TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE (A. Desplechin)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Leurs yeux se rencontrèrent »

Poursuivant l’étude de lui-même, Paul Dédalus se rend à Roubaix, sur les lieux de sa jeunesse. Cet épisode (« Esther ») occupe la majeure partie du film. L’aventure de notre Ulysse ne relève plus ici du roman familial ou du film d’espionnage, mais du teen movie. Lorsqu’il la rencontre, Paul ne peut plus détacher son regard d’une lycéenne, Esther. C’est, dit-elle, l’effet qu’elle produit sur tous les garçons. Mais très vite, ce regard et l’image qu’il lui renvoie d’elle-même lui sont indispensables : « Tu penses que je suis exceptionnelle, alors je t’aime. » Grâce au regard de Paul, Esther échappe à la banalité du quotidien et devient une héroïne de roman. En retour, elle trouve d’ailleurs Paul « romanesque », et celui-ci lui doit et se doit de s’ériger en héros romantique... La jeune Lou Roy-Lecollinet brille dans le rôle d’Esther, mélange de sensualité naturelle, de sensibilité à fleur de peau et de moues empruntées à quelque « star academy ».

À la manière de Truffaut, son maître en cinéma, Desplechin transforme cette troisième partie en pure « mise en scène ». Paul et Esther, en effet, mettent leur relation amoureuse en images : reflets dans les miroirs, split screens, ralentis, lettres lues le regard droit dans l’objectif, ou face à un miroir, dans lesquels acteur et actrice se retrouvent en apesanteur, sans protection, avec des textes sans destinataire défini... Ces images constituent la matière et non l’illustration de la douleur d’Esther comme de Paul. À ce jeu s’ajoute un commentaire hésitant entre le « je » subjectif de Paul et le « il » d’un supposé auteur omniscient. De telle sorte qu’à l’arrivée ni Paul ni Esther ne savent ce qui relève de leur personnalité ou de celle de l’autre. Défaire cette trop grande proximité sera précisément un des enjeux de Comment je me suis disputé…

Trois acteurs différents prêtent leur apparence à Paul Dédalus : Mathieu Amalric en Paul adulte, évidemment, Antoine Bui pour l’enfant, le jeune Quentin Dolmaire pou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE (A. Desplechin) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-souvenirs-de-ma-jeunesse/