U.R.S.S.L'économie soviétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La perestroïka sous Gorbatchev (1985-1991)

L'arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev suscita de grands espoirs dans le domaine économique comme dans le domaine politique. Malgré des éléments positifs, les actions de Gorbatchev se sont toutefois caractérisées par des faiblesses considérables : de fausses manœuvres initiales, des réformes qui ont tourné court, une perte de contrôle de l'économie à partir de 1989 et une résistance de principe au changement de système.

Les débuts ont été marqués par deux fausses manœuvres. La lutte contre l'alcoolisme, décrétée en 1985, n'isolait qu'une composante de la dégradation sociale ; elle mécontenta la population, généra une criminalité nouvelle, enrichit les distillateurs clandestins et appauvrit l'État. La proclamation de l'« accélération » comme mot d'ordre économique, la même année, rappelait fâcheusement l'idéalisation stalinienne de la croissance, fût-ce dans une optique différente de modernisation ; il était trop facile d'incriminer, pour l'échec du démarrage, conjointement la mauvaise récolte de 1985, la baisse du prix du pétrole et donc des recettes d'exportation en 1986 et la catastrophe de Tchernobyl la même année.

La perestroïka (« restructuration ») annoncée dès 1985, vraiment lancée en 1987, s'est arrêtée au seuil de tous les changements radicaux. Les entreprises (réformées en 1987) ont obtenu des droits accrus, dont celui de nouer des « liens directs » entre elles, mais sont restées soumises à une planification centrale déguisée sous le nom de « commandes d'État ». La propriété privée n'a pas été reconnue ; les « activités individuelles », autorisées à partir de 1987, ont été strictement limitées ; les coopératives de services, régies par un texte de 1988, ont surtout servi à « blanchir » l'argent de la mafia. Le contrat de « bail », dans l'agriculture, n'a pas motivé la petite minorité de paysans attirés par l'exploitation à leur compte mais qui craignaient un retournement, et qui se sont trouvés en butte à l'hostilité de la majorité pour enrichissement excessi[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de sciences économiques, université de Pau

Classification


Autres références

«  U.R.S.S.  » est également traité dans :

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 676 mots
  •  • 55 médias

Depuis le début des années 1990, la disparition de l'U.R.S.S., l'accès aux sources historiques, la libération de la mémoire ont ouvert une nouvelle étape qui permet de mieux comprendre le passé récent, mais encore largement méconnu d'un des pays qui ont le plus marqué l'histoire du xxe siècle. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/

U.R.S.S. - Histoire institutionnelle

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE
  •  • 6 584 mots
  •  • 4 médias

Le système politique mis en place en 1917 s'est effondré en 1991. Mikhaïl Gorbatchev , devenu secrétaire général du comité central du Parti communiste de l'Union Soviétique en mars 1985 et président de l'U.R.S.S. en mars 1990, a démissionné de ses deux fonctions : en août 1991 de son poste de secrétaire général du P.C.U.S., parce que le parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s-histoire-institutionnelle/

Pour citer l’article

Marie LAVIGNE, « U.R.S.S. - L'économie soviétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s-l-economie-sovietique/