U.R.S.S.L'économie soviétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La perestroïka sous Gorbatchev (1985-1991)

L'arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev suscita de grands espoirs dans le domaine économique comme dans le domaine politique. Malgré des éléments positifs, les actions de Gorbatchev se sont toutefois caractérisées par des faiblesses considérables : de fausses manœuvres initiales, des réformes qui ont tourné court, une perte de contrôle de l'économie à partir de 1989 et une résistance de principe au changement de système.

Les débuts ont été marqués par deux fausses manœuvres. La lutte contre l'alcoolisme, décrétée en 1985, n'isolait qu'une composante de la dégradation sociale ; elle mécontenta la population, généra une criminalité nouvelle, enrichit les distillateurs clandestins et appauvrit l'État. La proclamation de l'« accélération » comme mot d'ordre économique, la même année, rappelait fâcheusement l'idéalisation stalinienne de la croissance, fût-ce dans une optique différente de modernisation ; il était trop facile d'incriminer, pour l'échec du démarrage, conjointement la mauvaise récolte de 1985, la baisse du prix du pétrole et donc des recettes d'exportation en 1986 et la catastrophe de Tchernobyl la même année.

La perestroïka (« restructuration ») annoncée dès 1985, vraiment lancée en 1987, s'est arrêtée au seuil de tous les changements radicaux. Les entreprises (réformées en 1987) ont obtenu des droits accrus, dont celui de nouer des « liens directs » entre elles, mais sont restées soumises à une planification centrale déguisée sous le nom de « commandes d'État ». La propriété privée n'a pas été reconnue ; les « activités individuelles », autorisées à partir de 1987, ont été strictement limitées ; les coopératives de services, régies par un texte de 1988, ont surtout servi à « blanchir » l'argent de la mafia. Le contrat de « bail », dans l'agriculture, n'a pas motivé la petite minorité de paysans attirés par l'exploitation à leur compte mais qui craignaient un retournement, et qui se sont trouvés en butte à l'hostilité de la majorité pour enrichissement excessif. Les réorganisations administratives n'ont pas allégé la direction de l'économie.

La perestroïka, cependant, a eu des effets suffisamment perturbateurs pour plonger l'économie dans un état de crise ouverte dès 1989. Sur fond de stabilité des prix, maintenue autoritairement, les pressions inflationnistes devinrent de plus en plus fortes, et l'on commença à mesurer officiellement la « surliquidité » (écart entre la demande solvable et l'offre disponible aux prix en vigueur). Le déficit budgétaire se creusa, dépassant, dès 1988, 10 p. 100 du P.N.B. Les pénuries s'accentuèrent, et le rationnement fit son apparition. À la fin de 1989 fut publié le premier plan de stabilisation dû au ministre chargé de la réforme, Leonid Abalkin ; il fut suivi de beaucoup d'autres, dont le programme de redressement en « 500 jours » de l'académicien Chatalin, publié en 1990.

La raison principale de l'échec de tous ces plans tient à la contradiction inhérente à la perestroïka. Celle-ci n'impliquait aucun abandon du socialisme, ni du monopole du parti, bien que Gorbatchev eût entrepris de remplacer massivement les cadres de ce dernier. Le concept de « marché socialiste régulé », vivement critiqué par les économistes soviétiques « radicaux », exprimait ce parti pris idéologique. Partisan d'une pluralité de formes de propriété, Gorbatchev ne voulait pas introduire la propriété privée, spécialement sur la terre. La liberté des entreprises n'impliquait ni la libéralisation totale des transactions, ni celle des prix, ni la maîtrise des investissements.

Ce sont des circonstances politiques qui ont mis fin à la perestroïka en 1991 (putsch manqué d'août 1991, dislocation de l'Union soviétique dans les mois suivants). Économiquement, elle était déjà condamnée par ses contradictions internes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite de sciences économiques, université de Pau

Classification

Autres références

«  URSS (Union des républiques socialistes soviétiques)  » est également traité dans :

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 689 mots
  •  • 55 médias

Depuis le début des années 1990, la disparition de l'URSS, l'accès aux sources historiques, la libération de la mémoire ont ouvert une nouvelle étape qui permet de mieux comprendre le passé récent, mais encore largement méconnu d'un des pays qui ont le plus marqué l'histoire du xxe siècle. Rarement illusions, erreurs de jugement ont été aussi largemen […] Lire la suite

U.R.S.S. - Histoire institutionnelle

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE
  •  • 6 585 mots
  •  • 4 médias

Le système politique mis en place en 1917 s'est effondré en 1991. Mikhaïl Gorbatchev, devenu secrétaire général du comité central du Parti communiste de l'Union Soviétique en mars 1985 et président de l'U.R.S.S. en mars 1990, a démissionné de ses deux fonctions : en août 1991 de son poste de secrétaire général du P.C.U.S., parce que le parti avait […] Lire la suite

Les derniers événements

2-29 mai 2014 Ukraine. Référendums d'autodétermination et élection présidentielle

Le 9, Vladimir Poutine se rend à Sébastopol, en Crimée, pour assister à la célébration de la victoire de l'U.R.S.S. sur l'Allemagne nazie en 1945. Le 9 également, à Marioupol, sur la mer d'Azov, des combats meurtriers opposent les forces de l'ordre à des insurgés prorusses qui tentaient de s'emparer de bâtiments publics. Le 11, les référendums d'autodétermination dans les régions de Donetsk et de Louhansk recueillent environ 90 p. […] Lire la suite

1er janvier 2014 Lettonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, la Lettonie est le dix-huitième État à faire son entrée dans la zone euro et le deuxième État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique, après l'Estonie en 2011.  […] Lire la suite

4-24 décembre 2011 Russie. Victoire contestée de Russie unie aux élections législatives

Il s'agit des plus importants rassemblements populaires dans le pays depuis la fin de l'U.R.S.S. Le 15, lors d'une émission télévisée, Vladimir Poutine exclut d'organiser de nouvelles élections, se félicite de la possibilité donnée aux opposants de s'exprimer et dénonce une tentative de « déstabilisation » venue de l'étranger. Les 17 et 18, des milliers de personnes dans tout le pays – bien moins nombreuses que le 10 – répondent à l'appel à manifester du parti libéral Iabloko et du Parti communiste. […] Lire la suite

1er janvier 2011 Estonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, l'Estonie, pays pauvre malgré une économie dynamique, est le dix-septième État à faire son entrée dans la zone euro et le premier État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique. Le Parlement européen avait salué en 2010 les « efforts soutenus du gouvernement et du peuple estoniens » pour satisfaire aux critères d'adhésion à la zone euro. […] Lire la suite

20 octobre 2010 Russie. Adoption d'un important programme de privatisation

Le 20, le gouvernement de Vladimir Poutine adopte le plus vaste programme de privatisation depuis la disparition de l'U.R.S.S., alors que plus de 50 p. 100 du P.I.B. proviennent encore du secteur public. Le texte prévoit la privatisation partielle de quelque neuf cents entreprises parmi lesquelles Rosneft, premier groupe pétrolier du pays, Sberbank, première banque en termes d'actifs, V. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie LAVIGNE, « U.R.S.S. - L'économie soviétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s-l-economie-sovietique/