MURAIL TRISTAN (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un thaumaturge du son

Sables, pour orchestre (1975), la plus radicale des œuvres qu'il ait alors écrites, est sa première réussite stylistique incontestable dans sa tentative de continuité totale où les seuls repères de cette structure « en dérive » sont les consonances occasionnelles de spectres harmoniques. Cette fascination pour une musique développée continûment, sans silences (fascination partagée, dans une tout autre esthétique, par Steve Reich), va donc hisser le processus au rang de règle élaboratrice de ses structures musicales.

Ainsi Mémoire/Érosion (1976) explore-t-elle, en le transposant instrumentalement, un processus adapté du procédé analogique dénommé, en électronique, boucle de réinjection : chaque note du cor soliste est imitée puis déformée lentement par les neufs instruments formant l'orchestre. Cette syntaxe, qui forme la base de l'écriture de Murail, sera bientôt enrichie par d'autres processus analogiques dont l'idée conceptuelle se trouve incluse dans des techniques électroniques : modulation en anneaux et modulation de fréquences, notamment. De fait, ces deux procédés permettent de créer des sons dits différentiels, produisant des spectres sonores d'une grande richesse et possédant la particularité de gommer les différences existant entre harmonie et timbre.

La technique de la modulation en anneaux sera exploitée systématiquement dans Treize Couleurs du soleil couchant, pour cinq instruments et dispositif électroacoustique ad libitum (1978), et dans Les Courants de l'espace, pour ondes Martenot, synthétiseur et petit orchestre (1979).

Avec Gondwana, pour orchestre (1980), Murail fait pour la première fois appel à la modulation de fréquences, afin de créer des champs harmoniques modelés sur des spectres instrumentaux réels (cloches et cuivres). La composition de cette œuvre achevée, il suit le stage de composition et d'informatique de l'I.R.C.A.M. Désormais, l'évolution de son langage va suivre celle des systèmes informatiques qui sont disponibles grâce aux avancées technologiques en matière de synthèse et de modélisation des spectres sonores, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  MURAIL TRISTAN (1947- )  » est également traité dans :

MUSIQUE CONTEMPORAINE - L'évolution de la musique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Michel CHION, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 5 037 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre «  Perception et musiques nouvelles »  : […] Il est possible de distinguer deux grandes tendances dans l'évolution de la musique depuis le début du xx e  siècle : celle qui accorde la primauté aux relations entre les sons – illustrée, par exemple, par les compositeurs sériels – et celle qui s'attache à l'élaboration du son lui-même, et qui consiste, selon Jean-Claude Risset, à « sculpter le son, agir à la naissance des processus sonores, [.. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-contemporaine-l-evolution-de-la-musique-depuis-1945/#i_85537

SPECTRALE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 744 mots

Jusqu'au milieu du xx e  siècle, les composantes de la musique ainsi que le travail du compositeur ont été décrits avec des termes non ambigus, très clairs, car liés au système traditionnel d'écriture en vigueur depuis plusieurs siècles : hauteur et durée d'un son, thème, harmonie, contrepoint... Au début des années 1950, l'émergence de la musique concrète et de la musique électro-acoustique entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-spectrale/#i_85537

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « MURAIL TRISTAN (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-murail/