U.R.S.S.L'économie soviétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les performances de l'U.R.S.S. (1922-1991)

Quel bilan peut-on faire de l'Union Soviétique ? Après l'effondrement du communisme, il est, la plupart du temps, perçu comme totalement négatif. Par le passé, on créditait généralement le système soviétique d'avoir fait accéder une Russie arriérée à l'état de grande puissance industrielle, fût-ce à d'énormes coûts matériels, humains et écologiques. On créditait aussi le système poststalinien d'avoir substitué au totalitarisme un mode de guidage fondé sur un consensus social implicite : les citoyens acceptaient de troquer leur liberté contre une sécurité économique garantie « du berceau au tombeau », avec un niveau de vie médiocre mais assuré, des prestations sociales de mauvaise qualité mais de grande extension ; les privilèges économiques d'une minorité étaient tacitement admis en échange de la tolérance de l'« économie parallèle » (englobant toutes les formes de corruption, d'activités légales ou paralégales), d'un système de revenus et de consommation sans inégalités visibles.

Avec la chute de l'U.R.S.S., la notion de consensus social s'est effritée ; rétrospectivement, elle se réduit à une démobilisation générale de la société, à une érosion de toutes les valeurs contenues dans l'idéologie officielle du socialisme. La croissance économique est elle aussi contestée. Tout au long de l'histoire de l'U.R.S.S., les chiffres officiels avaient été critiqués et révisés par les experts occidentaux. Après la disparition de celle-ci, les comptes furent refaits par les Russes eux-mêmes, pour un constat encore plus accablant.

Peut-on avoir une estimation objective de la performance ? Il est illusoire de le penser. Toute évaluation, quelle qu'elle soit, utilise des données initiales soviétiques déjà traitées ou interprétées ; elle est donc nécessairement biaisée. Quelle signification accorder aux mesures du retard technologique soviétique par rapport à l'Ouest, en termes d'années ? On retombe toujours sur les mêmes clichés : sur fond de retard général de dix, quinze ou vingt ans, on notera les avancées incontestables de l'U.R.S.S. en matière spatiale, militaire, pour les attribuer aux priorités politiques dont bénéficiait le secteur militaro-industriel. En fait, la principale faiblesse en ce domaine aura été l'incapacité de l'Union soviétique à faire passer dans la production les technologies découvertes par les chercheurs, en raison d'un système de gestion décourageant la modernisation. Que dire, enfin, des hypothèses sur la croissance de l'U.R.S.S. sous un autre régime ? Il en va comme de tous les exercices « avec des si » ; au demeurant, comment imaginer l'impact de cet « autre régime » sur les évolutions en Europe et dans le monde ?

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite de sciences économiques, université de Pau

Classification

Autres références

«  URSS (Union des républiques socialistes soviétiques)  » est également traité dans :

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 689 mots
  •  • 55 médias

Depuis le début des années 1990, la disparition de l'URSS, l'accès aux sources historiques, la libération de la mémoire ont ouvert une nouvelle étape qui permet de mieux comprendre le passé récent, mais encore largement méconnu d'un des pays qui ont le plus marqué l'histoire du xxe siècle. Rarement illusions, erreurs de jugement ont été aussi largemen […] Lire la suite

U.R.S.S. - Histoire institutionnelle

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE
  •  • 6 585 mots
  •  • 4 médias

Le système politique mis en place en 1917 s'est effondré en 1991. Mikhaïl Gorbatchev, devenu secrétaire général du comité central du Parti communiste de l'Union Soviétique en mars 1985 et président de l'U.R.S.S. en mars 1990, a démissionné de ses deux fonctions : en août 1991 de son poste de secrétaire général du P.C.U.S., parce que le parti avait […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-29 mai 2014 Ukraine. Référendums d'autodétermination et élection présidentielle

Le 9, Vladimir Poutine se rend à Sébastopol, en Crimée, pour assister à la célébration de la victoire de l'U.R.S.S. sur l'Allemagne nazie en 1945. Le 9 également, à Marioupol, sur la mer d'Azov, des combats meurtriers opposent les forces de l'ordre à des insurgés prorusses qui tentaient de s'emparer de bâtiments publics. Le 11, les référendums d'autodétermination dans les régions de Donetsk et de Louhansk recueillent environ 90 p. […] Lire la suite

1er janvier 2014 Lettonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, la Lettonie est le dix-huitième État à faire son entrée dans la zone euro et le deuxième État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique, après l'Estonie en 2011.  […] Lire la suite

4-24 décembre 2011 Russie. Victoire contestée de Russie unie aux élections législatives

Il s'agit des plus importants rassemblements populaires dans le pays depuis la fin de l'U.R.S.S. Le 15, lors d'une émission télévisée, Vladimir Poutine exclut d'organiser de nouvelles élections, se félicite de la possibilité donnée aux opposants de s'exprimer et dénonce une tentative de « déstabilisation » venue de l'étranger. Les 17 et 18, des milliers de personnes dans tout le pays – bien moins nombreuses que le 10 – répondent à l'appel à manifester du parti libéral Iabloko et du Parti communiste. […] Lire la suite

1er janvier 2011 Estonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, l'Estonie, pays pauvre malgré une économie dynamique, est le dix-septième État à faire son entrée dans la zone euro et le premier État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique. Le Parlement européen avait salué en 2010 les « efforts soutenus du gouvernement et du peuple estoniens » pour satisfaire aux critères d'adhésion à la zone euro. […] Lire la suite

20 octobre 2010 Russie. Adoption d'un important programme de privatisation

Le 20, le gouvernement de Vladimir Poutine adopte le plus vaste programme de privatisation depuis la disparition de l'U.R.S.S., alors que plus de 50 p. 100 du P.I.B. proviennent encore du secteur public. Le texte prévoit la privatisation partielle de quelque neuf cents entreprises parmi lesquelles Rosneft, premier groupe pétrolier du pays, Sberbank, première banque en termes d'actifs, V. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie LAVIGNE, « U.R.S.S. - L'économie soviétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s-l-economie-sovietique/