TURQUIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Turquie (TR)
CapitaleAnkara
Langue officielleturc
Unité monétairelivre turque (TRY)
Population84 020 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)769 604

Géographie

Un pays montagneux aux sous-ensembles très diversifiés

La Turquie forme une péninsule de 1 600 kilomètres de long, sur 600 kilomètres de large, s'étirant entre les 42e (Sinop, sur la mer Noire) et 35e (Hatay, à la frontière syrienne) degrés de latitude nord et, en longitude, entre les 25e (Gökçeada, dans la mer Égée) et 44e (à la frontière entre la Turquie, l'Iran et le Nakhitchevan) degrés de longitude est. La montagne y est omniprésente et l'altitude ne s'exprime pas toujours par la « tyrannie de la pente », elle prend aussi l'aspect de hauts plateaux, comme ceux du cœur du pays. Plus de 55 p. 100 de la superficie du pays est situé à plus de 1 000 mètres d'altitude : l'hiver y est rude. La tranche altitudinale la plus représentée est comprise entre 1 000 et 1 500 mètres. Même la partie non anatolienne de la Turquie, la Thrace, est plus accidentée qu'on ne le croit. Les montagnes de Yildiz, en arrière de la frontière turco-bulgare, culminent à plus de 1 000 mètres, surplombant la mer Noire.

La topographie est extrêmement cloisonnée. L'ouest de la péninsule est marqué par un relief, produit d'une série d'effondrements (graben correspondant aux ova turques) et de soulèvements tectoniques (horst) qui ont fragmenté la topographie en sous-ensembles distincts. Les reliefs sont situés à la périphérie du plateau anatolien, fermé au nord par les plissements alpins du Pont – nom antique de la mer Noire – où culmine le mont Kaçkar à 3 900 mètres, et au sud par ceux du Taurus avec le mont Lorut à 3 588 mètres, formant des montagnes jeunes et vigoureuses. Ces reliefs s'étirent parallèlement aux côtes et font obstacle aux communications terrestres. Ils enserrent un plateau central, cœur de l'Anatolie, s'étendant sur 20 p. 100 du territoire, caractérisé par un fort endoréisme. Ce plateau est hérissé de volcans coniques spectaculaires, comme l'Erciyes Daǧi (l'antique mont Argée), qui se dresse à plus de 3 900 mètres au-dessus de la Cappadoce, ou est accidenté par des effusions volcaniques (comme à Ankara). Les plaines littorales sont limitées à des liserés, à trois exceptions près : la Cilicie – ou plaine creuse en turc – (600 km2) au sud-est, la Pamphylie, autour d'Antalya près de la Méditerranée, et la plaine d'effondrement du Grand Méandre, au sud d'Izmir. Ces rares plaines côtières ont fait l'objet d'un développement agricole pour l'exportation dès le xixe siècle, avec notamment la culture du coton.

La Cappadoce

Photographie : La Cappadoce

Le village de Üçhisar en hiver, dans la province de Cappadoce, au sud-est d'Ankara. 

Crédits : Thierry Cazabon/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Des climats contrastés

La Turquie offre, du fait de sa situation et de la conformation de son relief, une palette très large de types de climat, du semi-aride au subtropical, rendant ainsi les moyennes nationales (640 mm/an de précipitations) peu significatives. Le climat méditerranéen, avec des variantes et des nuances multiples, ne concerne qu'un cinquième du pays, du nord de la mer Égée à la Syrie. Le littoral de la mer Noire, quant à lui, se définit par un climat pontique, avec une pluviosité plus forte et surtout plus étalée dans l'année que sur les côtes méditerranéennes, une humidité ambiante moyenne plus élevée, des étés moins chauds et un ensoleillement moindre. L'est de la côte pontique revêt même un caractère quasi tropical, conjuguant fortes pluviosités tout au long de l'année et températures moyennes assez élevées, permettant de la sorte la culture du thé. Sur la majorité du territoire domine un climat de type continental – caractérisé par une pluviosité réduite, inférieure à 550 mm/an, sauf pour les reliefs les mieux exposés –, aux multiples variantes. Certains géographes subdivisent ce climat continental en « climat de la steppe », d'une part, et « climat du sud-est », d'autre part. Ce dernier se caractérise par des températures moyennes, notamment estivales, plus élevées. Les pluies peuvent y être abondantes.

La topographie et l'altitude ont un effet tantôt uniformisateur et régulateur, tantôt aggravant, sur les précipitations, dont une partie tombe sous forme solide. Le relief induit des effets d'abri qui se traduisent par d'importants contrastes dans les précipitations. Ainsi, entre les villes de Hopa et Borçka, situées à moins de 50 kilomètres l'une de l'autre (à l'extrême nord-est du pays), il y a une différence de deux mètres dans les moyennes de précipitations. Aussi, à une échelle fine, faudrait-il décliner chacun de ces climats en multiples microclimats, selon les accidents du relief, les effets d'abri et l'exposition.

Les précipitations annuelles représentent un total moyen de 500 milliards de mètres cubes, dont plus de 270 disparaissent par évaporation. La consommation d'eau, qui avoisine 50 milliards de mètres cubes par an, est assurée à 80 p. 100 par les eaux superficielles (rivières, fleuves et lacs), les eaux souterraines représentant la part restante. Selon les interprétations et projections, il existe une vision catastrophiste et une vision plus raisonnée de l'avenir des ressources hydriques en jeu. Les 112 milliards de mètres cubes par an que représenteraient les cours d'eau et les eaux souterraines ne sont pas équitablement répartis sur le territoire et, surtout, ne sont pas partout aisément exploitables, pas plus qu'ils ne font l'objet d'une exploitation également intensive. En outre, la Turquie « abandonne » 17 milliards de mètres cubes d'eau à la Syrie via l'Euphrate. Ainsi, si on rapporte les quantités restantes à la population turque (82,3 millions d'hab. à la fin de 2018), on obtient une valeur d'environ 1 100 mètres cubes par an et par habitant (contre 2 900 en 1997). Selon cette valeur, générale mais indicative, la Turquie n'est pas, par rapport à ses voisins du sud, un pays indigent ou « hydriquement pauvre ». Cependant, la ponction irraisonnée des ressources en eau, principalement pour les besoins de l’agriculture, a entraîné une rétraction inquiétante, voire une complète disparition, de nombreux lacs. Entre 1966 et 2006, la superficie des zones humides et des lacs a ainsi été réduite de moitié.

Parcourue par de grands fleuves, dont certains ont leur cours inférieur hors de la Turquie (comme le Tigre, l'Euphrate, l'Asi Nehri ou le Çoruh, au nord-est), l'Anatolie est dotée d'un potentiel hydrique appréciable, que l'État et les particuliers s'emploient à valoriser de plus en plus systématiquement. L'exploitation hydroélectrique, commencée dans la région égéenne, l'Anatolie centrale (au sud de Konya) et la plaine de la Cilicie (sur le fleuve Seyhan), s'est poursuivie à l'est avec le « Projet d'Anatolie du Sud-Est » (Güneydoǧu Anadolu Projesi, GAP) lancé à la fin des années 1970 (tabl. 1). L’accélération spectac [...]

Turquie : principaux bassins fluviaux

Tableau : Turquie : principaux bassins fluviaux

tabl. 1 - Les principaux bassins fluviaux de Turquie (source : DSI : www.dsi.org.tr). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 61 pages

Médias de l’article

Turquie : carte physique

Turquie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Turquie : drapeau

Turquie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

La Cappadoce

La Cappadoce
Crédits : Thierry Cazabon/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Turquie : principaux bassins fluviaux

Turquie : principaux bassins fluviaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de langue et civilisation turques
  • : politologue, essayiste, directeur de la revue Anatoli : de l'Adriatique à la Caspienne
  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I
  • : enseignant-chercheur, université de Toulouse Jean Jaurès

Classification

Autres références

«  TURQUIE  » est également traité dans :

TURQUIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ADANA

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 234 mots
  •  • 1 média

Ville principale de la plaine de Cilicie (Turquie), Adana, chef-lieu du département homonyme, commande le passage du Seyhan, grand fleuve descendant du Taurus, au contact de la basse plaine alluviale et des collines de piémont. Cette situation fut mise en valeur par une agglomération urbaine dès l'époque hittite (~ II e  millénaire). Dans l'Antiquité et au Moyen Âge, Adana était dominée, en prospé […] Lire la suite

ANATOLIE

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 361 mots

Signifiant en grec « l'Est, l'Orient », le mot Anatolie est utilisé depuis le x e  siècle, comme synonyme d'Asie Mineure, après avoir désigné une province byzantine. Actuellement, pour les Turcs, Anadolu s'applique à toute la partie asiatique du pays, après avoir été rapporté par eux, aux temps ottomans, à la partie occidentale, puis centrale, de la péninsule. Dans la littérature scientifique eur […] Lire la suite

ANKARA

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 820 mots
  •  • 1 média

L'agglomération d'Ankara comptait à la fin de 2007 plus de 3,5 millions d'habitants, soit cent fois plus qu'au début des années 1920, quand elle est devenue la capitale politique (par une décision du 13 octobre 1923) de la Turquie . La situation géographique d'Ankara, moins excentrée qu'Istanbul sur le territoire national, la présence d'une voie ferrée depuis 1892 ainsi que le rôle moteur joué pa […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le génocide »  : […] Laissant une forte autonomie à ses minorités, l'Empire ottoman se raidit de plus en plus au fur et à mesure de son déclin politique et économique. Désormais, les réformes appliquées aux minorités chrétiennes seront le fruit de la pression des grandes puissances. Cet état de fait étant vécu comme une humiliation par les musulmans de l'Empire, les minorités vont être en butte à nombre d'exactions, […] Lire la suite

ARMÉNIENS GÉNOCIDE DES

  • Écrit par 
  • Raymond KÉVORKIAN
  •  • 4 927 mots

Parmi les innombrables violences observées durant la Première Guerre mondiale, l'extermination des Arméniens constitue l'épisode le plus sanglant touchant des populations civiles : près d'un million cinq cent mille personnes perdent la vie en 1915-1916, dans des conditions effroyables, victimes du régime jeune-turc. Le contexte de guerre – la Turquie est entrée dans le conflit aux côtés de l'Alle […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Anatolie »  : […] L'Anatolie s'étend d'ouest en est, entre la mer Noire d'une part, la Méditerranée et une ligne continue de chevauchements du Taurus oriental méridional sur la plate-forme syrienne d'autre part ; sa largeur atteint 650 kilomètres (cf. carte de l'Asie antérieure). L'Anatolie a été plissée et cisaillée (failles nord- et est-anatoliennes) vers le milieu du Cénozoïque. Cependant des Déformations multip […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les pluies »  : […] Ces conditions barométriques générales, renforcées par la disposition générale du relief, commandent la répartition des précipitations, essentiellement caractérisée par le contraste entre les franges montagneuses abondamment arrosées et les plateaux intérieurs plus ou moins arides. En Anatolie, les deux bordures montagneuses taurique et pontique sont également très humides (plus de 2 m de précip […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enjeu de l'eau et des hydrocarbures »  : […] Au-delà des clivages ethniques ou religieux, l'appropriation des ressources constitue encore un enjeu socio-spatial et écologique considérable. La question de l'eau – eau potable, irrigation, prévention des inondations – occupe une place centrale dans le quotidien des populations asiatiques comme dans les politiques des États, tant au sein des espaces désertiques, arides et semi-arides du Moyen-O […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Urbanisation et développement »  : […] Avec plus de 73 millions d'habitants chacun, la Turquie et l'Iran regroupent à eux seuls plus de la moitié de la population de toute la région et confirment ainsi leur place économique et politique dominante. Troisième pays de la région par sa population, l'Afghanistan (28,4 millions d'habitants en 2009) est aussi le plus pauvre de la région, avec les taux de natalité et de mortalité les plus éle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 août 2021 Climat. Rapport du GIEC.

Turquie, en Algérie, en Tunisie, en Italie et sur la côte nord-est de l’Adriatique.  […] Lire la suite

6-26 avril 2021 Turquie – Union européenne. Rencontre entre les dirigeants européens et le président Recep Tayyip Erdogan.

Turquie. Les dirigeants européens confirment leur intention de reconduire l’accord migratoire de mars 2016 qui prévoyait le maintien sur le territoire turc des migrants syriens en contrepartie du versement d’une aide financière à Ankara. L’extension de l’accord d’union douanière et l’assouplissement des conditions d’octroi de visas aux ressortissants […] Lire la suite

24 avril 2021 États-Unis – Turquie – Arménie. Reconnaissance par Washington du génocide des Arméniens.

Le président Joe Biden reconnaît, dans une déclaration solennelle, le génocide perpétré par les Ottomans contre les Arméniens en 1915. Il affirme ne pas agir « pour blâmer, mais pour nous assurer que ce qui s’est passé ne se répète jamais ». Une trentaine de pays ont déjà reconnu le génocide des Arméniens.  […] Lire la suite

13-14 avril 2021 Turquie. Remise en liberté du journaliste Ahmet Altan.

Le 13, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) condamne Ankara, dans le dossier de l’arrestation du journaliste Ahmet Altan, pour atteinte au droit à la liberté et à la sûreté, au droit à la liberté d’expression et au droit « de faire statuer à bref délai par un tribunal sur la légalité de la détention ». Soupçonné d’être impliqué dans la […] Lire la suite

12 avril 2021 Canada – Turquie. Annulation de ventes d'armes à la Turquie.

Turquie », précise le ministre des Affaires étrangères Marc Garneau.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BOZDÉMIR, Ali KAZANCIGIL, Robert MANTRAN, Jean-François PÉROUSE, « TURQUIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/