TUMEURS ANIMALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Métastases

Métastases
Crédits : B. Boyer, Institut Curie

photographie

Papillomavirus : épithélium normal et lésions précancéreuses provoquées

Papillomavirus : épithélium normal et lésions précancéreuses provoquées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Traitement numérique de l'image

Traitement numérique de l'image
Crédits : M. Laval-Jeantet

photographie


Tumeurs chez l'homme

L'anatomie pathologique, qui se consacre à l'étude de la morphologie des processus morbides, est primordiale en carcinologie, car c'est sur elle que reposent la nomenclature et le diagnostic des tumeurs d'où découlent, dans une très large mesure, pronostic et indications thérapeutiques.

On distingue généralement deux variétés de tumeurs. Les tumeurs bénignes ont une croissance lente, elles refoulent les tissus voisins sans les infiltrer, leur évolution reste strictement locale. Ces trois caractères s'opposent à ceux des tumeurs malignes, ou cancers : leur croissance est rapide, ils infiltrent et détruisent les tissus voisins, ils donnent des localisations secondaires à distance par migration de cellules néoplasiques à travers les voies vasculaires sanguines ou lymphatiques (métastases). C'est toujours la seule définition raisonnable de ces deux types de tumeurs, car, en l'état de nos connaissances, une définition selon des critères étiologiques ou physiopathologiques se révèle impossible.

Métastases

Métastases

Photographie

Coupes histologiques réalisées dans un carcinome différencié et non invasif (a) et un carcinome non différencié infiltrant (b). Le carcinome différencié se caractérise par la limite très nette des masses tumorales, clairement distinctes du stroma péritumoral. Les cellules tumorales... 

Crédits : B. Boyer, Institut Curie

Afficher

Sur le plan morphologique, cependant, les aspects architecturaux et cytologiques sont souvent assez différents pour permettre un diagnostic, l'expérience ayant appris que telle ou telle image microscopique est statistiquement associée à une évolution maligne alors que telle autre est significative d'un processus bénin.

On peut rappeler que la plupart des jurisprudences considèrent comme une faute professionnelle grave et punissable le fait de mettre en jeu des thérapeutiques sévères, souvent dites mutilantes (chirurgie d'exérèse large, radiothérapie à hautes doses), sans que la preuve du cancer ait été apportée par l'examen microscopique d'un prélèvement.

Tumeurs bénignes et tumeurs malignes

Les caractères anatomopathologiques d'une tumeur permettent de reconnaître sa malignité ; aucun d'eux n'est assurément spécifique, mais leur groupement est révélateur.

Certains de ces caractères sont architecturaux et sont étudiés soit par la macroscopie, soit au moyen d'un faible grossissement microscopique. Ils résident en l'absence de limitation, d'encapsulation du nodule tum [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de l'université de Paris-Val-de-Marne
  • : chef du département d'anatomie pathologique de l'Institut Gustave-Roussy, Villejuif
  • : chef de service d'expérimentation animale à l'Institut Gustave-Roussy, Villejuif

Classification


Autres références

«  TUMEURS ANIMALES  » est également traité dans :

AMYLOSE

  • Écrit par 
  • Anne LAVERGNE-SLOVE
  •  • 669 mots
  •  • 1 média

Depuis l'introduction par Virchow , en 1854, du terme « amyloïde », les connaissances étiologiques et biochimiques de cette substance, qui doit son nom à sa ressemblance avec l'amidon, ont beaucoup évolué. Le terme de maladie amyloïde, ou plus simplement d'amylose, regroupe en fait des étiologies multiples, aboutissant à la formation d'un dépôt intercellulaire glycoprotéique présentant un caractèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amylose/#i_17874

CANCER - Cancers et virus

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS, 
  • Sylvie ROGEZ
  •  • 5 646 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] L'étiologie virale de certaines formes de cancer a été reconnue chez l'animal, dès le début du xx e  siècle. Ainsi, Vilhelm Ellerman et Oluf Bang en 1908 et Peyton Rous en 1911 démontrent successivement le rôle du virus de la leucémie aviaire (ALV) et du virus du sarcome de Rous (SV) dans le développement de tumeurs chez le poulet ainsi que le ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-cancers-et-virus/#i_17874

CANCÉRISATION : RÔLE DES ONCOGÈNES

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 224 mots

Pourquoi une cellule cancéreuse se divise-t-elle indéfiniment pour former une tumeur ? Dès 1976, on avait identifié chez le poulet un gène dont la mutation déclenche une forme de cancer appelée sarcome de Rous. Le rôle de ce gène dans le fonctionnement cellulaire restait cependant mystérieux. À partir de 1980, les équipes des Américains Geoffrey Cooper et Robert Weinberg apportent une première exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancerisation-role-des-oncogenes/#i_17874

CÉNUROSES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 739 mots

Les cénuroses sont des parasitoses graves, liées au développement, chez les animaux herbivores et, exceptionnellement, chez l'homme, des larves dites cénures de ténias appartenant au genre Multiceps . Un cénure est une larve vésiculaire contenant plusieurs têtes de ténia (ou scolex). C'est-à-dire qu'à partir d'un seul œuf la larve va élaborer plusieurs scolex dont chacun donn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenuroses/#i_17874

CŒUR - Chirurgie cardiaque

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Christian CABROL
  •  • 6 514 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitement chirurgical d'autres cardiopathies »  : […] Certaines cardiopathies, comme les troubles du rythme cardiaque, c'est-à-dire les arythmies, si elles résistent au traitement médical ou aux manœuvres instrumentales destinées à les supprimer, peuvent indiquer une intervention chirurgicale pour éliminer les causes de ces troubles du rythme. Ces causes peuvent être des lésions situées sur les ventricules (arythmie ventriculaire), sur les oreillette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coeur-chirurgie-cardiaque/#i_17874

DÉCALCIFICATION

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS
  •  • 575 mots

Ce terme imprécis et très souvent « galvaudé » désigne une diminution de la minéralisation osseuse. On ne l'emploie guère dans le langage médical, car il est trop général, alors que tous les efforts tendent à préciser la nature et la cause des « décalcifications du squelette ». Pour plus de clarté, on distinguera les décalcifications en formes généralisées, qui évoquent des maladies diffuses, méta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decalcification/#i_17874

DERMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Robert DEGOS
  •  • 4 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Tumeurs bénignes nævoïdes »  : […] Beaucoup de tumeurs bénignes ont une origine vraisemblablement dysembryoplasique. Elles dérivent des annexes de l'épiderme (glandes et canaux sudoraux, follicules pileux, glandes sébacées) ou des éléments fibroblastiques, vasculaires, musculaires et graisseux du derme et de l'hypoderme : hidradénomes, tricho-épithéliomes, kystes sébacés, histiocyto-fibromes, tumeurs glomiques, léiomyomes, lipomes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dermatologie/#i_17874

ÉCHINOCOCCOSES

  • Écrit par 
  • Patrick GIRAUDOUX, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 307 mots

Les échinococcoses sont des parasitoses graves liées au développement, chez les mammifères herbivores et omnivores (et chez l'homme), des larves dites « hydatides » des ténias du genre Echinococcus . Une hydatide peut se définir comme une larve vésiculaire pouvant contenir plusieurs milliers de têtes de ténia (ou scolex). En effet, à partir d'un seul œuf naît une seule larve, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echinococcoses/#i_17874

FIBROMYOME

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 196 mots

Improprement appelé fibrome, le fibromyome utérin est une tumeur bénigne du muscle utérin, constitué dans des proportions variables de fibres musculaires lisses et de tissu conjonctif fibreux. Sa fréquence est grande (environ une femme sur cinq en est atteinte) et sa symptomatologie des plus variables, en fonction de la taille des tumeurs, de leur situation exacte, de leur nombre, qui peut être gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fibromyome/#i_17874

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs hépatiques »  : […] La pratique de l' échographie hépatique sur une grande échelle amène à la découverte fréquente d'anomalies morphologiques hépatiques. Il s'agit souvent de kystes biliaires , parfois multiples et quelquefois très volumineux. Ces kystes se rencontrent chez près de 5 p. 100 des individus normaux, et n'ont aucune conséquence pathologique. Parfois, surtout chez des sujets ayant f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/#i_17874

GÉNITAL APPAREIL

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Maurice PANIGEL
  • , Universalis
  •  • 14 776 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Tumeurs bénignes »  : […] On observe chez la femme jeune certaines tumeurs bénignes qui sont des kystes de l' ovaire. Le kyste mucoïde renferme un liquide de couleur citrine, dont l'évacuation est parfois utile au traitement : la lésion peut souvent être réduite par voie médicamenteuse (blocage hormonal de la fonction ovarienne). Il existe d'autres tumeurs bénignes : les kystes dermoïdes présentant des inclusions embryonn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-genital/#i_17874

GÉNOMIQUE - La transgenèse

  • Écrit par 
  • Pascale BRIAND
  •  • 7 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modèles d'oncogenèse »  : […] L'utilisation de divers promoteurs et séquences régulatrices pour gouverner l'expression d'oncogènes ou de proto-oncogènes permet d'obtenir des animaux transgéniques qui expriment tel ou tel oncogène dans un tissu donné. Ces constructions chimériques permettent de tester l'effet de l'expression d'un oncogène donné dans divers types cellulaires et de divers oncogènes dans un même tissu. De plus, pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genomique-la-transgenese/#i_17874

GLIOME

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 96 mots

Tumeur composée de cellules dérivées du tissu névroglique qui soutient et protège les cellules nerveuses. Les gliomes se développent dans la rétine, dans le cerveau, dans le cœur, dans la gaine des nerfs (schwannome) et, parfois, dans les sinus où la tumeur provient du bulbe olfactif du cerveau. Ils sont susceptibles d'apparaître presque partout où existe du tissu nerveux et peuvent être associés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gliome/#i_17874

HÉMATODERMIES

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 514 mots

Manifestations cutanées accompagnant les maladies du système hématopoïétique dont certains éléments, normalement quiescents dans le derme, manifestent alors une activité anormale. On distingue deux groupes d'éruptions : des lésions banales et habituellement prurigineuses, sans infiltrat spécifique décelable à l'examen histologique, ou des lésions associées à un infiltrat spécifique qui détermine s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hematodermies/#i_17874

HYDATIDOSE

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 809 mots

L'hydatidose (ou kyste hydatique) est une parasitose grave liée au développement — chez les mammifères herbivores mais aussi chez les mammifères omnivores et chez l'homme — des larves dites « hydatides » du ténia Echinococcus granulosus . Une hydatide est une larve vésiculaire pouvant contenir plusieurs milliers de têtes de ténia (ou scolex). Autrement dit, à partir d'un seul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydatidose/#i_17874

INTESTIN, pathologie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER
  •  • 3 784 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'examen endoscopique »  : […] Rien ne traduit mieux le lien qui unit le progrès de la médecine aux progrès des techniques que l'évolution de l' endoscopie digestive. Depuis une cinquantaine d'années, on pratique la rectoscopie  : la vision directe des lésions de la muqueuse rectale grâce à un tube métallique de 2 cm de diamètre introduit par l'anus. Toutes les rectites, toutes les tumeurs bénignes ou mal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intestin-pathologie/#i_17874

KYSTES

  • Écrit par 
  • Marie-Christine STÉRIN
  •  • 208 mots

Tumeurs bénignes se développant aux dépens d'un organe, les kystes sont formés d'une cavité remplie d'un liquide ou d'une substance molle non vascularisée ; seule la paroi de cette cavité est vascularisée. Il existe de très nombreuses formes de kystes dans l'organisme ; ils peuvent affecter de nombreux organes : appareil respiratoire, rénal, génital (kystes ovariens), os, peau, tissu conjonctif, m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kystes/#i_17874

KYSTES OVARIENS

  • Écrit par 
  • Paul-François LEROLLE
  •  • 438 mots
  •  • 1 média

Tumeurs normalement bénignes, des kystes peuvent se développer aux dépens de l'ovaire (ou des deux ovaires). Il faut distinguer les kystes fonctionnels et les kystes organiques. Les premiers disparaissent le plus souvent spontanément après les règles, d'où l'importance de ne pas intervenir à la hâte et de refaire un examen en période post-menstruelle pour s'assurer de la persistance du kyste avant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kystes-ovariens/#i_17874

LARYNX, pathologie

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  •  • 1 981 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs bénignes »  : […] Le granulome de la corde vocale , localisé en arrière, est dû à une irritation locale (intubation, reflux gastro-œsophagien...). Les kystes mucoïdes ou épidermiques sont de siège variable. Localisés à la corde vocale où ils sont souvent peu visibles, ils sont responsables de dysphonies dont la cause est parfois suspectée par stroboscopie, mais, souvent, seulement lors de la l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/larynx-pathologie/#i_17874

LASERS

  • Écrit par 
  • Yves LECARPENTIER, 
  • Alain ORSZAG
  •  • 10 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Médecine et chirurgie »  : […] Médecins et chirurgiens disposent de nombreux types de lasers dans leur arsenal thérapeutique. La très grande variété des lasers permet un choix de longueur d'onde et de mode d'irradiation parfaitement adaptés à la pathologie à traiter. Schématiquement, les lasers continus induisent préférentiellement des effets thermiques et photochimiques, tandis que les lasers impulsionnels sont préférés po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lasers/#i_17874

LYMPHOMES

  • Écrit par 
  • Claude SULTAN
  • , Universalis
  •  • 1 269 mots
  •  • 1 média

Les lymphomes malins sont des tumeurs développées à partir des cellules appartenant au système lymphatique (lymphocytes). Il s'agit d'affections fréquentes dont la répartition selon l'âge des patients varie avec le type histologique, mais pour lesquelles on ne connaît pas de causes favorisantes sauf des états d'immunodépression ou l'infection par le virus HTLV1 qui sévit en Extrême-Orient. Selon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lymphomes/#i_17874

MÉTASTASES, médecine

  • Écrit par 
  • Brigitte BOYER
  •  • 7 537 mots
  •  • 4 médias

Le terme « métastase » fut proposé en 1829 par Joseph Claude Récamier qui fut le premier, dans son traité Recherches du cancer , à montrer, par des observations anatomiques, que les métastases provenaient de l'émigration des cellules cancéreuses hors de la tumeur primaire et de leur greffe dans des organes distants de celui qui abrite le cancer primitif. Bien que ce soit seul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metastases-medecine/#i_17874

MYCÉTOME

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 284 mots

Tumeur inflammatoire polyfistulisée, à évolution très lente, siégeant en général aux membres inférieurs (réalisant le « pied de Madura »). Les mycétomes sont des mycoses qui s'observent le plus souvent dans les contrées tropicales à humidité modérée. Deux types de micro-organismes sont responsables de mycétomes : soit des champignons, soit des actinomycètes anaérobies (qui sont des bactéries fila […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycetome/#i_17874

MYCOSIS FONGOÏDE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 613 mots

Le mycosis fongoïde est une hématodermie frappant les adultes des deux sexes. Il revêt trois aspects cliniques principaux. La forme d'Alibert-Bazin commence par des éruptions polymorphes dites prémycosis. Ce sont d'abord des éruptions atypiques : placards érythémateux, eczématiformes, psoriasiformes toujours prurigineux, variant d'un jour à l'autre. Deux dermatoses : le psor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycosis-fongoide/#i_17874

MYOME

  • Écrit par 
  • Marie-Christine STÉRIN
  •  • 89 mots

Tumeur bénigne du tissu musculaire. Suivant la nature du tissu musculaire qui compose ces tumeurs, on les dénomme : leiomyome ou rhabdomyome. Les leiomyomes sont des tumeurs pouvant se développer à partir de n'importe quel tissu musculaire lisse : tube digestif, utérus (très fréquentes, elles sont communément appelées fibromes). Les rhabdomyomes sont des tumeurs beaucoup plus rares, développées au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myome/#i_17874

NAISSANCE - Grossesse

  • Écrit par 
  • Yves MALINAS
  • , Universalis
  •  • 5 248 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le premier trimestre »  : […] Il est indispensable (fig. 1) pour le médecin, mais aussi pour sa patiente de suivre avec une attention méticuleuse, la chronologie de la grossesse. Le diagnostic de grossesse se pose sur deux symptômes : le retard des règles et l'augmentation du volume de l' utérus, que reconnaît l'examen gynécologique. Dans 30 p. 100 des cas, cependant, soit que l'époque de la dernière menstruation s'avère impr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-grossesse/#i_17874

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Étiologie tumorale »  : […] L' étiologie tumorale englobe toutes les néoformations se développant à l'intérieur de la cavité crânienne, c'est-à-dire, à côté des surproductions tissulaires (ou tumeurs au sens anatomopathologique du terme), d'autres processus néoformatifs, infectieux comme les abcès parasitaires, mycosiques, kystiques, inflammatoires ou même hémorragiques ; bien que moins fréquente que l'étiologie vasculaire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_17874

ODONTOSTOMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel BENOIST, 
  • Frédéric CHABOLLE, 
  • Michel DECHAUME, 
  • Bernard MEYER, 
  • Jacques ROUOT
  •  • 11 327 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tumeurs osseuses bénignes »  : […] Certaines tumeurs osseuses bénignes sont d'origine dentaire et se sont développées progressivement sous l'effet d'une infection atténuée ou d'une anomalie de l'embryogenèse (kyste radiculo-dentaire, améloblastomes). D'autres, comme les fibromes, les myxomes, les tumeurs à myéloplaxes, sont autonomes et entraînent des complications liées à leur augmentation de volume ou au développement d'une infe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odontostomatologie/#i_17874

ONCOGENÈSE ou CANCÉROGENÈSE ou CARCINOGENÈSE

  • Écrit par 
  • Roger MONIER
  •  • 7 285 mots
  •  • 5 médias

L'étude des mécanismes de l'oncogenèse (du mot grec oncos , qui veut dire « tumeur »), c'est-à-dire de la conversion d'une cellule normale en cellule tumorale, a fait des progrès considérables depuis le début des années 1970. Même s'il reste impossible d'identifier tous les événements dont la cellule est le siège et qui ont un rôle causal dans l'apparition des tumeurs, l'uti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oncogenese-cancerogenese-carcinogenese/#i_17874

OREILLE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER, 
  • Michel NEVEU
  •  • 5 973 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs »  : […] Les tumeurs sont essentiellement celles de l'angle ponto-cérébelleux et spécialement le neurinome de l'acoustique. Lorsque le diagnostic a été affirmé de façon précoce, par les examens neuro-radiologiques, le neurinome doit faire l'objet d'une exérèse chirurgicale, dont les conditions ont été considérablement améliorées (abords sus-pétreux ou abord translabyrinthique de la tumeur). Apparaissant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oreille-humaine/#i_17874

OS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 15 852 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Tumeurs »  : […] Les cellules osseuses sont le point de départ de proliférations tumorales appartenant spécifiquement au squelette. Mais celui-ci est également le site préférentiel des métastases de tous les cancers viscéraux, et le siège de beaucoup d'hémopathies malignes. Les tumeurs primitives du squelette peuvent être bénignes ou malignes : leur diagnostic repose essentiellement sur l'exa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/os/#i_17874

PANCRÉAS

  • Écrit par 
  • Jacques MIROUZE, 
  • Éric RENARD, 
  • André RIBET
  •  • 8 620 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Maladies du pancréas endocrine »  : […] Le diabète sucré et les tumeurs endocrines du pancréas constituent la pathologie essentielle des îlots de Langerhans. Le diabète sucré . Le déficit absolu ou relatif de la sécrétion d'insuline par les cellules B caractérise le diabète sucré quelle qu'en soit sa forme clinique. Les tumeurs endocrines du pancréas . Bien que rares (moi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pancreas/#i_17874

PAPILLOMAVIRUS

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS
  •  • 3 081 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Aspects cliniques »  : […] Les HPV sont responsables de proliférations bénignes ou malignes. La localisation, au niveau de la peau et des muqueuses nasales, oropharyngées ou ano-génitales, le type de tumeur et le risque d'évolution vers un cancer sont étroitement liés au type de HPV en cause. Au niveau de la peau, les verrues cutanées, verrues vulgaires ou verrues planes et verrues plantaires (HPV 1 ), sont les manifestatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papillomavirus/#i_17874

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Effets tuméfiants »  : […] Les tumeurs produites chez des animaux ou des végétaux, par certains Champignons ou Bactéries parasites, croissent lentement et n'atteignent qu'un volume limité ; elles n'offrent aucun caractère cancéreux. Tels sont les mycétomes de l'homme et des animaux domestiques, causés par certains Actinomycètes et Champignons parasites, ainsi que les galles bactériennes observées che […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_17874

PHARYNX

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  • , Universalis
  •  • 5 692 mots

Dans le chapitre « Tumeurs »  : […] Le polype choanal , ou polype solitaire de Killian, siège dans le cavum mais provient des fosses nasales et parfois du sinus maxillaire. Son extraction peut être délicate. On ne le confondra pas avec le fibrome nasopharyngien , de pronostic beaucoup plus grave, qui se développe chez le garçon à la puberté. Cette tumeur rare, bénigne histologiquement, pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharynx/#i_17874

PHÉOCHROMOCYTOME

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 181 mots

Tumeur peu fréquente, le plus souvent histologiquement bénigne, se développant à partir des cellules chromaffines qui sécrètent les catécholamines (adrénaline, noradrénaline et leurs dérivés). La présence de ces cellules dans le système sympathique explique la répartition des phéochromocytomes dans l'organisme : la plupart se développent au niveau des surrénales, mais on en trouve également du pet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheochromocytome/#i_17874

PROGRAMME GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Corinne ABBADIE
  •  • 8 008 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'oncogenèse : pathologie du programme génétique »  : […] Lors de la formation et du développement d'une tumeur, les cellules acquièrent un certain nombre de propriétés qui ressemblent à celles de cellules embryonnaires jeunes : leur capacité de prolifération est accrue, elles perdent leurs caractères différenciés (on dit qu'elles sont transformées) et elles acquièrent, dans le cas des tumeurs invasives et métastasiantes, la capacité à migrer. Cet état […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/programme-genetique/#i_17874

PROSTAGLANDINES

  • Écrit par 
  • Jean BUENDIA
  •  • 3 602 mots

Dans le chapitre « Action sur la croissance cellulaire »  : […] Activités antitumorales et antivirales . Les prostaglandines sont produites en quantités importantes par certaines tumeurs ( cancer du sein) sans que l'on connaisse leur rôle ; par ailleurs, il avait été montré dès 1972 que les PGA 2 et PGE 2 pouvaient aussi inhiber la croissance de cellules leucémiques en culture. Ces résultats préliminaires ont été à l'origine de nombreux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostaglandines/#i_17874

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] Il fallut beaucoup de temps pour reconnaître que le cancer primitif du poumon était d'origine bronchique. Les masses blanchâtres qu'il forme dans le parenchyme avaient été considérées par Bayle, en 1810, comme un cas particulier de maladies respiratoires « consomptives » (« phtisies »). Mais leur nature tumorale fut identifiée neuf ans après par Laennec. C'est le microscope qui, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/#i_17874

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Tumeurs avec hyperfolliculinie »  : […] Certaines tumeurs ovariennes développées aux dépens de la thèque interne ou de la granulosa sont l'origine d'une production excessive d'œstrogènes. L'hyperfolliculinie se traduit par des ménorragies et des douleurs mammaires. Elle s'exprime au niveau de l'utérus par une hyperplasie glandulo-kystique de l'endomètre ; au niveau du vagin par des frottis riches en cellules éosinophiles et à noyaux p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualisation-biologie/#i_17874

SURRÉNALES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Paul DI COSTANZO
  •  • 9 153 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Hyperaldostéronisme primaire »  : […] Certaines tumeurs corticosurrénales, généralement petites et bénignes, provoquent une hypersécrétion isolée d'aldostérone ( syndrome de Conn). Il en résulte une hypertension artérielle permanente et stable, avec augmentation du sodium et baisse du potassium dans le sang, augmentation de la clearance du potassium, polyurie et polydipsie. L'hypokaliémie entraîne des crises de parésie ou de paraly […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrenales/#i_17874

TÉRATOMES ET TÉRATOCARCINOMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Les tératomes sont des tumeurs constituées d'un assemblage de tissus histologiques différenciés, adultes ou embryonnaires. Ces tissus ne sont pas organisés comme dans un embryon normal, mais sont, séparément, parfaitement normaux. Dans la tumeur, peuvent ainsi cohabiter des éléments de peau, des dents, du tissu nerveux, des ébauches hépatiques, etc. On distingue classiquement les tératomes des go […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teratomes-et-teratocarcinomes/#i_17874

TUMEUR INTRARACHIDIENNE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 140 mots

Toute tumeur siégeant à l'intérieur du canal rachidien — « tumeur intrarachidienne » — est toujours susceptible, à partir d'un certain volume, d'entraîner un tableau de compression médullaire ou un « syndrome de la queue de cheval » si la lésion est bas située. Ces tumeurs sont classées selon leur situation par rapport aux éléments anatomiques du canal : on a les épidurales, les intradurales et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeur-intrarachidienne/#i_17874

TUMEURS CÉRÉBRALES

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 404 mots

Le terme de tumeurs cérébrales englobe habituellement toutes les néo-formations qui se développent au sein de la boîte crânienne — à l'exception des abcès, des hématomes et des formations parasitaires. Ces tumeurs prennent naissance soit dans les enveloppes de l'encéphale (méninges), soit dans les structures adjacentes (hypophyse, nerfs crâniens), soit dans l'encéphale lui-même. Du point de vue hi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeurs-cerebrales/#i_17874

VIRCHOW RUDOLF (1821-1902)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 562 mots
  •  • 1 média

Né en Poméranie, Rudolf Virchow vient à Berlin, en 1839, étudier la médecine (la physiologie lui est enseignée par J. Müller). Sa thèse de doctorat soutenue en 1843 ( De rheumate praesertim corneae ), Virchow entre à l'hôpital de la Charité dans le service de Froriep qui le charge des examens chimiques et microscopiques. En 1847, il fonde avec son ami Reinhardt les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-virchow/#i_17874

VIRUS

  • Écrit par 
  • Vincent BARGOIN
  •  • 8 306 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les virus tumorigènes »  : […] La notion de cancer transmissible par un virus remonte au début du siècle. En 1907, puis en 1911, l'apparition rapide d'une tumeur chez un poulet infecté par un extrait tumoral aviaire avait en effet déjà été constatée (Ellerman, Bang et Rous). S'agissant d'extraits filtrés de manière à retenir les bactéries, la transmission à caractère infectieux ne pouvait qu'être le fait de virus. On sait aujou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus/#i_17874

ZOLLINGER-ELLISON SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Thomas LAVERGNE
  •  • 948 mots

Le syndrome de Zollinger-Ellison est une affection endocrinienne caractérisée par une hyperproduction de gastrine du fait d'une tumeur (plus souvent maligne que bénigne) ou d'une hyperplasie endocrine siégeant le plus souvent au niveau du pancréas. Elle se trouve parfois intégrée dans le cadre d'une polyadénomatose où sont associés un hyperparathyroïdisme et un hypercorticisme. Rappelons que la ga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-zollinger-ellison/#i_17874

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Charles FRIEDMANN, Rémi GÉRARD-MARCHANT, Charles GOSSE, « TUMEURS ANIMALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeurs-animales/