U.M.P. (Union pour la majorité présidentielle)

CHIRAC JACQUES (1932- )

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 959 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les mandats de Jacques Chirac »  : […] À la différence de François Mitterrand, toutefois, le nouveau président ne profitera guère de l'« état de grâce » qui prolonge dans l'opinion la victoire électorale. Faut-il s'en étonner ? En fait, Jacques Chirac n'a que peu amélioré au premier tour du scrutin de 1995 ses scores de 1981 et de 1988, et l'élection présidentielle elle-même a, de façon générale, exprimé la réserve des Français à l'éga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-chirac/#i_36748

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 262 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une présidentielle paradoxale, des législatives de confirmation (2002) »  : […] La logique d'une élection présidentielle à deux tours est normalement de faire émerger du premier les deux principaux candidats qui s'affronteront dans le duel du second. Ce système est évidemment à haut risque puisqu'une coalition de gauche ou de droite très divisée éparpille ses voix et risque de se trouver éliminée de la compétition. Cela devrait inciter à rechercher des candidatures de rassemb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-chirac-1995-2007/#i_36748

FILLON FRANÇOIS (1954- )

  • Écrit par 
  • Arnault SKORNICKI
  • , Universalis
  •  • 1 491 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une carrière sinueuse »  : […] À l'heure des choix, François Fillon se range du côté d'Édouard Balladur dans la course à l'élection présidentielle de 1995. Il prenait ainsi le contre-pied de Philippe Séguin, l'un des principaux soutiens de l'autre candidat du R.P.R., Jacques Chirac. Ce revirement lui sera souvent reproché, mais il ne devait rien à ce dernier, et conservait l'amitié du premier. Après la victoire de Jacques Chira […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-fillon/#i_36748

FRANCE - L'année politique 2002

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 592 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La quasi-union de la droite »  : […] L'union de la droite a longtemps été l'arlésienne de la vie politique française. Réclamée par une majorité de ses électeurs, elle s'était jusqu'alors bornée à des alliances électorales de circonstance et sans lendemain, alors même que la division de la droite est, depuis 1981, apparue comme l'une des causes majeures des défaites électorales qu'elle a pu subir. Avec la création de l'U.M.P., dont le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2002/#i_36748

JUPPÉ ALAIN (1945- )

  • Écrit par 
  • Thomas FERENCZI
  • , Universalis
  •  • 1 450 mots

Dans le chapitre « Une carrière mouvementée »  : […] Ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement d'Édouard Balladur (1993-1995), Alain Juppé se libère pour la première fois de son rôle d'énarque qui croit plus à la logique qu'à l'intuition, et révèle ou confirme des qualités d'homme d'État. En 1995, le voici à la fois Premier ministre et maire de Bordeaux, deux expériences qui marquent sans doute le vrai départ de son destin politique. Pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-juppe/#i_36748

SARKOZY NICOLAS (1955- )

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE, 
  • Universalis
  •  • 1 644 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des traversées du désert »  : […] L'élection de Jacques Chirac le ramène brusquement sur terre. Aux yeux d'une bonne partie des militants du RPR et des plus fidèles soutiens du nouveau président, il est « le traître », le pestiféré. Pendant deux ans, il doit se replier sur son fief de Neuilly, sans espoir de revenir au gouvernement. La dissolution malencontreuse de 1997 représente paradoxalement sa chance. Alain Juppé, battu aux é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-sarkozy/#i_36748

U.D.F. (Union pour la démocratie française)

  • Écrit par 
  • Julien FRETEL
  •  • 2 638 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La force d'un « parti faible » »  : […] Au final, les éléments structurants qui donnent à l'U.D.F. sa morphologie permettent de souligner à la fois ses faiblesses et ses atouts. Son ancrage parmi les réseaux de l'engagement catholique réduit sa surface tant militante qu'électorale et la rend dépendante des transformations et des crises de l'institution catholique. De surcroît, son marquage démocrate-chrétien, de moins en moins prégnant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/union-pour-la-democratie-francaise/#i_36748

U.M.P. (Union pour un mouvement populaire)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON, 
  • Universalis
  •  • 3 333 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'union du gaullisme, de la droite et du centre »  : […] L'U.M.P. rassemble plusieurs forces politiques qui avaient une longue tradition. À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, la droite traditionnelle était très affaiblie, du fait de sa collaboration avec le régime de Vichy, mais elle retrouva progressivement de la vigueur sous la IV e  République, notamment autour du Centre national des indépendants et paysans (C.N.I.P.). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/union-pour-un-mouvement-populaire/#i_36748