorf, qui revient à le situer indûment dans la lignée des disciples allemands de Wilhelm von Humboldt, les différences entre les langues entraîneraient inéluctablement des différences de structuration intellectuelle et affective, des « visions du monde » irréductibles.

En fait, les vues de ces deux précurseurs, que des relectures récentes ont contribué à éclairer et à réhabiliter partiellement, étaient beaucoup plus subtiles que ne le laisse entendre une telle caricature. Selon eux, les processus linguistiques participeraient d'opérations cognitives situées au cœur de l'activité conceptuelle des humains. Mais ces processus n'opéreraient pas de façon arbitraire sur des données d'expérience indifférenciées : ce seraient des élaborations secondes, venant travailler des données déjà structurées par la perception – données qui constitueraient une base [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  UNIVERSAUX, linguistique  » est également traité dans :

LANGAGE ACQUISITION DU

  • Écrit par 
  • Michèle KAIL
  •  • 4 942 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les approches formelles : la grammaire universelle et les théories du « bootstrapping » »  : […] L’approche structurale du langage humain proposée par Chomsky a bouleversé la linguistique et a durablement influencé les travaux des psycholinguistes. Selon Chomsky et ses disciples, l’enfant aurait une connaissance innée de la grammaire universelle (GU), constituée par des « principes », des propriétés invariantes très structurées (les universaux) et des « paramètres » qui rendent compte des v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-du-langage/#i_51201

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Catégories et langage »  : […] Deux positions peuvent être adoptées face aux rapprochements entre catégories de la pensée et catégories grammaticales : soit – en postulant une conaturalité globale de la pensée et du langage – on en retire une confirmation du bien-fondé des théories catégoriales, soit, à l'inverse, on prétendra que les catégories philosophiques représentent seulement des abstractions obtenues à partir des struct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/categories/#i_51201

CHOMSKY NOAM (1928- )

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POLLOCK
  •  • 4 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « grammaire universelle » et les langues »  : […] Ce modèle a profondément renouvelé et approfondi les analyses de syntaxe comparée : un nombre impressionnant de langues et de dialectes jusqu'alors pas ou peu décrits alimentent le travail descriptif des linguistes et a permis des généralisations insoupçonnées. On a montré que les différences entre langues ne se distribuent pas aléatoirement, mais sont le reflet, dans des domaines en apparence san […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noam-chomsky/#i_51201

DISCOURS PARTIES DU

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 602 mots

L'étude systématique des différences portant sur les éléments (« parties ») mis en jeu dans le langage réalisé (« discours ») a été entreprise il y a fort longtemps par les grammairiens. C'est déjà pour les Indiens un début d'inventaire structural que d'inventorier le verbe, le nom, les prépositions et les particules. En Grèce, pour Aristote, « l'élocution se ramène tout entière aux parties suivan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parties-du-discours/#i_51201

GREENBERG JOSEPH HAROLD (1915-2001)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 460 mots

Linguiste américain dont le nom est surtout attaché à deux directions de recherche : celle des universaux du langage et celle concernant la typologie, appliquée en particulier au problème des langues africaines. Selon la théorie des universaux du langage, il y aurait des caractéristiques communes (et indispensables) à toutes les langues, que ce soit dans le domaine de la syntaxe, de la morphologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-harold-greenberg/#i_51201

LANGUES TYPOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 8 357 mots

Dans le chapitre « À la recherche des universaux »  : […] Partis de la volonté de classer les langues pour mieux les décrire et les comprendre, les typologues ont débouché à partir des années 1960 sur la question des universaux : qu'est-ce qui, dans les langues, reste suffisamment constant pour permettre de conclure à une universalité ? Plusieurs théories linguistiques se sont trouvées engagées de fait dans cette direction, que ce soit le fonctionnalism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-des-langues/#i_51201

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers une grammaire universelle ? »  : […] La théorie chomskienne, devenue ensuite « théorie étendue », puis « théorie des traces », connaîtra au début des années 1980 une version nouvelle dite « théorie du gouvernement et du liage », de plus en plus technique et formelle. L'entreprise poursuit depuis lors un objectif extrêmement ambitieux, connu sous le nom de « programme minimaliste » : il s'agit de proposer une théorie des propriétés u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_51201

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 5 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La typologie linguistique »  : […] La typologie est la branche de la linguistique qui cherche à classer les langues en types, définis non pas du point de vue de la parenté génétique, comme le fait la diachronie, mais d'un point de vue structurel, c'est-à-dire selon les principes d'organisation qui en assurent le fonctionnement. La recherche des différents types de langues est indissociable de la quête d'universaux linguistiques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-domaines/#i_51201

PORT-ROYAL GRAMMAIRE DE

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 1 030 mots

De 1644 à 1660, Claude Lancelot, professeur aux Petites Écoles de Port-Royal des Champs rédige une série de grammaires (latine, grecque, italienne, espagnole) qui instaurent une importante réforme dans l'enseignement des langues et entraîneront un grand bouleversement épistémologique. Jusqu'alors les manuels d'enseignement des langues énonçaient les règles de grammaire et les illustraient d'exemp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaire-de-port-royal/#i_51201

SOUS-JACENTE STRUCTURE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 292 mots

Aussi bien la Grammaire de Port-Royal que, plus tard, celle de Du Marsais ont reconnu la nécessité d'une description psychologique portant sur le passage des opérations prédicatives, porteuses d'un contenu sémantique, aux « constructions » réalisées dans l'énoncé terminal. Si ces dernières ne concernent que les phénomènes physiques de la parole, elles ne correspondent qu'approximativement à la co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-sous-jacente-linguistique/#i_51201

ACQUISITION DE LA SYNTAXE

  • Écrit par 
  • Michèle KAIL
  •  • 1 216 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’explication formelle de l’acquisition syntaxique »  : […] Le premier courant, issu de la linguistique formelle, s’inspire fortement des travaux de Noam Chomsky (1981-1991) relatifs à la grammaire universelle (GU) qui renvoie aux capacités cognitives propres à l’espèce, telle la faculté de langage. La théorie des principes et des paramètres distingue des principes communs à toutes les langues humaines et des principes paramétrisés qui rendent compte de va […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-de-la-syntaxe/#i_51201

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « UNIVERSAUX, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/universaux-linguistique/