MURAIL TRISTAN (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Retour à la structure

Autre étape importante dans l'évolution du langage de ce compositeur : Serendib, pour vingt-deux instruments (1992). Murail abandonne ses processus de continuité formelle ininterrompue, ses rythmiques régulièrement répétées et sa volonté de stabilité (harmonique) en intégrant dans sa pensée la notion de découverte structurelle liée à celle d'un hasard pris en compte et accepté comme enjeu compositionnel au sein de l'écriture et de l'invention musicales. La discontinuité rhapsodique qui en découle confère à sa musique une souplesse discursive et un chatoiement de timbres qui lui avaient été jusqu'alors étrangers. Une telle réintégration sensorielle fait de Serendib une œuvre kaléidoscopique dont la conception fractale est à l'origine de la surprise, des contrastes et de la sensualité (tant harmonique ou de timbres que rythmique). Une œuvre qui semble bien être la plus profondément originale, la plus séduisante et la plus « musicale » de son auteur.

Dans L'Esprit des dunes, pour onze instruments et sons de synthèse (1994), on retrouve cette carnation sonore prismatique qui fait l'une des réussites de Serendib, mais aussi cette invention harmonique – désormais concrètement maîtrisée – parvenue, là, à une fusion véritablement satisfaisante entre sons (instrumentaux et/ou vocaux) « live » et sons électroniques (modélisés). Cela est particulièrement frappant eu égard à la richesse mélodique singulière de l'univers spectral obtenu ici (au travers du timbre) par ce compositeur.

Le Partage des eaux, pour grand orchestre (1995), Terre d'ombre, pour grand orchestre et sons électroniques (2004), Pour adoucir le cours du temps, pour 18 instruments et sons de synthèse (2005), et En moyenne et extrême raison, pour quinze instruments et sons électroniques (2009), poursuivent cette quête « fusionnelle » – qui se situe dorénavant au-delà de toute notion d'harmonicité ou d'inharmonicité – en se penchant sur le concept de métaprocessus (processus à l'intérieur du processus). Un concept qui est aussi une méthode d'écriture permettant à Tristan Murail de créer des st [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  MURAIL TRISTAN (1947- )  » est également traité dans :

MUSIQUE CONTEMPORAINE - L'évolution de la musique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Michel CHION, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 5 037 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre «  Perception et musiques nouvelles »  : […] Il est possible de distinguer deux grandes tendances dans l'évolution de la musique depuis le début du xx e  siècle : celle qui accorde la primauté aux relations entre les sons – illustrée, par exemple, par les compositeurs sériels – et celle qui s'attache à l'élaboration du son lui-même, et qui consiste, selon Jean-Claude Risset, à « sculpter le son, agir à la naissance des processus sonores, [.. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-contemporaine-l-evolution-de-la-musique-depuis-1945/#i_85537

SPECTRALE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 744 mots

Jusqu'au milieu du xx e  siècle, les composantes de la musique ainsi que le travail du compositeur ont été décrits avec des termes non ambigus, très clairs, car liés au système traditionnel d'écriture en vigueur depuis plusieurs siècles : hauteur et durée d'un son, thème, harmonie, contrepoint... Au début des années 1950, l'émergence de la musique concrète et de la musique électro-acoustique entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-spectrale/#i_85537

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « MURAIL TRISTAN (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-murail/