TYRANNIE, Grèce antique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les tyrannies archaïques

L'évolution intérieure des cités grecques à l'époque archaïque est assez mal connue. La tendance générale à long terme est cependant claire, du moins si l'on admet que l'Iliade et l'Odyssée présentent des institutions et des pratiques politiques proches de celles du haut archaïsme (fin ixe-viiie s. av. J.-C.). Du viiie au vie siècle, la décision collective par vote majoritaire au sein de conseils et d'assemblées remplace progressivement la décision royale ; les fonctions religieuses, militaires et judiciaires du roi ont été divisées entre plusieurs magistrats élus ou tirés au sort pour un temps limité. Cette double évolution semble bien engagée dans la plupart des cités dès le début du viie siècle, et profite surtout dans un premier temps aux familles aristocratiques ou à certaines d'entre elles, mais ce « régime aristocratique » se révèle très instable, parce que la minorité du Conseil répugne à se plier à la règle majoritaire, parce que le peuple réuni sur l'agora réclame des droits accrus, et parce que l'accès aux magistratures fait l'objet d'âpres compétitions. Les revendications sociales des paysans pauvres désireux d'obtenir une abolition des dettes et un nouveau partage des terres, ainsi que les revendications politiques des hoplites, combattants à pied non aristocrates, souhaitant acquérir des droits correspondant à leur rôle militaire, expliquent en partie la violence des conflits en Grèce archaïque ; mais il faut tenir compte aussi des luttes sanglantes opposant souvent des factions aristocratiques. Malgré le peu de sources existantes, deux catégories de personnages émergent de l'obscurité générale : celle des législateurs (dont le plus célèbre est l'Athénien Solon) et surtout celle des tyrans.

La liste des tyrans grecs établie par les historiens modernes repose en partie sur quelques critères simples (on parle ainsi de tyrannie à propos des individus et des dynasties qui ont exercé un pouvoir absolu dans des cités grecques, pendant une période qui n'a jamais dépassé un siècle), en partie sur l'emploi du terme de tyran dans les textes anciens, à propos de personnages dont nous ignorons presque tout. Si ces indications suggèrent que la tyrannie a été considérée dès le viie siècle comme un phénomène nouveau et fascinant, et, assez tôt, comme un phénomène anormal et provisoire, il convient de souligner que les traditions concernant les tyrans archaïques ont été réinterprétées en fonction de théories politiques ultérieures, mais aussi par analogie avec d'autres phénomènes monarchiques – les tyrannies du ive siècle, comme celle de Denys de Syracuse, les monarchies hellénistiques et l'Empire romain. C'est pourquoi le témoignage d'Hérodote, au troisième quart du ve siècle, est particulièrement précieux : ses récits reflètent des traditions, des polémiques et des interprétations relativement anciennes. Nous présenterons ici, dans un ordre chronologique approximatif, les tyrannies archaïques les mieux connues.

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)

Photographie : Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)

Né à Halicarnasse, en Asie mineure, en 484 avant J.-C., Hérodote s’est exilé à Athènes pour fuir le tyran de sa cité. Cicéron le considère comme le premier historien grec, pour son récit des guerres médiques (490-479 av. J.-C.) et de leurs causes. L'Enquête fait également une large... 

Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Les tyrans du Péloponnèse

Sur la tyrannie des Kypsélides de Corinthe (– 657- – 580 env.), le texte le plus détaillé dont nous disposons est le discours que tient vers – 500 le Corinthien Soclès, pour dissuader les Spartiates de restaurer la tyrannie à Athènes (Hérodote, Histoire, V, 92). Avant la tyrannie, Corinthe était dominée par l'oligarchie étroite des Bacchiades, dont les membres, qui prétendaient descendre du même ancêtre, pratiquaient l'endogamie et se réservaient le monopole du pouvoir. L'un des membres du clan eut une fille boiteuse, Labda, qu'il dut donner en mariage à un homme ne faisant pas partie des Bacchiades. Divers oracles annoncèrent qu'elle donnerait prochainement naissance à un aigle, à un lion, à une pierre qui roulerait et viendrait s'abattre sur les maîtres de la ville. Les Bacchiades tentèrent d'assassiner le nouveau-né, en vain. Le futur tyran réussit d'abord à émouvoir, par ses sourires, les sbires envoyés pour le tuer. Sa mère le cacha ensuite dans un coffre (kypselos), d'où le nom du fondateur de la dynastie, Kypsélos. Devenu tyran, ce dernier « bannit beaucoup de Corinthiens, et en priva beaucoup de leurs biens et, plus encore, de la vie ». Après trente ans de vie heureuse, il eut pour successeur son fils Périandre. Celui-ci, après s'être d'abord montré plus doux que [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Thucydide - Athènes

Thucydide - Athènes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Tête présumée de Sargon d'Akkad-Naram-Sin

Tête présumée de Sargon d'Akkad-Naram-Sin
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Harmodios et Aristogiton

Harmodios et Aristogiton
Crédits : Art Resource, New York/ Alinari

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur d'histoire grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  TYRANNIE, Grèce antique  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 215 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Acropole géométrique et archaïque »  : […] On ignore comment cette Acropole mycénienne, capitale d'une petite principauté, périclita entre 1200 et 1000. À en juger par les tombes submycéniennes et protogéométriques trouvées entre l'Aréopage et l'Éridanos, il n'y a pas eu solution de continuité à Athènes : le site n'a pas cessé d'être habité, mais la royauté centralisatrice a dû disparaître, et avec elle les bâtiments de l'Acropole qui la s […] Lire la suite

AGATHOCLE (env. 359-289 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 429 mots

Fils d'un potier de Rhêgion (auj. Reggio di Calabria) Agathocle, né à Thermae près d'Himère, fait partie d'une faction populaire qui dispute le pouvoir à l'aristocratie grecque de Sicile. Un coup d'État lui permet de devenir, à Syracuse, un de ces tyrans progressistes qu'a connus la Sicile depuis le ~ vi e siècle, tels que Denys l'Ancien ou Gélon. Il entreprend des réformes radicales avec la réso […] Lire la suite

AGRIGENTE

  • Écrit par 
  • Michel GRAS
  •  • 2 122 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Évolution historique »  : […] La fondation de la colonie d'Akragas par les habitants de la voisine Géla aidés par les Rhodiens (Rhodes était l'une des métropoles de Géla) est l'une des dernières étapes de l'aventure coloniale grecque : elle se situe au début du vi e  siècle avant J.-C. (vers 580) ; les deux fondateurs, chefs de l'expédition, s'appelaient Aristonoos et Pistilos. Il s'agissait, de la part de Géla, de « répondre  […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La politique »  : […] Au livre I er de l' Éthique à Nicomaque , Aristote désignait la politique comme « la première des sciences, celle qui est plus que toute autre architectonique ». Cette affirmation, étrange pour nous, était justifiée par le fait que la politique est la science des fins les plus hautes de l'homme, par rapport auxquelles, les autres ne sont que moyens. De fait, s'il est vrai, comme nous l'apprend le […] Lire la suite

DE LA TYRANNIE (L. Strauss) et CORRESPONDANCE (L. Strauss-A. Kojève)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 341 mots

C'est en 1939 que Leo Strauss (1899-1973) publie sa première étude sur Xénophon ; en 1948 (traduite en français par Hélène Kern et publiée en 1954) paraît son étude sur le Hiéron du même auteur sous le titre De la tyrannie augmentée d'un essai d'Alexandre Kojève ( Tyrannie et sagesse ) et agrémentée d'une « mise au point ». C'est ce livre qui reparaît dans une traduction revue par André Enegren […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 756 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La période archaïque »  : […] La première période est assez mal connue, car on ne dispose que de témoignages souvent tardifs ; elle se caractérise essentiellement par deux séries de faits : la colonisation et la tyrannie. La colonisation étendit démesurément les limites du monde grec et en implanta la civilisation depuis l'Espagne jusqu'aux rives du Pont-Euxin , avec des conséquences politiques, économiques et culturelles cons […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grande-Grèce

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 3 358 mots

Dans le chapitre « Développement de l'agriculture et du commerce »  : […] L'époque archaïque semble avoir été celle de l'opulence des cités italiotes. Cette prospérité tenait essentiellement à leur richesse agricole, et les premières monnaies qui apparaissent en Grande-Grèce, dans la première moitié du vi e  siècle, portent des symboles agraires (l'épi de Métaponte) ; les cultes de divinités étroitement liées à la culture des céréales, telles Déméter et Coré-Perséphone, […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 727 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les organes de la cité »  : […] Le principal apport historique de la cité est peut-être d'avoir fourni le modèle d'une souveraineté partagée par l'ensemble de ses membres. Si les rois spartiates, chefs militaires, sont investis, une fois en campagne, d'un pouvoir de décision comparable à l'imperium romain, d'une manière générale, « le magistrat grec se borne à exécuter des décisions prises par d'autres ; il ne possède de pouvoi […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Religion et contradiction sociale »  : […] La société issue des migrations doriennes fait moins de place à la femme. Il en est de même du panthéon, comme on le voit bien avec Homère où il prend la forme d'une société patriarcale. Dans plusieurs sanctuaires, les déesses sont dépossédées par les dieux : non seulement, à Délos et à Delphes, au profit d'Apollon, mais aussi, à Dodone et à Olympie, en faveur de Zeus, l'un des grands triomphateur […] Lire la suite

MILL JOHN STUART (1806-1873)

  • Écrit par 
  • François TRÉVOUX
  •  • 2 882 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La liberté : respect du non-conformisme »  : […] Mill, esprit indépendant, individualiste avant tout, n'a toutefois pas d'unité de pensée ; il est plus ou moins tiraillé entre l'abstraction et l'utilitarisme de son père, et les élans parfois naïfs et romantiques de sa propre nature. Sa pensée est exposée avec clarté et force dans une œuvre extrêmement abondante et variée ; il a étudié tous les grands débats de son siècle. Sa pensée est très nuan […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CARLIER, « TYRANNIE, Grèce antique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tyrannie-grece-antique/