U.M.P. (Union pour un mouvement populaire)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une machine électorale au service de son leader

Mettre en place un parti regroupant plusieurs forces proches mais concurrentes depuis de longues années suppose d'organiser la répartition du pouvoir de manière à ce que chaque composante puisse se faire entendre. Au niveau de la direction du parti, cette nécessité s'est traduite par la mise en place d'un triumvirat avec Alain Juppé, dernier président du R.P.R., comme président de l'U.M.P., Jean-Claude Gaudin, issu du P.R. et de Démocratie libérale comme vice-président, Philippe Douste-Blazy, ex-U.D.F., comme secrétaire général. Même si le triumvirat manifeste la diversité des composantes du nouveau parti, la domination de l'ancien R.P.R. est évidente, en nombre d'adhérents et en force militante. Lors du congrès fondateur de novembre 2002, Alain Juppé est élu président avec 79 p. 100 des suffrages exprimés, recueillant les voix de toutes les composantes sauf celles des souverainistes (gaullistes nationalistes et eurosceptiques) et des ultra-libéraux. L'U.M.P. totalise alors officiellement 164 500 adhérents mais en réalité probablement sensiblement moins puisque seulement 47 621 ont voté pour élire le président. La création du nouveau parti a probablement été considérée avec suspicion par une partie des anciens adhérents et n'a pas suscité un enthousiasme immédiat.

Les nouveaux statuts prévoyaient l'institutionnalisation de tendances, ce qui permettait d'une part de sécuriser d'anciens militants nostalgiques du R.P.R., d'autre part d'organiser dans la clarté la compétition entre tendances : ces courants devaient pouvoir soumettre des motions dans les congrès, les résultats du vote définissant la répartition des sièges au bureau politique et l'octroi de moyens matériels et financiers. Mais ce système n'a pas été mis en place. Il était probablement trop éloigné de la tradition des partis de droite, aussi bien R.P.R. qu'U.D.F. Seuls voulaient vraiment cette mise en place des personnalités plutôt marginales, souverainistes ou libérales. L'U.M.P. reste un parti centralisé, dans leq [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de science politique à Sciences Po Grenoble, chercheur au laboratoire Pacte (UMR 5194, CNRS/ université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

Classification

Autres références

«  U.M.P. (Union pour un mouvement populaire)  » est également traité dans :

BERTRAND XAVIER (1965- )

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  •  • 1 021 mots
  •  • 1 média

Homme politique français. Porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2007, secrétaire général de l'UMP en 2009-2010, Xavier Bertrand apparaît comme une figure clé de son parti et de la droite parlementaire. Pourtant, son parcours politique ne s'inscrit pas dans le cursus honorum qui passe par l'ENA, les grands corps d'État et les cabinets ministériels, et qu […] Lire la suite

CHIRAC JACQUES (1932-2019)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 994 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les mandats de Jacques Chirac »  : […] À la différence de François Mitterrand, toutefois, le nouveau président ne profitera guère de l'« état de grâce » qui prolonge dans l'opinion la victoire électorale. Faut-il s'en étonner ? En fait, Jacques Chirac n'a que peu amélioré au premier tour du scrutin de 1995 ses scores de 1981 et de 1988, et l'élection présidentielle elle-même a, de façon générale, exprimé la réserve des Français à l'éga […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 262 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une présidentielle paradoxale, des législatives de confirmation (2002) »  : […] La logique d'une élection présidentielle à deux tours est normalement de faire émerger du premier les deux principaux candidats qui s'affronteront dans le duel du second. Ce système est évidemment à haut risque puisqu'une coalition de gauche ou de droite très divisée éparpille ses voix et risque de se trouver éliminée de la compétition. Cela devrait inciter à rechercher des candidatures de rassemb […] Lire la suite

COPÉ JEAN-FRANÇOIS (1964- )

  • Écrit par 
  • Thomas MARTY
  • , Universalis
  •  • 1 293 mots

Jean-François Copé, député-maire de Meaux, a été secrétaire général de l'UMP de 2010 à 2012 et président du mouvement de 2012 à 2014. Il est né en 1964 à Boulogne-Billancourt. Son père est un chirurgien réputé, fils d'un médecin généraliste qui a fui dans les années 1920 les persécutions antisémites de Roumanie. Sa mère, rapatriée pied-noire, déteste le général de Gaulle autant que son mari, mar […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2014

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 693 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une opposition divisée »  : […] Les divisions secouent l’opposition au moins autant que la majorité. L’Alternative, mouvement issu du rapprochement en 2013 du MoDem de François Bayrou et de l’U.D.I., ne semble pas devoir résister au retrait, en avril, de Jean-Louis Borloo de la vie politique. L’élection du nouveau président de l’U.D.I., Jean-Christophe Lagarde, est d’ailleurs l’occasion pour le centre droit de manifester ses div […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2013

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 309 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une opposition dans l’incertitude »  : […] En outre, l’opposition ne parvient pas à refaire son unité. Malgré le compromis de la fin de 2012 sur l’organisation de l’U.M.P., le conflit se prolonge entre le président du parti Jean-François Copé et l’ancien Premier ministre François Fillon. Au mois de septembre, les prises de position de ce dernier sont vivement critiquées, jusque dans son propre camp : il affirme d’abord qu’entre un candida […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2012

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 561 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La droite en crise »  : […] Dès la campagne électorale, et plus encore après la défaite de Nicolas Sarkozy, les rivalités internes au sein de l' U.M.P. s'exacerbent. Elles atteignent leur paroxysme lors de la désignation du président du parti par les militants, en novembre. Alors que des tensions étaient déjà apparues à propos du nombre de parrainages dont devaient bénéficier les candidats pour concourir, la compétition entr […] Lire la suite

FRANCE - Les élections présidentielle et législatives de 2012

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 997 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une amplification du résultat de la présidentielle »  : […] Dès lors, il est d'autant plus important pour le président élu de ne pas faire mentir la règle – empirique – d'un vote aux législatives en conformité avec celui de la présidentielle. De surcroît, il est essentiel pour lui que le P.S. obtienne une majorité suffisamment forte pour que l'action de son gouvernement ne dépende ni du Front de gauche, ni même de ses alliés écologistes. Le défi s'adresse […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2010

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 575 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les remaniements ministériels et les contestations au sein de la majorité »  : […] Le 22 mars, le premier remaniement de l'année 2010, dans la foulée des élections régionales, fut d'importance assez limitée. Il voit l'arrivée au gouvernement d'un ministre proche de Jacques Chirac, François Baroin, et d'un secrétaire d'État fidèle de Dominique de Villepin, Georges Tron. Xavier Darcos quitte le gouvernement à la suite de son échec électoral ; il sera appelé par la suite à prendre […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2009

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 701 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une vie politique troublée »  : […] La vie politique de l'année 2009 est principalement marquée par la poursuite des querelles de personnes, désormais traditionnelles, au sein du P.S., l'existence de désaccords plus feutrés à l'U.M.P., de fortes interrogations sur l'avenir du MoDem et le maintien de l'éclatement de la gauche extrême. Pendant ce temps, le président de la République continue à jouer sa politique dite « d'ouverture », […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Non-lieu définitif en faveur de Gérald Darmanin. 16 août 2018

. La plaignante accusait Gérald Darmanin, alors chargé de mission à l’UMP, de lui avoir promis son intervention en échange de faveurs sexuelles. Sa première plainte déposée en mai 2017 avait été classée sans suite en février 2018. Elle avait aussitôt déposé une seconde plainte avec constitution […] Lire la suite

France. Mise en examen de Nicolas Sarkozy pour financement illégal de campagne électorale. 16 février 2016

Le juge instructeur de l’affaire des dépassements de frais de campagne du candidat de l’UMP à l’élection présidentielle de 2012 met en examen le président des Républicains Nicolas Sarkozy pour financement illégal de campagne électorale. Quatorze personnes – cadres de l’UMP, responsables […] Lire la suite

France. Non-lieu dans l’affaire des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy. 8 septembre 2015

La justice prononce un non-lieu général dans l’affaire du versement par l’U.M.P. – et non par le candidat – des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy pour le dépassement du plafond de dépenses lors de la campagne présidentielle de 2012. Le non-lieu bénéficie notamment à l’ancien président de l’U.M.P. Jean-François Copé qui était poursuivi pour abus de confiance. La justice prend acte de l’incertit […] Lire la suite

France. Congrès fondateur des Républicains. 29-30 mai 2015

Le 29, les adhérents de l’Union pour un mouvement populaire (U.M.P.) approuvent à de larges majorités le nouveau nom de leur formation, « Les Républicains », ainsi que les statuts et la composition du bureau politique de celle-ci. Un militant sur deux participe au scrutin. Le 30 se déroule à Paris le congrès fondateur des Républicains. Les anciens Premiers ministres Alain Juppé et François Fillon, […] Lire la suite

France. Jugement dans l’affaire Bettencourt. 28 mai 2015

Le tribunal correctionnel de Bordeaux rend son jugement dans le procès pour abus de faiblesse aux dépens de Liliane Bettencourt, héritière de L’Oréal. Le photographe François-Marie Banier est condamné à trois ans de prison dont six mois avec sursis, à 375 000 euros d’amende et au remboursement de 158 millions d’euros à Liliane Bettencourt. Le gestionnaire de fortune de la milliardaire, Patrice de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRÉCHON, « U.M.P. (Union pour un mouvement populaire) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/union-pour-un-mouvement-populaire/