U.R.S.S.Histoire institutionnelle

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les cadres institutionnels

Trois types d'institutions liées les unes aux autres constituent le système politique soviétique : le parti, l'État (administration et soviets), les organisations sociales.

Le parti

Le « rôle dirigeant du parti » et le « centralisme démocratique » sont les deux principes fondamentaux qui gouvernent les missions et l'organisation interne du Parti communiste de l'Union soviétique.

Le rôle dirigeant du parti

Le rôle dirigeant du parti est un principe absolu ; il n'a connu aucune exception bien que son contenu réel ait pu changer au cours des années.

L'article 6 de la Constitution de 1977 donne au Parti communiste de l'Union soviétique, au sein du système politique, une place centrale : « Le Parti communiste de l'Union soviétique est la force qui dirige et oriente la société soviétique. »

Au Xe congrès du parti en mars 1921, Lénine l'avait clairement affirmé lorsqu'à l'occasion du débat sur le rôle des syndicats et la démocratie il écrivait dans un « Avant-projet de résolution sur la déviation syndicaliste et anarchiste » : « Seul le parti politique de la classe ouvrière, c'est-à-dire le Parti communiste, est en mesure de grouper, d'éduquer et d'organiser l'avant-garde du prolétariat et de toutes les masses laborieuses, laquelle est seule en mesure de résister aux inévitables oscillations petites-bourgeoises de ces masses, aux inévitables traditions et récidives de l'étroitesse corporative ou des préjugés corporatifs dans le prolétariat, et de diriger toutes les activités du prolétariat, c'est-à-dire de le diriger politiquement et, par son intermédiaire, diriger toutes les masses laborieuses. »

Quarante-sept ans plus tard, alors que les communistes tchécoslovaques reprochaient au parti d'avoir réalisé une concentration monopoliste du pouvoir et voulaient attribuer un rôle effectif à des organes représentatifs élus, le secrétaire général du P.C.U.S., Brejnev, réaffirmait la conception léniniste du rôle dirigeant du parti : « Seul le parti, armé de la théorie d'avant-garde, le marxisme-léninisme, déclarait-il dans un discours du 29 mars 1968, est capable de donner la solution juste aux problèmes, de définir avec exactitude les orientations principales les plus fondamentales du développement économique et social du pays. Seul le parti, soudé par l'unité de conception et d'action, possédant une grande expérience de l'activité politique et d'organisation, est capable d'orienter tout le travail d'édification du communisme vers le but fixé, de lui donner un caractère scientifiquement fondé et harmonieux. Seul le parti, étroitement lié aux masses des millions de travailleurs, est capable de rassembler les forces du peuple, la classe ouvrière, la paysannerie, les intellectuels pour résoudre avec succès les problèmes tant économiques que politiques. »

Cette conception fondamentale du système politique, pour laquelle toutes les décisions politiques importantes doivent être prises par le Parti communiste, est fortement ancrée chez les dirigeants soviétiques. Son origine se trouve dans la conception du parti qu'exposait Lénine dès 1902 dans Que faire ? lorsqu'il faisait la différence essentielle entre l'« organisation des révolutionnaires » et l'« organisation des ouvriers ». Tout le léninisme et par là même tout le système soviétique reposent sur cette distinction entre le parti, qui a le droit de détenir le pouvoir parce qu'il connaît les « lois de l'histoire », et les autres organes qui ne peuvent représenter cette vue à long terme. Il en résulte que, même si le parti doit chercher, par la persuasion surtout mais parfois par la coercition, à faire accepter son point de vue, c'est bien lui qui détient la réalité du pouvoir suprême ; mais pouvoir « suprême » n'est pas pouvoir « absolu ». Le parti vit dans un environnement qui est la société soviétique et, à travers elle, la société internationale. Ce n'est pas un système figé, clos, mais un système sensible aux influences de cet environnement, et il faut bien se rendre compte que, si le parti est l'ossature de systèmes politiques, il n'en est pas le seul élément. L'administration, les soviets, les syndicats, les associations constituent entre le parti et les citoyens autant de relais (« courroies de transmission »), mais qui sont en même temps des centres d'influence s'exerçant sur le parti.

À tous les niveaux, le rôle dirigeant du parti pose le p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Élection de l'Assemblée constituante

Élection de l'Assemblée constituante
Crédits : Hulton Getty

photographie

Parti communiste de 1966 à 1990 : structure

Parti communiste de 1966 à 1990 : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Kossyguine et Sadate, 1972

Kossyguine et Sadate, 1972
Crédits : Hulton Getty

photographie

Adhérents du Parti communiste de 1905 à 1991

Adhérents du Parti communiste de 1905 à 1991
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I, directeur de l'Institut de recherches comparatives sur les institutions et le droit du C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  URSS  » est également traité dans :

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 689 mots
  •  • 55 médias

Depuis le début des années 1990, la disparition de l'URSS, l'accès aux sources historiques, la libération de la mémoire ont ouvert une nouvelle étape qui permet de mieux comprendre le passé récent, mais encore largement méconnu d'un des pays qui ont le plus marqué l'histoire du xxe siècle. Rarement illusions, erreurs de jugement ont été aussi largemen […] Lire la suite

U.R.S.S. - L'économie soviétique

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 321 mots

L'économie de l'U.R.S.S. a été, jusqu'en 1990, une économie socialiste planifiée, dirigée par le Parti communiste à travers un système centralisé d'administration économique. La propriété d'État y jouait un rôle dominant et l'ensemble des activités économiques était orienté par un plan impératif. Ce système s'est effondré en 1991. Il est cependant indispen […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-29 mai 2014 Ukraine. Référendums d'autodétermination et élection présidentielle

Le 9, Vladimir Poutine se rend à Sébastopol, en Crimée, pour assister à la célébration de la victoire de l'U.R.S.S. sur l'Allemagne nazie en 1945. Le 9 également, à Marioupol, sur la mer d'Azov, des combats meurtriers opposent les forces de l'ordre à des insurgés prorusses qui tentaient de s'emparer de bâtiments publics. Le 11, les référendums d'autodétermination dans les régions de Donetsk et de Louhansk recueillent environ 90 p. […] Lire la suite

1er janvier 2014 Lettonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, la Lettonie est le dix-huitième État à faire son entrée dans la zone euro et le deuxième État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique, après l'Estonie en 2011.  […] Lire la suite

4-24 décembre 2011 Russie. Victoire contestée de Russie unie aux élections législatives

Il s'agit des plus importants rassemblements populaires dans le pays depuis la fin de l'U.R.S.S. Le 15, lors d'une émission télévisée, Vladimir Poutine exclut d'organiser de nouvelles élections, se félicite de la possibilité donnée aux opposants de s'exprimer et dénonce une tentative de « déstabilisation » venue de l'étranger. Les 17 et 18, des milliers de personnes dans tout le pays – bien moins nombreuses que le 10 – répondent à l'appel à manifester du parti libéral Iabloko et du Parti communiste. […] Lire la suite

1er janvier 2011 Estonie – Union européenne. Élargissement de la zone euro

Membre de l'Union européenne depuis 2004, l'Estonie, pays pauvre malgré une économie dynamique, est le dix-septième État à faire son entrée dans la zone euro et le premier État issu de l'ex-U.R.S.S. à adopter la monnaie unique. Le Parlement européen avait salué en 2010 les « efforts soutenus du gouvernement et du peuple estoniens » pour satisfaire aux critères d'adhésion à la zone euro. […] Lire la suite

20 octobre 2010 Russie. Adoption d'un important programme de privatisation

Le 20, le gouvernement de Vladimir Poutine adopte le plus vaste programme de privatisation depuis la disparition de l'U.R.S.S., alors que plus de 50 p. 100 du P.I.B. proviennent encore du secteur public. Le texte prévoit la privatisation partielle de quelque neuf cents entreprises parmi lesquelles Rosneft, premier groupe pétrolier du pays, Sberbank, première banque en termes d'actifs, V. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel LESAGE, « U.R.S.S. - Histoire institutionnelle », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s-histoire-institutionnelle/