U.R.S.S.L'économie soviétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mécanismes de fonctionnement

On présente généralement l'économie soviétique comme un Léviathan, où toutes les décisions étaient prises du centre et où les moindres détails des activités étaient effectivement régis par un plan géant, ne laissant aucune marge de manœuvre aux exécutants. La réalité était plus complexe et plus confuse.

L'économie était subordonnée au monopole politique du Parti communiste. Le parti ne dirigeait pas formellement l'économie. Il en définissait, au sommet, les grandes orientations, le sens des réformes. À la base, il intervenait dans la gestion des unités de production par les cadres de la nomenklatura que lui-même y avait placés. La direction opérationnelle était assurée par une administration pléthorique, organisée sur la base du principe sectoriel, c'est-à-dire par grandes branches d'activité sous la responsabilité de ministères. Ces ministères transmettaient les directives centrales à leurs entreprises, mais aussi formaient avec celles-ci des cartels puissants, dont l'objectif consistait à complaire aux autorités politiques tout en assurant leurs propres intérêts matériels. Complaire aux autorités politiques signifiait exécuter formellement le plan : d'où l'importance de celui-ci.

Le plan avait pour objectif théorique de contrôler toute l'activité économique. Au fil des années et à mesure que l'économie était devenue diversifiée et complexe, il était devenu de plus en plus difficile de planifier à partir du centre tous les indicateurs quantitatifs et qualitatifs de l'activité économique. C'est pourquoi les réformes successives avaient eu pour objectif de déconcentrer, plus que de décentraliser, ce processus, en donnant plus d'autonomie aux entreprises pour la préparation et l'exécution du plan. Indépendamment même de cette volonté politique, le plan avait peu à peu perdu son efficacité sur l'économie : la masse des données à traiter était trop grande, le temps pour le faire, toujours trop court, et les données sur lesquelles on s'appuyait, fatalement biaisées parce qu'elles étaient en même temps des indicateurs statistiques et des in [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de sciences économiques, université de Pau

Classification

Autres références

«  U.R.S.S.  » est également traité dans :

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Depuis le début des années 1990, la disparition de l'URSS, l'accès aux sources historiques, la libération de la mémoire ont ouvert une nouvelle étape qui permet de mieux comprendre le passé récent, mais encore largement méconnu d'un des pays qui ont le plus marqué l'histoire du xxe siècle. Rarement illusions, erreurs de jugement ont été aussi largemen […] Lire la suite

U.R.S.S. - Histoire institutionnelle

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE
  •  • 6 583 mots
  •  • 4 médias

Le système politique mis en place en 1917 s'est effondré en 1991. Mikhaïl Gorbatchev, devenu secrétaire général du comité central du Parti communiste de l'Union Soviétique en mars 1985 et président de l'U.R.S.S. en mars 1990, a démissionné de ses deux fonctions : en août 1991 de son poste de secrétaire général du P.C.U.S., parce que le parti avait […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Allemagne – Russie. Sortie de l’hôpital d’Alexeï Navalny. 2-23 septembre 2020

dans les années 1970 en URSS. L’ancien agent double russe Sergueï Skripal et sa fille avaient été gravement intoxiqués par la même substance en mars 2018 à Salisbury, au Royaume-Uni. L’annonce d’Angela Merkel suscite de nombreuses réactions de la part des capitales occidentales. Bien que la Russie se […] Lire la suite

Biélorussie. Réélection contestée du président Alexandre Loukachenko. 4-30 août 2020

leur indépendance à l’égard de l’URSS. Le 25, Olga Kovalkova, principale représentante de Svetlana Tikhanovskaïa, et Sergueï Dylevski, président du comité de grève dans une grande usine du pays, tous deux membres de la direction du Conseil de coordination de l’opposition, sont condamnés à dix jours de prison […] Lire la suite

Russie. Dénonciation du « révisionnisme » occidental par Vladimir Poutine. 18 juin 2020

de Munich de septembre 1938, défend le pacte de non-agression Molotov-Ribbentrop d’août 1939 et rejette sur « les autorités polonaises » la responsabilité du partage du pays entre l’Allemagne et l’URSS. Les accusations de Vladimir Poutine à l’égard des Occidentaux au sujet de la guerre se multiplient […] Lire la suite

Chine. Radicalisation de la situation à Hong Kong. 1er-30 août 2019

, de « révolution de couleur », à l’image des soulèvements populaires soutenus par l’Occident qui ont secoué des pays de l’ex-URSS et du Moyen-Orient dans les années 2000. Le 7 également, quelques milliers de membres du milieu judiciaire manifestent contre les « poursuites politiques » visant les manifestants […] Lire la suite

Russie – Chine. Vastes manœuvres militaires. 11-17 septembre 2018

Du 11 au 17, Moscou organise les plus vastes exercices militaires depuis la fin de l’URSS, baptisés « Vostok 2018 ». Selon les organisateurs, ceux-ci engagent près de trois cent mille militaires, trente-six mille blindés, mille aéronefs et quatre-vingts navires sur cinq champs de manœuvres situés […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie LAVIGNE, « U.R.S.S. - L'économie soviétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s-l-economie-sovietique/