UNGERER JEAN THOMAS dit TOMI (1931-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une enfance alsacienne

Auteur d'albums pour les enfants, illustrateur, dessinateur d'humour et caricaturiste, affichiste et créateur de publicités, Tomi Ungerer est un graphiste à forte inspiration satirique. Né le 28 novembre 1931 à Strasbourg, Jean-Thomas, dit Tomi, grandit au sein d'une famille bourgeoise et protestante. De son père, spécialiste des horloges astronomiques, perdu à l'âge de trois ans et demi, il gardera le souvenir d'un homme passionné de dessin et de livres. Après ce décès, la famille déménage près de Colmar, où Tomi est choyé dans un milieu sensible aux arts et aux lettres. Mais le destin du jeune garçon est lié à celui de l'Alsace. Pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale, sa maison est réquisitionnée par l'armée allemande tandis que l'usine située juste en face est transformée en camp de prisonniers. Durant ces années d'occupation, Tomi Ungerer est d'abord confronté aux horreurs de la guerre puis, à partir de 1945, aux absurdités arrogantes d'une paix française qui brûle les bibliothèques et interdit l'alsacien. Ces excès de violence et de brimades inspirent au jeune homme une révolte viscérale et jubilatoire qui hantera sa vie comme son œuvre. Dès cette époque, il note et dessine dans des carnets tout ce qu'il observe et publiera plus tard (À la guerre comme à la guerre, dessins et souvenirs d'enfance, 1991). En 1951, il échoue à la seconde partie du baccalauréat, voyage en Europe et s'engage pour deux ans dans l'armée en 1952. Gravement malade, il est réformé en 1953. De retour à Strasbourg, après un bref passage à l'École municipale des arts décoratifs, il commence à gagner sa vie à partir de 1954 comme étalagiste et dessinateur publicitaire.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  UNGERER JEAN THOMAS dit TOMI (1931-2019)  » est également traité dans :

JEUNESSE LITTÉRATURE POUR LA

  • Écrit par 
  • Jean PERROT
  •  • 7 689 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les mondes graphiques  »  : […] L'esthétique dominante du Père Castor a alors été contestée par l'arrivée des illustrateurs italiens et anglais de Delpire et de l'École des loisirs, et surtout par les albums de Tomi Ungerer, seul illustrateur français à avoir obtenu en 1998 le prix Hans Christian Andersen, sorte de prix Nobel de la littérature de jeunesse que le romancier René Guillot reçut lui aussi en 1964. Plus radicale, la […] Lire la suite

LES CAHIERS DESSINÉS (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 081 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hors convention »  : […] Lorsque le dessin adopte le langage de la rupture, les artistes posent plus clairement le problème de l’altérité. Restés hors des codes de l’art traditionnel, ils ont souvent dessiné sur le tard. Ils furent parfois des initiés au spiritisme, comme Laure Pigeon ou Rafael Lonné. Nouveau venu dans cet espace, Marcel Bascoulard (1913-1978), un autodidacte clochard, souvent vêtu en femme, donne des œuv […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nelly FEUERHAHN, « UNGERER JEAN THOMAS dit TOMI - (1931-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ungerer-jean-thomas-dit-tomi/