TSUNAMIS ET SÉISMES DE SUBDUCTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Séismes et subduction

Séismes et subduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Carte des grands séismes et tsunamis (depuis 1600)

Carte des grands séismes et tsunamis (depuis 1600)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


Le séisme et le tsunami d'Aceh au nord de Sumatra

Au lendemain de Noël 2004, le 26 décembre, l'Indonésie, le sud de la Thaïlande et le pourtour de l'océan Indien furent dévastés par un tsunami déclenché par un séisme de magnitude Mw 9,1 à 9,3 (le deuxième ou troisième plus puissant enregistré par des instruments modernes). L'épicentre était localisé en mer au large de la pointe nord de Sumatra (fig. 1a). Dans cette région, la plaque océanique australo-indienne passe sous la plaque eurasiatique. Elle s'enfonce en subduction le long d'une faille appelée méga-chevauchement. C'est cette faille qui a rompu en décembre 2004, puis en mars 2005 un peu plus au sud (séisme de Nias, Mw 8,7) sans cette fois provoquer de tsunami important (local et de faible amplitude). Les enregistrements des réseaux sismologiques mondiaux, ceux de l'onde de tsunami à travers l'océan indien, ainsi que les mesures de déformation par G.P.S. à l'échelle régionale, ont permis de décrire la façon dont le séisme s'est produit. L'initiation de la rupture s'est faite à l'aplomb de l'épicentre, puis s'est propagée vers le nord sur plus de 1 000 kilomètres, cassant successivement plusieurs segments de la zone de subduction. Le glissement n'est pas homogène, mais présente des pics dépassant 20 mètres sur plusieurs « aspérités sismiques » (parties de la faille où le glissement cosismique est le plus fort ; c'était probablement des « rugosités » qui opposaient une résistance importante au mouvement... jusqu'à la rupture sismique). L'ensemble du phénomène de glissement sur la faille a duré une dizaine de minutes, temps nécessaire pour qu'il se propage du sud au nord sur un millier de kilomètres. Le peu de données géophysiques en champ proche (au voisinage immédiat de la faille rompue) laisse un certain nombre d'incertitudes. En particulier, il n'est pas démontré que la faille a rompu jusqu'à la fosse, même si cela est probable au vu de des caractéristiques du tsunami. On verra que les mesures de déformation sur les séismes chiliens et japonais lèvent cette incertitude.

Séismes et subduction

Séismes et subduction

Diaporama

Géométrie des failles majeures en jeu lors des séismes de Sumatra (a), du Chili (b) et du Japon (c). Les zones en rose visualisent la projection en carte de la rupture sur la faille en profondeur. Les aspérités de fort glissement sont figurées en rose plus foncé. L'étoile rouge marque... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, Institut de physique du globe de Paris

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Robin LACASSIN, « TSUNAMIS ET SÉISMES DE SUBDUCTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tsunamis-et-seismes-de-subduction/