UNITÉS LINGUISTIQUES

AFFIXE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 384 mots

Lors de l'inventaire des morphèmes d'un système linguistique, on est conduit à distinguer plusieurs sortes d'unités identifiables dans l'ordre phonétique et partageant la caractéristique de se rapporter au plan de la signification : parmi ces unités, les unes ont un contenu lexical, qu'il soit univoque ou plurivoque ; les autres, non autonomes, servent à couler ce sens dans les rapports morphosynt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affixe-linguistique/#i_86618

AMBIGUÏTÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Pierre LE GOFFIC
  •  • 686 mots

Un mot ou un énoncé sont dits ambigus quand ils sont susceptibles d'avoir plusieurs interprétations. Cette définition intuitive étant très large, on s'efforce en linguistique de la préciser en circonscrivant, parmi tous les malentendus, équivoques et autres imprécisions du langage, virtuels ou effectifs, ceux dont la racine semble se situer dans la structure et dans le matériau même du système lin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambiguite-linguistique/#i_86618

ANAPHORE, linguistique

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 198 mots

Dans la rhétorique traditionnelle, figure de style qui consiste à répéter le même mot ou le même tour en tête de plusieurs membres de phrase, pour obtenir une symétrie ou pour donner plus de force à l'énoncé ; ainsi : Rome, l'unique objet de mon ressentiment, / Rome, à qui vient ton bras d'immoler mon amant, / […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anaphore-linguistique/#i_86618

APHASIE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc NESPOULOUS
  •  • 983 mots

Ainsi nommée en 1864 par le clinicien Armand Trousseau en opposition au terme aphémie retenu à la même époque par Paul Broca et au terme alalie proposé plusieurs décennies auparavant par Jacques Lordat, l’aphasie est un trouble de la production et (ou) de la compréhension du langage oral et (ou) écrit consécutif à une lésion cérébrale le plus souvent située dans l’hémisphère gauche du cerveau et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aphasie/#i_86618

BENVENISTE ÉMILE (1902-1976)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 2 993 mots

Dans le chapitre « Vers le structuralisme »  : […] Conformément à la tradition saussurienne, la grammaire comparée se relie ainsi constamment à des hypothèses et des conclusions de portée générale. C'est par là d'abord que Benveniste prend sa place dans la révolution scientifique qu'a connue la linguistique au xx e  siècle et qui a reçu le nom de « structuralisme ». Du reste, le structuralisme eu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-benveniste/#i_86618

CERVEAU ET LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Jean-François DÉMONET
  •  • 2 863 mots
  •  • 5 médias

De tous les moyens dont dispose l’être humain pour communiquer avec ses semblables, le langage est le plus efficace. Comme la bipédie, le langage oral est un comportement universel, au développement spontané dans notre espèce et, sauf à être empêchées par la maladie, les prémices de cette fonction peuvent être mises en évidence dès avant la naissance. Le langage se compose d’un ensemble hiérarchi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-langage-oral/#i_86618

COMBINATOIRES VARIANTES

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 260 mots

On appelle « variantes combinatoires » les formes différentes que peut prendre une même unité, et qui dépendent nécessairement du contexte où se rencontre l'élément considéré. Les formes ainsi identifiées s'excluent mutuellement dans un environnement donné. Ainsi, en morphologie, on dira que les formes françaises /al/, /i/ et /v/ dans /võ/, /irõ/ et /alõ/ (c'est-à-dire : vont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variantes-combinatoires/#i_86618

CONSTITUANT IMMÉDIAT

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 286 mots

Lorsqu'on souhaite segmenter un énoncé en unités plus petites et ainsi de suite jusqu'à des éléments indécomposables, les morphèmes, on est conduit à user de procédures purement formelles qui permettent de décomposer l'ensemble et chaque sous-ensemble obtenu en sous-ensembles de rang immédiatement inférieur : on établit ainsi une hiérarchie de constituants immédiats. La question se pose de savoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constituant-immediat/#i_86618

DÉTERMINANT, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 608 mots

On appelle déterminants une catégorie d'éléments linguistiques ayant pour fonction de se rapporter syntaxiquement au nom, avec lequel ils forment l'essentiel du syntagme (ou groupe) nominal. Du point de vue logique, leur rôle est d'actualiser le substantif en l'insérant dans la situation de parole. Il s'ensuit que beaucoup donnent aux déterminants le nom d'actualisateurs ou même (Martinet) de moda […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/determinant-linguistique/#i_86618

DISCOURS PARTIES DU

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 602 mots

L'étude systématique des différences portant sur les éléments (« parties ») mis en jeu dans le langage réalisé (« discours ») a été entreprise il y a fort longtemps par les grammairiens. C'est déjà pour les Indiens un début d'inventaire structural que d'inventorier le verbe, le nom, les prépositions et les particules. En Grèce, pour Aristote, « l'élocution se ramène tout entière aux parties suivan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parties-du-discours/#i_86618

DISTRIBUTIONNALISME

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 964 mots

Dans le chapitre « Une méthode descriptive »  : […] Né en réaction contre les approches des grammaires mentalistes, ce courant s'est inscrit au départ dans la perspective mécaniste de la psychologie dite « behavioriste », qui entendait expliquer objectivement le comportement en termes de facteurs externes – stimulus et réponse – sans recourir à l'introspection. Dans cette perspective, le sens d'un message reste hors d'atteinte, puisqu'il est conçu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distributionnalisme/#i_86618

DOUBLE ARTICULATION

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 303 mots

Dans le cadre de la linguistique fonctionnelle d'André Martinet, la double articulation désigne la propriété de tout énoncé linguistique d'être segmenté à deux niveaux : à un premier niveau (la première articulation), en unités ayant à la fois une face formelle ( signifiant , dans la terminologie saussurienne) et une face significative ( signifié , dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/double-articulation/#i_86618

GRAMMAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 8 566 mots

Dans le chapitre « Conditions d'effectuation »  : […] Pour que le terme grammaire soit employé avec un minimum de signification, il faut que soient réunies les hypothèses suivantes : – Tout ne peut pas se dire – ou il y a un différentiel dans les données de langue. Ce différentiel est généralement présenté sous la forme d'une opposition correct/incorrect. Autrement dit, la proposition de grammaire, dans sa forme générale, consi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaire/#i_86618

HARRIS ZELLIG SABBETAI (1909-1992)

  • Écrit par 
  • Morris SALKOFF
  •  • 1 063 mots

La recherche de Zellig Sabbetai Harris est intimement liée aux travaux de l'école américaine d'analyse distributionnelle qui a élaboré son programme pour la linguistique dans les années 1930 et 1940, sous l'impulsion de E. Sapir et L. Bloomfield. Ce dernier avait proposé d'abstraire de la phrase des unités définies formellement et qui serviraient à décrire les rapports observés entre les diverses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zellig-sabbetai-harris/#i_86618

LANGUES TYPOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 8 357 mots

Dans le chapitre « Élaborer des outils d'analyse »  : […] Une autre difficulté qui se présente dans l'élaboration de typologies tient à ce que la description des langues suppose un appareil de notions susceptibles de rendre compte des faits qu'on peut rencontrer dans l'analyse. Pour la description d'une langue, chaque chercheur reste généralement dépendant de la tradition grammaticale dans laquelle il évolue. Si l'on prend les grandes notions grammatica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-des-langues/#i_86618

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie du signe »  : […] Enfin, la pièce maîtresse de l'édifice saussurien est la théorie du signe. La langue est composée d'unités discrètes qui ne sont pas immédiatement perceptibles, mais qui doivent être identifiées par l'analyse, et qui définissent une combinatoire : ces unités, ce sont les signes, qui unissent chacun un signifié (concept) et un signifiant (image acoustique). La théorie du signe opère une rupture pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_86618

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 5 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Phonétique et phonologie »  : […] La distinction entre phonétique et phonologie, développée par Roman Jakobson et Nikolaï Troubetzkoy, constitue l'un des apports décisifs du cercle linguistique de Prague. La phonétique a pour objet les sons dans leur réalisation concrète indépendamment de leur fonction linguistique, tandis que la phonologie a pour objet les phonèmes. Le phonème est la plus petite unité phonique distinctive (ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-domaines/#i_86618

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « Le rôle théorique décisif de la linguistique structurale »  : […] Mais cela n'affecte pas l'importance décisive que prend par ailleurs la possibilité de la science linguistique. Car cette importance n'est pas liée à des résultats empiriques, mais à des décisions théoriques. À cet égard, une seule forme de linguistique a véritablement importé : la linguistique structurale, représentée par la tradition saussurienne et singulièrement par Roman Jakobson. Il ne s'ag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-psychanalyse/#i_86618

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les outils mathématiques »  : […] Les outils mathématiques les plus utilisés dans la modélisation linguistique sont, sans conteste, de type logico-algébrique. La première impulsion de modélisation des langues en termes algébriques vient sans doute de Zellig Harris (dont Chomsky fut un élève), qui a développé un modèle transformationnel dans lequel les phrases sont obtenues à partir de phrases noyaux subissant une suite de manipul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_86618

MORPHÈME

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 954 mots

Le terme morphème a au moins trois sens différents en linguistique. On l'a d'abord employé pour désigner l'unité repérable dans un complexe morphologique où se découpaient un élément porteur de sens (appelé lexème ; parfois, mais plus rarement, sémantème) et un autre, grammatical, signalant l'appartenance à l'une des parties du discours (nom, adjectif, verbe, etc.). Ainsi, les termes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morpheme/#i_86618

MORPHOLOGIE (psycholinguistique)

  • Écrit par 
  • Séverine CASALIS, 
  • Pascale COLÉ
  •  • 2 908 mots

Dans le chapitre « Apprentissage de la langue par l’enfant  »  : […] La morphologie dérivationnelle décrit les unités minimales du langage porteuses de signification. On distingue les bases, qui sont des formes lexicales, des affixes, préfixes ou suffixes, qu’on adjoint pour former un mot nouveau. Par exemple, le mot « conteur » est formé de deux morphèmes, la base « conter » et le suffixe - eur . Chez l’enfant, la connai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morphologie/#i_86618

MOT

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 467 mots

L'unité que le sens commun serait enclin à considérer comme fondamentale au niveau de la parole est pour la linguistique la source d'un certain nombre de critiques fécondes : le mot ne correspond, en effet, que très imparfaitement aux éléments mis en jeu dans le discours ; ce sont plutôt nos habitudes graphiques que des raisons vraiment de structure qui sont responsables de l'importance donnée au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mot/#i_86618

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle structural »  : […] Pour Claude Lévi-Strauss, le représentant le plus important de cette école en France, la mythologie doit être considérée comme une « mytho-logique », c'est-à-dire comme la mise en œuvre d'une sorte de logique qui ne peut être entendue que si l'on recourt aux présuppositions principales d'un modèle structural de langage. Selon ce modèle, élaboré par F. de Saussure, L. T. Hjelmslev, les structuralis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-l-interpretation-philosophique/#i_86618

OCCURRENCE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 307 mots

On appelle « occurrence » la possibilité, pour un item linguistique, d'apparaître à un point de la chaîne. Le concept est fondamental dans la théorie distributionnelle, qui pratique sur l'axe syntagmatique des segmentations en constituants immédiats et définit notamment la notion de liberté d'occurrence, faculté pour un constituant de se retrouver dans d'autres énoncés : une séquence qui est un co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occurrence-linguistique/#i_86618

PARADIGME, linguistique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 684 mots

Au sens traditionnel du terme, un paradigme est l'ensemble caractéristique des formes fléchies d'un morphème lexical. Ainsi, dans une langue à cas, le nom, le pronom, l'adjectif prennent, selon le genre, le nombre, la personne qui leur sont propres et les rapports qu'ils ont aux autres éléments de la phrase, des désinences particulières : on dit qu'ils se déclinent. Le paradigme de la première déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paradigme-linguistique/#i_86618

PHONÈME

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 421 mots

Dans le chapitre « Un système d'oppositions »  : […] La phonologie, qui s'inscrit à son origine dans la tradition structuraliste, entend décrire le système phonologique de chaque langue, c'est-à-dire l'ensemble des relations entre les unités appelées « phonèmes »  : « définir un phonème, c'est indiquer sa place dans le système phonologique, ce qui n'est possible que si l'on tient compte de la structure de ce système », déclar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phoneme/#i_86618

PHONOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean Léonce DONEUX, 
  • Véronique REY, 
  • Robert VION
  •  • 7 452 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origines et problématiques de la phonologie »  : […] La phonologie est née presque simultanément en 1925, aux États-Unis, avec les travaux de Sapir puis ceux de Bloomfield et, en 1928, en Europe, avec les travaux du Cercle linguistique de Prague, dont Troubetzkoy et Jakobson furent les principaux animateurs. Mais, avant ces débuts officiels, la phonologie avait été largement pressentie, soit par des précurseurs, comme Saussure ou Baudouin de Courten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonologie/#i_86618

PHONOLOGIE ARTICULATOIRE

  • Écrit par 
  • Ioana CHITORAN, 
  • Pierre HALLÉ
  •  • 1 039 mots
  •  • 2 médias

La phonologie articulatoire est une théorie phonologique, proposée dans les années 1980 par Cathy Browman et Louis Goldstein, qui s’appuie sur des observations empiriques. Elle a été influencée par les idées de Sven Öhman et de Carol Fowler sur la coproduction (production simultanée) des consonnes et des voyelles. La phonologie articulatoire propose une décomposition du mouvement continu des artic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonologie-articulatoire/#i_86618

PHRASE, linguistique

  • Écrit par 
  • Christiane MARCHELLO NIZIA
  •  • 1 010 mots

L'introduction dans la grammaire du terme et de la notion de phrase est relativement récente. Le mot lui-même, emprunté, au xvi e siècle, au latin, signifie uniquement, jusqu'à la fin du xvii e siècle, « expression, tournure ». C'est avec ce sens qu'il fait son entrée dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phrase-linguistique/#i_86618

PRAGMATIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 6 532 mots

Dans le chapitre « Le co-texte »  : […] Alors que la syntaxe ne transcende jamais la phrase et que la sémantique, dans ses versions linguistique ou logique, tente de se restreindre à la proposition, plusieurs recherches pragmatiques offrent des techniques pour analyser de grandes unités du discours. C'est le cas de la grammaire textuelle, qui s'attache aux formes dégagées sur des « textes » entiers dont les unités constitutives ne sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatique/#i_86618

RECONNAISSANCE DES MOTS À L'ORAL

  • Écrit par 
  • Régine KOLINSKY
  •  • 1 064 mots

Reconnaître les mots prononcés par un autre locuteur paraît naturel et aisé. Pourtant, reconnaître les mots parlés implique la résolution de problèmes complexes liés aux particularités de la parole. Lors d’une conversation ordinaire, l’auditeur doit traiter environ 200 mots par minute et ne dispose donc que de quelques centaines de millisecondes pour apparier chaque mot entendu avec un seul des 5 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reconnaissance-des-mots-a-l-oral/#i_86618

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 322 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lexique et syntaxe »  : […] Il n'est pas toujours aisé de délimiter les domaines respectifs de ces deux composantes. D'abord à cause de l'existence d'unités qui, tout en étant de dimension supérieure au mot, sont dans une certaine mesure « lexicalisées » : syntagmes figés (ou « lexies » : « chemin de fer » et « chemin de terre », « pomme de terre », « pomme d'api », « pomme d'Adam »...), mais aussi locutions et proverbes ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semantique/#i_86618

SÈME, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 377 mots

Toute langue est construite selon une architecture appelée « double articulation du langage » (dénomination reprise d'André Martinet). Sur le plan de la première articulation se situent les unités dotées de sens, dont les plus petites sont les morphèmes (dits aussi monèmes), ou unités minimales de signification ; sur le plan de la deuxième articulation, le morphème se décompose lui-même en unit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seme-linguistique/#i_86618

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le structuralisme américain »  : […] Le développement du structuralisme américain est d'abord lié aux deux figures tutélaires majeures de Leonard Bloomfield (1887-1949) et Edward Sapir (1884-1949), puis à leurs disciples (parmi lesquels Zellig Harris et Charles F. Hockett). La confrontation sur le continent américain à la diversité de langues indigènes inconnues plus grande que dans l'Europe occidentale explique en partie les positi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_86618

VALEUR, linguistique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 550 mots

On appelle valeur le sens d'une unité linguistique considéré comme le produit des relations que cette unité entretient avec les autres unités du système, et non pas comme un contenu intrinsèque. C'est Ferdinand de Saussure qui a le premier utilisé cette notion, qu'il illustrait par une comparaison de la langue avec le jeu d'échecs : n'importe quelle pièce de ce jeu, ou son support, ou le matériau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-linguistique/#i_86618

VOCABULAIRE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 264 mots

La linguistique, qui appelle plutôt « lexique » ce que le sens commun entend généralement derrière le terme de vocabulaire, laisse à des disciplines spécialisées le soin d'analyser, statistiquement ou par des procédures descriptives, les différents problèmes qui se posent au moment de décrire les « lexèmes » d'une langue (le français), d'un dialecte (le wallon), d'un idiolecte (le français de Raci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vocabulaire/#i_86618