TURBINES À VAPEUR

Médias de l’article

Turbine axiale à action

Turbine axiale à action
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Développement d'un étage de turbine dans un plan

Développement d'un étage de turbine dans un plan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Turbine axiale à réaction

Turbine axiale à réaction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Vapeur saturée et surchauffée

Vapeur saturée et surchauffée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Principe de fonctionnement et classification

Une turbine à vapeur comporte un ou plusieurs étages, composés chacun de deux aubages, ou grilles d'aubes, dont l'un est fixe et l'autre mobile. Le plus souvent, la direction générale de l'écoulement de la vapeur est parallèle à l'axe de la turbine ; celle-ci est alors du type axial. Dans certains cas, cette direction est perpendiculaire à l'axe (habituellement, dans le sens centripète) ; la turbine est alors du type radial.

La figure représente une coupe longitudinale partielle d'une turbine axiale. La vapeur se détend dans les aubages fixes (1), qui sont montés sur des diaphragmes (3) ; toutefois, pour l'aubage fixe du premier étage (qui n'est pas représenté dans la figure), des dispositions spéciales facilitent l'admission de vapeur et le réglage de la turbine. Chacun des aubages fixes est suivi d'un aubage mobile (2) monté sur un disque (4) ; les différents disques sont fixés sur l'arbre (5), qui transmet la puissance développée par la turbine à l'appareil entraîné par celle-ci (par exemple, à une génératrice électrique). Pour réduire les fuites de vapeur entre la partie centrale des diaphragmes et les moyeux des disques, on munit les diaphragmes de lamelles métalliques (6) dont l'ensemble forme un labyrinthe.

Turbine axiale à action

Turbine axiale à action

dessin

Coupe longitudinale partielle d'une turbine axiale à action… 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

En développant les aubages fixe et mobile d'un étage dans un plan, on obtient la disposition représentée sur la figure, (A) étant l'aubage fixe et (B) l'aubage mobile.

Développement d'un étage de turbine dans un plan

Développement d'un étage de turbine dans un plan

dessin

Développement d'un étage de turbine dans un plan… 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le fonctionnement d'un étage de turbine peut être conçu de deux manières Dans le premier cas, toute la détente a lieu dans l'aubage fixe, le rôle de l'aubage mobile étant d'utiliser l'énergie cinétique engendrée par cette détente ; c'est le cas d'un étage à action. Dans le second, la vapeur ne se détend que partiellement dans l'aubage fixe, le reste de la détente ayant lieu dans l'aubage mobile ; ce mode de fonctionnement caractérise l'étage à réaction. On a donc, dans le premier cas, p0 [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TURBINES À VAPEUR  » est également traité dans :

CHARBON - Industrie charbonnière

  • Écrit par 
  • Michel BENECH, 
  • Pierre BERTE, 
  • Jacques BONNET, 
  • Robert PENTEL
  •  • 11 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La production d'électricité »  : […] Le principe de fonctionnement des centrales thermiques au charbon est simple : le charbon est brûlé dans des chaudières. Il chauffe ainsi l'eau, qui, transformée en vapeur, fait tourner des turbines. Celles-ci sont couplées à des alternateurs produisant de l'électricité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charbon-industrie-charbonniere/#i_43199

MACHINISME

  • Écrit par 
  • Bertrand GILLE, 
  • Pierre NAVILLE
  •  • 6 783 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Triomphe du machinisme »  : […] la hauteur des chutes : Aristide Bergès, à Lancey, en 1869, lançait la « houille blanche ». Quant à la machine à vapeur, la surchauffe permit d'atteindre les rendements limites. Un pas important devait être réalisé par la turbine à vapeur : les recherches de Gustaf De Laval (1876) et de C. A. Parsons (1888) aboutirent à un résultat positif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machinisme/#i_43199

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 401 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les réacteurs à eau bouillante (R.E.B.) »  : […] phase liquide est réintroduite à l'entrée du cœur, la vapeur est envoyée directement à la turbine. L'utilisation d'un cycle direct pour la conversion d'énergie est la caractéristique principale qui distingue les réacteurs R.E.B. des R.E.P. Le système de production de vapeur est simplifié, en revanche, la chimie de l'eau doit minimiser la corrosion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_43199

NUCLÉAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 108 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L’électronucléaire »  : […] favorisant la capture des neutrons (eau ordinaire ou eau lourde, graphite…), et d’un fluide caloporteur capable d’évacuer l’énergie thermique produite dans le cœur (eau liquide ou vapeur, sodium liquide…). L’énergie libérée sert à produire de la vapeur d’eau sous pression qui actionne une turbine couplée à un alternateur générant de l’électricité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire/#i_43199

PROPULSION NAVALE

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL, 
  • Michel BONNOTTE, 
  • Jacques HARTWEG, 
  • Roger ROUDIL
  •  • 4 772 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Appareils à vapeur classiques »  : […] La vapeur ainsi produite est dirigée vers une turbine dont la vitesse de rotation varie de 3 000 à 6 000 tr/min […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/propulsion-navale/#i_43199

RANKINE WILLIAM JOHN MACQUORN (1820-1872)

  • Écrit par 
  • Pierre MOYEN
  •  • 143 mots

Ingénieur et physicien écossais né à Édimbourg et mort à Glasgow, William J. M. Rankine commence ses recherches par l'étude de la fatigue des métaux et son application aux essieux des locomotives (1843). S'intéressant ensuite aux propriétés thermodynamiques de la vapeur d'eau, il propose le cycle qui porte son nom et qui décrit les variations d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-john-macquorn-rankine/#i_43199

THERMODYNAMIQUE - Thermodynamique technique

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 2 518 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Diagrammes d'état. Cycles et pseudocycles usuels »  : […] Dans le domaine des vapeurs condensables, ce même type de cycle porte le nom de Rankine ou de Rankine-Hirn, selon que la vaporisation est arrêtée à la sortie de la chaudière (cf. de saturation sèche ; cas de la machine à pistons), ou qu'elle est prolongée par une surchauffe supplémentaire ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-thermodynamique-technique/#i_43199

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul CHAMBADAL, « TURBINES À VAPEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/turbines-a-vapeur/