TROISIÈME RÉPUBLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'installation

Une tradition républicaine, minoritaire mais militante, forte dans les classes populaires des villes et dans les nouvelles couches de la bourgeoisie, s'opposait à l'idée bonapartiste plébiscitaire. Une fraction des classes dirigeantes restait fidèle à l'esprit de la monarchie constitutionnelle. L'empire libéral de 1870, jouant de la division des républicains en libéraux parlementaires et en révolutionnaires jacobins et socialisants, avait tenté de grouper sous son égide tous les partisans du parlementarisme contre la révolution. Sa disparition créait le vide politique dans la France envahie.

Le gouvernement de la Défense nationale était issu de la révolution parisienne du 4 septembre 1870. La capitale avait proclamé la République et porté au pouvoir ses députés républicains sous la présidence du général Trochu. Qu'en pensait la province ? Des élections générales devaient en décider. Mais n'ayant pu conclure la paix sans annexion, le gouvernement dut ajourner les élections et poursuivre une guerre à l'issue douteuse. Le gouvernement demeurant dans Paris assiégé, Gambetta, jeune ministre de l'Intérieur, gagna en ballon Tours où une délégation du pouvoir organisait la levée en masse. Les conservateurs voulaient la paix ; à Lyon et dans le Midi, les révolutionnaires débordaient Gambetta qui réussit pourtant à organiser des armées nombreuses mais mal équipées, peu instruites, manquant de cadres. Dans Paris, le gouvernement avait donné des armes à la garde nationale, qui était ouverte à tous. C'était armer l'opposition révolutionnaire qui réclamait une municipalité élue, la Commune.

Paris assiégé

Photographie : Paris assiégé

À Montmartre (Paris), on gonfle le ballon Neptune, sous la surveillance du photographe Nadar, pour une mission de reconnaissance. C'est à bord d'un ballon de ce type que Léon Gambetta a pu quitter Paris assiégé par les Prussiens, en octobre 1870. 

Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le maréchal Bazaine, assiégé dans Metz, ne songeait qu'à négocier avec l'ennemi pour faire la paix et restaurer l'Empire. Sa capitulation (27 oct. 1870) libéra une armée allemande et rendit vains les efforts de l'armée de la Loire pour secourir Paris. L'armée du Nord, puis celle de l'Est furent aussi vaincues. À la fin de janvier 1871, Paris affamé, bombardé, dut capituler. Quittant Tours, Gambetta s'était replié à Bordeaux. Le pays était las de la guerre et du désordre ; il accepta l'armistice. Les élections pour une Assemblée nationale donnèrent une majorité considérable aux conservateurs, groupés autour de Thiers en vue de la paix, les républicains apparaissant comme le parti de la guerre. Réunie à Bordeaux, l'Assemblée nomma Thiers chef du pouvoir exécutif de la République. Ce dernier négocia une paix très dure : annexion de l'Alsace moins Belfort et d'une partie de la Lorraine, paiement de cinq milliards de francs au versement desquels serait surbordonnée l'évacuation du territoire. Le traité devait être signé à Francfort (10 mai 1871).

Thiers

Photographie : Thiers

Adolphe Thiers (1797-1877), historien, homme d'État et premier chef du pouvoir exécutif de la IIIe République en 1871. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Âgé de 73 ans, Thiers voulait relever le pays et maintenir la République à titre provisoire – en fait, il pensait que ce provisoire deviendrait définitif. Mais la majorité de l'Assemblée, tout en détestant l'Empire, se défiait autant de la République que du Paris révolutionnaire. Ses membres souhaitaient la restauration d'une monarchie parlementaire. Ils installèrent les pouvoirs publics à Versailles et multiplièrent les mesures hostiles à l'égard de Paris en armes, qui se jugeait trahi. Contre l'Assemblée des « ruraux », Paris voulut sauver la République. La Commune fut sa riposte (18 mars-28 mai 1871). Thiers abandonna Paris aux gardes nationaux dominés par les éléments révolutionnaires. Dirigée par des éléments hétérogènes (blanquistes, jacobins, proudhoniens, membres de la Ire Internationale), la Commune ne fut pas un pouvoir socialiste au sens propre du terme, mais un gouvernement populaire et révolutionnaire, hostile à l'état politique et social représenté par « Versailles ». Aboutissement d'une tradition qui remontait à la Révolution française, elle allait fonder à son tour la tradition d'une démocratie socialiste. Sa chance résidait dans l'extension de son mouvement en province. Mais Thiers, garantissant le maintien de la République aux maires des grandes villes, assura l'isolement de Paris. Reconstituant une armée avec les prisonniers libérés, il entreprit un second siège de Paris. La guerre civile fut atroce et l'entrée des Versaillais dans la capitale mérite son nom de semaine sanglante (prisonniers exécutés par Versailles, otages fusillés par la Commune, incendie du centre de Paris, exécutions sommaires après le combat ou sur dénonciations). Puis vint la répression. Les conseils de guerre siégèrent jusqu'en 1875 ; Paris perdit quelque 80 000 habitants. Sous le signe de l'état de siège, la terreur règne dans les quartiers populaires. Aux victimes de l'Empire succèdent les victimes de la Commune, envoyées au bagne de la Nouvelle-Calédonie ou sur les chemins du monde. Les républicains sont divisés : les uns condamnent l'insurrection contre un pouvoir légal, les autres, déchirés entre Versailles et Paris, cherchent dans une amnistie (votée seulement en 1880) la réconciliation entre la République et le peuple de Paris. La Commune n'avait-elle pas montré l'impossibilité d'une restauration monarchique ? La répression, d'autre part, prouvait qu'une république maintenait l'ordre mieux qu'un empire. Les conservateurs n'en vécurent pas moins dans la crainte d'une nouvelle Commune qui leur semblait l'aboutissement normal de la République.

La Commune de Paris

Photographie : La Commune de Paris

Les corps des combattants de la Commune, victimes de la guerre civile que se sont livrée le peuple de Paris et le gouvernement de la IIIe République, en 1871. 

Crédits : Eugene Appert/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le prestige de Thiers vainqueur de la Commune devint immense après le succès des emprunts de la libération, présentés comme des plébiscites en sa faveur. Il imposa ses vues à l'Assemblée lors de l'adoption du service militaire universel qui devait fournir des effectifs comparables à ceux de l'Allemagne et lors de l'établissement de lourds impôts, l'impôt sur le revenu étant écarté au profit de la fiscalité indirecte. Président de la République depuis août 1871, Thiers se proposa dès lors de consolider le régime. Depuis juillet 1871, des républicains enlevaient presque toutes les élections partielles. Craignant une résurrection du bonapartisme, Thiers était convaincu de l'avenir d'une république qui cesserait d'être synonyme de révolution. Les royalistes étaient divisés entre légitimistes et orléanistes. Le comte de Chambord, petit-fils de Charles X, qui vivait en Autriche dans un exil décoratif, était un tenant du catholicisme contre-révolutionnaire : il abhorrait les principes de 1789 et se proclamait fidèle au drapeau blanc. Les orléanistes, au contraire, n'admettaient qu'une monarchie parlementaire et tricolore. Thiers méditait de les rallier aux républicains modérés dans une républ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages


Médias de l’article

Exposition universelle de 1900

Exposition universelle de 1900
Crédits : London Stereoscopic Company/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Paris assiégé

Paris assiégé
Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Thiers

Thiers
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Commune de Paris

La Commune de Paris
Crédits : Eugene Appert/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 23 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TROISIÈME RÉPUBLIQUE  » est également traité dans :

PROCLAMATION DE LA IIIe RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 192 mots
  •  • 1 média

Le 2 septembre 1870, à Sedan, la défaite des armées françaises face aux armées prussiennes sonne le glas du second Empire. Deux jours plus tard, la IIIe République est proclamée à Paris et un gouvernement provisoire est mis en place. La volonté des républicains de continuer la guerre ne peut c […] Lire la suite

ACTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean TOUCHARD
  • , Universalis
  •  • 5 172 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Avant 1914 »  : […] L'Action française est née de l'affaire Dreyfus dans une France divisée en deux camps irréconciliables, dans un pays profondément meurtri par l'annexion de l'Alsace-Lorraine et récemment humilié par les événements de Fachoda, dans une atmosphère d'angoisse, de crise et de guerre civile. Jusqu'à sa mort, Maurras restera obsédé par le souvenir de l'affaire Dreyfus dont les conséquences lui paraisse […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les trois sources modernes du rejet »  : […] Dominant la société d'Ancien Régime dans son ensemble, l'antijudaïsme hérité du christianisme se politise en se réduisant peu à peu à la droite monarchiste antilibérale et à sa clientèle paysanne, opposées au capitalisme industriel et financier. L'Église romaine reste quant à elle inflexible dans son hostilité religieuse, comme l'illustre tristement, en 1858, l'affaire Mortara : baptisé secrètemen […] Lire la suite

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Dans le chapitre « La fragilité associative française »  : […] La loi de 1901 était aux origines sans doute davantage une étape de la querelle religieuse qu'un progrès démocratique. Bien peu de Français se souviennent que la loi de 1901 est une loi anticléricale. Elle n'est que partiellement – pour le reste ou pour solde, si l'on veut – une loi de liberté civile. La loi de 1905 sur les associations cultuelles confirmera cette réalité politique en dissociant […] Lire la suite

ASSOCIATION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Matthieu HELY
  •  • 2 134 mots

Dans le chapitre « Aspects historiques »  : […] Dans la France de la III e  République, les institutions religieuses et en particulier celles de la foi catholique constituent un véritable « État dans l’État ». L’affirmation de l’État républicain va ainsi passer par une remise en cause des établissements publics du culte et des congrégations religieuses. Comme le relève justement Claude Nicolet dans L’Idée républicaine en France (1789-1924)  : « […] Lire la suite

BARRÈS MAURICE (1862-1923)

  • Écrit par 
  • Jean TOUCHARD
  •  • 2 221 mots

Dans le chapitre « Les étapes du nationalisme barrésien »  : […] L'année même où paraît Un homme libre , Barrès est élu député boulangiste de Nancy ; il a vingt-sept ans. À ce moment le boulangisme est déjà vaincu, mais Barrès voit avant tout dans le général Boulanger l'homme qui peut rendre à la France sa fierté et l'intégrité de son territoire : « En politique, écrira-t-il dans ses Cahiers en 1908, je n'ai jamais tenu profondément qu'à une chose : la reprise […] Lire la suite

BARTHOU LOUIS (1862-1934)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 352 mots
  •  • 1 média

Jeune avocat républicain de la III e République, Louis Barthou est élu député des Basses-Pyrénées en 1889. Homme du centre droit, il représentera son département au Sénat à partir de 1922. Parlementaire averti, éloquent, intelligent, il se signale très jeune à la tête de la nouvelle vague des républicains qui bouscule les habitués des scandales politiques et financiers de la fin du siècle. De 189 […] Lire la suite

BERT PAUL (1833-1886)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 555 mots
  •  • 1 média

Licencié en droit (1856) et en sciences naturelles (1860), docteur en médecine, Paul Bert devient, en 1863, préparateur de Claude Bernard au Collège de France. En 1866-1867, il enseigne la zoologie et la physiologie à la faculté des sciences de Bordeaux. De retour à Paris l'année suivante, il remplace Flourens à la chaire de physiologie comparée au Muséum d'histoire naturelle. En 1869, il succède […] Lire la suite

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 307 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la nomination à l'élection au suffrage indirect »  : […] Pour contrer la Chambre basse ou du moins pour modérer le pouvoir du Parlement, la seconde Chambre doit nécessairement être composée de membres nommés par l'exécutif. C'est cette solution qui est retenue pour les chambres aristocratiques comme la Chambre des lords. Ces derniers sont nommés par le monarque à vie ou à titre héréditaire. La même formule a été utilisée en France sous la Restauration […] Lire la suite

BLOC NATIONAL (1919-1924)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 888 mots
  •  • 1 média

Coalition des partis du centre et de la droite, victorieuse aux élections de novembre 1919 des radicaux et des socialistes. Renversant la majorité de gauche élue à la veille de la guerre, les droites ont, pour la première fois depuis l'instauration de la III e  République, la majorité des élus. Les candidats du Bloc national disposent de quatre cent trente-trois sièges sur six cent treize, soit pl […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7 juillet - 11 août 2021 Haïti. Assassinat du président Jovenel Moïse.

Le 11, il annoncera que le commando aurait été recruté par un troisième Américain d’origine haïtienne arrêté le jour même, Charles Emmanuel Sanon, qui « avait des objectifs politiques ». Le 9, le Sénat adopte une résolution offrant à son président Joseph Lambert la fonction de président de la République par intérim. Le 20, sous la pression diplomatique internationale, Claude Joseph cède la fonction de Premier ministre à Ariel Henry. […] Lire la suite

27 décembre 2020 Niger. Élections générales.

Avec le même score, le Mouvement patriotique pour la République remporte également 13 sièges. Le RDR obtient 7 élus avec 4,2 p. 100 des voix. […] Lire la suite

1er-31 juillet 2020 Chine. Reprise en main de Hong Kong par Pékin.

Le 29, la nouvelle unité de police chargée de faire respecter la loi de sécurité nationale annonce l’arrestation de quatre étudiants accusés d’avoir cherché à mettre en place une « république hongkongaise ». Ceux-ci appartiennent à l’ancien groupe Studentlocalism, auto-dissous fin juin, qui avait influencé le mouvement de protestation lancé en mars 2019. […] Lire la suite

5 juillet 2020 République dominicaine. Élection de Luis Abinader à la présidence.

Luis Abinader, candidat du Parti révolutionnaire moderne (PRM, gauche), remporte l’élection présidentielle dès le premier tour, avec 52,5 p. 100 des suffrages. Il bat le candidat du Parti de la libération dominicaine (PLD, libéral) au pouvoir, Gonzalo Castillo, qui obtient 37,5 p. 100 des voix. L’ancien président Leonel Fernández, candidat de la Force du peuple (FP, centre gauche), arrive en troisième position avec 8,9 p. […] Lire la suite

2-30 juin 2020 France. « Première victoire » contre la Covid-19.

Le 9 également, le procureur de la République de Paris annonce l’ouverture d’une enquête préliminaire sur la gestion de la crise de la Covid-19, qui vise les chefs d’« homicides involontaires », de « blessures involontaires », de « mise en danger de la vie d’autrui », d’« abstention volontaire de combattre un sinistre » et de « non-assistance à personne en péril ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis GIRARD, « TROISIÈME RÉPUBLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/