UN PORTRAIT DE FEMME, Henry JamesFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expérience de la désillusion

L'héroïne dont Henry James fait ici le portrait s'appelle Isabel Archer. Elle est la nièce sans fortune de Mrs. Touchett, l'épouse d'un banquier américain expatrié, qui l'invite à la rejoindre à Londres. Son charme et son intelligence séduisent immédiatement lord Warburton, le type parfait du gentleman britannique, dont elle refuse la main. Caspar Goodwood, homme d'affaires sincère mais possessif et sans imagination, qu'Isabel a connu en Amérique, la rejoint et propose à son tour de l'épouser. Elle réclame deux ans de réflexion, pour garder son indépendance et connaître d'autres expériences. Le fils de Mrs. Touchett, Ralph, est également amoureux d'elle. Mais, tuberculeux, il ne veut pas se marier et pourvoit à la sécurité d'Isabel en persuadant son père de faire d'elle son héritière. Devenue riche, elle part à Florence avec Mrs. Touchett. Là, elle fait la connaissance de Mme Merle, une élégante Américaine expatriée, qui lui présente un compatriote, Gilbert Osmond, un veuf qui ne tarde pas à la séduire. Osmond embrasse Isabel de force (ce sera le seul baiser du roman). Elle prend son esthétisme et son cynisme pour du détachement intellectuel, refuse d'admettre qu'il en a après sa fortune malgré les avertissements de Caspar et d'autres amis, et épouse cet aventurier. Durant les années qui suivent, Isabel se rend compte de la superficialité et du dilettantisme de son mari, de son manque de sensibilité et de profondeur morale. Elle refuse cependant d'envisager le divorce, à la fois par orgueil, sens de ses obligations et sympathie pour Pansy, la fille d'Osmond, de santé fragile. Lord Warburton rend constamment visite à Isabel et veut épouser Pansy. Mme Merle encourage ce projet et, avec Osmond, engage Isabel à user de son ascendant sur Warburton. Mais Isabel refuse quand Pansy lui confie qu'elle ne désire pas ce mariage. Cela augmente la distance entre Isabel et son mari qui l'accuse de le tromper avec Warburton. Rappelée en Angleterre où Ralph est à l'agonie, elle le réconforte sur son lit de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  UN PORTRAIT DE FEMME, Henry James  » est également traité dans :

JAMES HENRY (1843-1916)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 125 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le regard »  : […] Dès l'abord, que ce soit dans ses vingt romans, dans ses nouvelles, qui dépassent la centaine, dans ses trois volumes autobiographiques ou même dans ses textes de réflexion critique, cette œuvre frappe par l'importance du regard. Pour James, en effet, voir c'est connaître, et connaître c'est posséder. Mais ce privilège est réservé à ceux de ses personnages qui acceptent de renoncer aux succès faci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-james/#i_24877

Pour citer l’article

Michel FABRE, « UN PORTRAIT DE FEMME, Henry James - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-portrait-de-femme/