TRINITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Nouveau Testament

Ce problème n'est pas posé explicitement dans le Nouveau Testament. On y trouve du moins une interrogation qui sera le point de départ des spéculations trinitaires : qui est Jésus ? Les Évangiles nous font entrevoir l'étonnement des foules devant cet homme doué d'une autorité et de pouvoirs surnaturels. « Et vous, qui dites-vous que je suis ? », demande Jésus à ses disciples. « Le Christ », répond Pierre (Marc, viii, 29). Bientôt la réponse ne sembla plus assez précise, et l'on ajouta : « Le Fils du Dieu vivant » (Matthieu, xvi, 16). L'expression « Fils de Dieu » est prise ici dans un sens éminent, qui ne convient qu'à Jésus seul. Ce titre offre une clé pour penser les rapports du Christ et de Dieu : le Christ reçoit de Dieu non seulement l'être et la vie, mais toutes les œuvres qu'il accomplit et tous les mots qu'il prononce. Du fait qu'il reçoit, le Fils apparaît inférieur au Père, mais, dans la mesure où il reçoit tout, cette inégalité tend à disparaître : « Celui qui m'a vu, a vu le Père », déclare Jésus (Jean, xiv, 9).

Dans l'expérience humaine, les relations de paternité et de filiation sont liées à la temporalité. On se demanda quand avait commencé la filiation divine de Jésus. Était-ce au baptême, quand l'Esprit descendit sur lui ? Était-ce dès sa conception dans le sein de Marie ? Très vite, on a pensé que le Christ avait préexisté à sa vie terrestre. Paul reprend cette idée dans ses Épîtres, écrites entre 50 et 60 : le Christ est un être divin qui a consenti, pour l'amour des hommes, à devenir l'un d'entre eux, jusqu'à endurer une mort infamante avant de ressusciter et de retrouver la gloire qui lui appartenait (Philippiens, ii, 5-11).

Pour concilier l'idée d'une préexistence divine du Christ avec le monothéisme biblique, l'Évangile de Jean recourt à la notion de logos, de parole. Dieu a créé l'univers par sa Parole. Cette même Parole s'est adressée aux hommes par les prophètes, et, lorsque les temps sont venus, a pris chair en la Vierge Marie. Ici commence l'histoire terrestre de Jésus.

Elle finit à l'Ascension. Dix jours plus tard, l'Esprit est répandu sur les disciples. Les Actes des Apôtres, qui racontent les débuts de l'Église, et les Épîtres de Paul, qui en sont le premier témoignage, se réfèrent sans cesse à cette présence de l'Esprit. C'est un Esprit de prophétie et de guérison. Il assure l'unité et la croissance de l'Église ; il rappelle les enseignements de Jésus et en donne l'intelligence. Mais sa personnalité est moins clairement définie : il apparaît tantôt comme un sujet personnel, tantôt comme une force émanée du Père ou de Jésus.

Le Nouveau Testament ne renferme ni le mot Trinité ni aucun terme équivalent, mais on y trouve des formules qui réunissent les noms de Dieu, du Fils et de l'Esprit. La plus nette termine la seconde Épître aux Corinthiens : « La grâce du Seigneur Jésus, la charité de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient toujours avec vous ! » Très tôt, le baptême a été conféré « au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (Matthieu, xxviii, 19).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  TRINITÉ  » est également traité dans :

ANASTASE LE BIBLIOTHÉCAIRE (810 env.-env. 880)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 458 mots

Linguiste distingué et cardinal de Rome né autour de 810, probablement à Rome (Italie), mort vers 880, Anastase le bibliothécaire est un conseiller politique influent des papes du ix e  siècle. Apparenté à un évêque italien et reconnu pour sa parfaite connaissance du grec, Anastase est nommé cardinal-prêtre de la paroisse Saint-Marcel, à Rome, en 848. Déposé en 853 en raison de son activité polit […] Lire la suite

ARIANISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 2 432 mots

L'arianisme – du nom d' Arius, prêtre d'Alexandrie au début du iv e siècle, qui fut traditionnellement considéré comme le père de cette hérésie – est une réflexion doctrinale visant à approfondir le dogme chrétien de la Trinité et à éclairer le problème des relations, à l'intérieur de l'Être de Dieu, des trois personnes, Père, Fils, Esprit. Ce courant de pensée, déclaré hérétique depuis le conci […] Lire la suite

ATHÉNAGORE (IIe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 421 mots

Philosophe grec chrétien, actif au ii e  siècle apr. J.-C. Les premiers historiens voient en Athénagore un platonicien converti au christianisme. Originaire d'Athènes, il se rend à Alexandrie et y fonde une académie réputée par la suite. Vers 177, il adresse à l'empereur Marc Aurèle et à son fils, Commode, une apologie en 30 chapitres intitulée Presbeia peri Christianon ( Supplique pour les chré […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu »  : […] Toute la pensée de l'évêque d'Hippone est naturellement tournée vers Dieu, tendue vers lui. Mais comment l'atteindre ? Converti, Augustin ne se pose pas le problème d'un Dieu dont il faut démontrer l'existence, mais d'une foi qu'il faut acquérir à travers l'Écriture sainte et l'enseignement de l'Église. Non que cette priorité de la foi soit pour lui obscurcissement de la raison humaine : Intellig […] Lire la suite

BASILE DE CÉSARÉE saint (330-379)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 1 151 mots

Dans le chapitre « L'évêque et le théologien »  : […] L'administration exemplaire de ses monastères attire sur Basile l'attention de l'évêque de Césarée, Eusèbe, qui, vers 364, lui fait accepter le sacerdoce. Basile lui succède en 370. Son épiscopat ne dure qu'un peu plus de huit ans, puisqu'il meurt le 1 er  janvier 379, mais son activité est prodigieuse. En même temps qu'il fonde des hôpitaux et des hospices, il se lance dans la lutte contre l'héré […] Lire la suite

BOÈCE (480-524)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 463 mots

Dans le chapitre « Les traités théologiques »  : […] Dans la Consolation de Philosophie , on ne trouve aucune trace de profession de foi chrétienne, pas plus que dans les œuvres logiques ou dans les traités mathématiques. On s'est donc longtemps demandé si les œuvres théologiques que la tradition manuscrite attribue à Boèce étaient bien authentiques. Mais la découverte de l' Anecdoton Holderi , une notice de Cassiodore où il est question de Boèce et […] Lire la suite

CONCILE DE NICÉE, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 205 mots
  •  • 1 média

Le premier concile œcuménique (universel) convoqué à Nicée en Bithynie par l'empereur Constantin veut donner une solution à la controverse née des opinions du prêtre Arius d'Alexandrie, condamnées en 318. Celui-ci, voulant sauvegarder le monothéisme biblique, affirme que le Père est le seul à être sans commencement et que le Fils, le Verbe engendré dans le temps, n'est pas de même nature que le Pè […] Lire la suite

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « L'incompréhensibilité de Dieu chez les Pères grecs »  : […] Dire comment a été compris le Dieu de Jésus-Christ, ce serait retracer l'histoire de toute la théologie chrétienne, car la théologie par définition même parle de Dieu et de tout le reste en fonction de lui. Dès les premiers siècles, la pensée chrétienne a été traversée par des crises très graves, en particulier la crise arienne. On n'en parlera pas ici car restituer le développement de la pensée p […] Lire la suite

FILIOQUE QUERELLE DU

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 001 mots

Nom donné à un conflit théologique qui a séparé et sépare encore l'Occident et l'Orient chrétiens et à l'origine duquel on trouve deux approches, différentes mais non opposées, du mystère de l'Esprit au sein de la Trinité. Les Pères latins, ainsi que certains Pères alexandrins, tel saint Cyrille d'Alexandrie, ont insisté sur la manifestation éternelle de l'Esprit, sa processio disent les premiers […] Lire la suite

GODESCALC ou GOTESCALC D'ORBAIS (805 env.-env. 868)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 467 mots

Godescalc (Gottschalk) d'Orbais est un des personnages les plus originaux de l'époque carolingienne et en même temps un des plus représentatifs de sa culture et de ses conflits. Né en Saxe au début du ix e siècle, moine à Fulda, puis à Orbais (actuel département de la Marne), il parcourt l'Italie et les Balkans. Ses thèses sur la prédestination lui valent d'être condamné au synode de Quierzy (849 […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 août 2020 Trinité-et-Tobago. Élections législatives.

Le Mouvement national du peuple (centre) du Premier ministre Keith Rowley conserve la majorité absolue à l’issue des élections législatives, avec 49,1 p. 100 des suffrages et 22 élus sur 41. Le Congrès national uni (centre gauche) de Kamla Persad-Bissessar progresse légèrement avec 47,1 p. 100 des voix et 19 élus. Le Congrès du peuple (centre gauche) n’est plus représenté au Parlement. […] Lire la suite

12 mars 2019 Union européenne. Révision de la liste noire des paradis fiscaux.

Les territoires américains des Samoa, de Guam et des îles Vierges, ainsi que Trinité-et-Tobago et les Samoa indépendantes y figurent toujours. La Barbade, les Émirats arabes unis et les îles Marshall, qui en étaient sortis en 2018, la réintègrent. Aruba, Belize, les Bermudes, les Fidji, Oman, Vanuatu et la Dominique les rejoignent. […] Lire la suite

5 décembre 2017 Union européenne. Publication de la « liste noire » des paradis fiscaux.

Il s’agit de Bahreïn, la Barbade, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, la Grenade, Guam, Macao, les îles Marshall, la Mongolie, la Namibie, Palaos, le Panamá, Sainte-Lucie, les Samoa – indépendantes et américaines –, Trinité-et-Tobago et la Tunisie. Aucun État membre n’en fait partie – ni aucun grand centre financier offshore, selon l’avis des organisations non gouvernementales anticorruption. […] Lire la suite

7-9 septembre 2015 Trinité-et-Tobago. Alternance démocratique.

Le 7, le Mouvement national du peuple (social-démocrate) de Keith Rowley remporte les élections législatives avec 51,7 p. 100 des suffrages et 23 sièges sur 41. Il bat la Coalition du peuple (social-démocrate) du Premier ministre Kamla Persad-Bissessar qui obtient 46,6 p. 100 des voix et 18 élus. Le 9, le président Anthony Carmona nomme Keith Rowley Premier ministre. […] Lire la suite

16-17 décembre 1991 Trinité-et-Tobago. Retour au pouvoir des sociaux-démocrates

Le 16, le Mouvement national du peuple (social-démocrate), au pouvoir de 1956 à 1986, remporte 21 des 36 sièges du Parlement (+ 18). La victoire de la formation de Patrick Manning intervient aux dépens de l'Alliance nationale pour la reconstruction (A.N.R.), coalition multiraciale dirigée par le centriste Arthur Ray Robinson, Premier ministre depuis décembre 1986. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé SAVON, « TRINITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/trinite/