TRIBU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire du concept

Bref rappel des origines indo-européennes du terme

Le français « tribu » renvoie au latin tribus, à l'ombrien trifú ou à leur équivalent grec phulè (ϕυλ́η), termes qui appartiennent au vocabulaire le plus ancien des institutions indo-européennes. Il faut se reporter à leur propos aux superbes analyses étymologiques et sémantiques qu'Émile Benvéniste a données de ce vocabulaire. À l'origine donc, ces concepts sont des concepts empiriques et ils ont nécessairement reçu un contenu divers au cours de l'histoire de ces populations, mais, dans leur couche la plus ancienne, ils décrivent une forme spécifique d'organisation sociale et politique qui existait dans toutes ces sociétés. Une tribu indo-européenne était la forme d'organisation sociale et politique la plus vaste qui existait avant l'apparition de la cité-État. Elle regroupait des unités sociales élémentaires, de plus petite taille, la phratria (ϕρατρ́ιa) et le génos (γ́εuov) chez les Grecs, la curia et la gens chez les Latins. L'essentiel ici est de constater que tous ces termes (sauf curia) appartiennent à la fois au vocabulaire de la parenté et au vocabulaire de la politique, ce qui suppose un rapport interne, réel ou imaginé, entre parenté et organisation politique. En fait, comme le souligne Benvéniste, « les principales langues indo-européennes s'accordent à poser l'appartenance à une même « naissance » comme le fondement d'un groupe social ». En ce sens, ce que présentait spontanément dans la pensée et dans le langage des Indo-Européens le concept de tribu était une donnée de leur expérience, un simple fait d'observation.

Mais ce qui s'est plus ou moins occulté au cours des siècles, après la disparition des institutions de l'Antiquité indo-européenne, c'est ce rapport interne entre parenté et politique et donc la compréhension de la nature exacte des groupes sociaux désignés par les termes clan, phratrie, tribu. Comme le remarque Morgan, quand, au milieu du xixe siècle, l'anthropologie est devenue une discipline scientifique, ces termes étaient depuis longtemps employés indifféremment les uns pour les autres par les missionnaires, administrateurs, géographes et voyageurs éclairés, et telle était la situation de départ quand Morgan lui-même entreprit l'analyse scientifique des formes d'organisation sociale des Iroquois, suivie de celle de nombreuses autres populations indiennes d'Amérique du Nord et du Sud.

Le point de départ : les travaux de Morgan

Pour comprendre les thèses de Morgan concernant les formes d'organisation sociales « tribales », il faut rappeler brièvement ce que fut sa grande découverte (cf. morgan ; voir son ouvrage Systems of Consanguinity and Affinity of the Human Family, 1871). Morgan démontra d'abord que les rapports sociaux qui dominaient l'organisation de la plupart des sociétés primitives étaient des rapports de parenté. Il montra ensuite que ces rapports de parenté avaient une logique interne qu'il fallait chercher dans l'étude minutieuse des règles de mariage et des terminologies de parenté, règles et termes qui, le plus souvent, apparaissaient dénués de toute logique aux yeux des Européens, désarçonnés devant les systèmes de parenté « classificatoires » qui se retrouvent en Afrique, Asie, Océanie, Amérique. Il supposa en outre que ces systèmes de parenté avaient une histoire et s'étaient succédé dans un ordre nécessaire depuis que l'homme était sorti de l'animalité et de la promiscuité sexuelle des hordes primitives, et que peu à peu s'étaient développées la prohibition de l'inceste et l'interdiction du mariage entre des catégories de plus en plus vastes de parents consanguins. La « famille humaine » avait évolué depuis la forme primitive du « mariage par groupe », aujourd'hui complètement disparue, jusqu'à la monogamie des familles nucléaires européennes. Morgan supposa enfin que les systèmes de parenté matrilinéaires avaient précédé dans l'évolution les systèmes patrilinéaires.

À partir de ce résumé sommaire, on peut comprendre la définition de l'organisation tribale donnée par Morgan. Une tribu est une « société complètement organisée », donc une forme d'organisation sociale capable de se reproduire. « Elle illustre la condition de l'Humanité dans l'état de barbarie », c'es [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Enfants-soldats au Soudan

Enfants-soldats au Soudan
Crédits : John Downing/ Getty Images

photographie

Société lignagère : organisation politique territoriale et parenté

Société lignagère : organisation politique territoriale et parenté
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Chefferie polynésienne : organisation politique territoriale et parenté

Chefferie polynésienne : organisation politique territoriale et parenté
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : directeur d'études de classe exceptionnelle à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  TRIBU  » est également traité dans :

AMÉRINDIENS - Amérique du Nord

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre BOUSQUET, 
  • Roger RENAUD
  • , Universalis
  •  • 10 331 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un univers non conflictuel »  : […] Il y avait avant l'arrivée des Européens 2 000 langues indigènes. Beaucoup d'Indiens connaissaient 2 ou 3 langues, et il existait des moyens de communication intertribaux, langages par signes ou langues internationales. L'habitat était dispersé, les concentrations humaines permanentes de quelques milliers de personnes étaient rares. Il n'y avait nulle organisation politique apparente au-delà des c […] Lire la suite

BÉLOUTCHES ou BALOUTCHES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 645 mots

On trouve des Béloutches (appelés aussi Baloutches) au Pakistan, en Afghanistan, en Iran, dans les républiques d'Asie centrale, en Inde et dans les émirats du golfe arabo-persique. C'est au Béloutchistan pakistanais et iranien que vivent les plus importantes communautés béloutches. La langue est le baloutchi. C'est une langue indo-aryenne qui est apparentée au groupe iranien de l'Est et dont les d […] Lire la suite

CLAN

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 066 mots

Dans le chapitre « Descendance unilinéaire »  : […] Dans les langues gaéliques, la consonne latine p se transforme en k  ; c'est ainsi que le mot latin planta donna naissance à clann , d'où procède notre clan. Cette étymologie indique très clairement en quel sens les premiers utilisateurs du mot clan le comprenaient : les rejetons, les bourgeons ; ainsi se désignaient les membres des clans écossais et irlandais. La descendance qu'ils visaient ainsi […] Lire la suite

COLUMBIA, fleuve

  • Écrit par 
  • Liza PIPER
  •  • 1 946 mots

Dans le chapitre « Population »  : […] Aux États-Unis, Portland (Oregon), Boise (Idaho) et Spokane (Washington) sont les plus grandes agglomérations du bassin du Columbia. Au Canada, la population de tout le bassin est moins importante que celle de la ville de Spokane, avec moins de 200 000 personnes concentrées dans des petites localités dépendantes du secteur primaire ou à vocation touristique comme Revelstoke et Trail. Le fleuve tra […] Lire la suite

DOUZE TRIBUS D'ISRAËL LES

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 666 mots

Dans l'Ancien Testament, Israël est présenté comme une communauté à structure tribale, depuis le moment de son apparition en tant que peuple, au début de l'Exode, jusqu'à l'établissement de la monarchie en terre de Canaan. Les tribus, qui sont au nombre de douze, correspondent aux douze fils du patriarche Jacob (Genèse, xxix-xxx ), que celui-ci eut de quatre femmes. Léa lui donna Ruben, Siméon, Lé […] Lire la suite

ETHNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup AMSELLE
  •  • 3 853 mots

Dans le chapitre « Préhistoire de la notion »  : […] L'idée selon laquelle il existe une hiérarchie entre des sociétés occupant des positions voisines dans l'espace n'est pas nouvelle. Les Grecs opposaient ainsi les ethnè (sing. ethnos ) et la polis (cité). Les sociétés qui relevaient de leur culture mais auxquelles « manquait » l'organisation en cités-États étaient des ethnè . Le terme est souvent traduit par « tribu » (en allemand, Stamm ), ou p […] Lire la suite

GODELIER MAURICE (1934- )

  • Écrit par 
  • Laurent BERGER
  •  • 2 424 mots

Dans le chapitre « L’évolution historique des rapports sociaux et des sociétés »  : […] Dans cette perspective, toute société est, selon Godelier, un ensemble de rapports sociaux hiérarchisés selon la nature de leurs fonctions, qui déterminent le poids respectif de chacune de leurs activités dans l’évolution historique de cet ensemble. Les rapports de parenté ne sauraient ainsi fonder les bandes cynégétiques et les tribus, pas plus que les rapports économiques les États-nations capi […] Lire la suite

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Anthropologie des groupes sociaux »  : […] Les anthropologues, par l'objet même de leurs études « de terrain », se placent dans une situation en apparence privilégiée. Ils considèrent généralement des sociétés de petite taille, dont certaines ne dépassent pas le stade de la bande – comme c'est le cas chez les Amérindiens du Sud. Ils conduisent, tout au moins durant la phase initiale et ethnographique de la recherche, une investigation to […] Lire la suite

HAZĀRA

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 1 414 mots

Troisième groupe ethnique d'Afghanistan par leur importance numérique, les Hazāra sont aussi présents au Pakistan et en Iran. Leurs nombre est estimé, au début du xxi e siècle, de 3,5 à 4 millions. De race mongoloïde, ils seraient, selon la légende, des descendants des armées de Genghis Khān, laissées en stationnement dans le massif de l'Hindou Kouch après la conquête mongole (1221). Toutefois, c […] Lire la suite

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 139 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les initiations tribales »  : […] Les rites de passage de l' enfance à l'âge adulte n'existent pas partout, du moins pas pour les deux sexes. Ici, il n'y a que les garçons qui les subissent ; là, les filles seulement ; ailleurs, les deux. Comme le montre A. Van Gennep, l'initiation est un « rite de passage » qui prend place dans tout un ensemble organisé, allant des rites de la naissance à ceux de la mort ; c'est pourquoi les cér […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 mai 2022 Qatar. Condamnation de membres de la tribu des al-Murra.

Les membres de la tribu semi-nomade des al-Murra, qui avaient été exclus du vote, avaient organisé des rassemblements de protestation au cours de l’été précédant le scrutin.  […] Lire la suite

2 octobre 2021 Qatar. Premières élections législatives.

Le droit de vote est réservé aux citoyens dont la famille est présente dans l’émirat depuis 1930, ce qui exclut du scrutin non seulement les étrangers mais aussi les nombreux immigrés naturalisés et les membres de la grande tribu semi-nomade des al-Murra. Le taux de participation est de 63,5 %. Prévue par la Constitution de 2003, l’élection des députés a été repoussée à plusieurs reprises. […] Lire la suite

16-21 novembre 2018 Inde. Mort d'un Américain tué par une tribu autarcique.

Le 16, un aventurier américain, John Chau, est tué par des membres de la tribu des Sentinelles qui vivent en autarcie sur l’île de North Sentinel, dans l’archipel des Andaman et Nicobar, dans l’océan Indien. Il tentait de les approcher en vue de les évangéliser, soutenu par l’organisation missionnaire américaine All Nations. Le gouvernement indien interdit l’accès à l’île en raison de l’hostilité de ses habitants, au nombre de quelques dizaines. […] Lire la suite

2-28 août 2009 Soudan. Nouvelle flambée de violence dans le sud du pays

Le 2, dans l'État sudiste de Jonglei, près de la frontière éthiopienne, une attaque d'hommes armés de la tribu Murle contre la population Lou Nuer d'un camp près d'Akobo fait cent quatre-vingt-cinq morts, en majorité des femmes et des enfants, dont douze soldats de l'armée sudiste déployée pour protéger le camp. Les deux tribus se livrent à des attaques régulières depuis le début de l'année, essentiellement pour le contrôle du bétail, de l'eau et des droits de pâturage, dans une région qui a connu plus de vingt ans de guerre civile, de 1983 à 2005. […] Lire la suite

5-31 décembre 2006 États-Unis – Irak. Publication du rapport Baker-Hamilton et exécution de Saddam Hussein

Le 31, Saddam Hussein est enterré dans son village natal d'Al-Awja, près de Tikrit, en présence d'un petit nombre de membres de sa tribu. La diffusion d'images vidéo non officielles de son exécution indique que celle-ci a été accompagnée dans l'assistance d'injures et d'invocations du nom de son ennemi, le chef religieux chiite Moqtada Al-Sadr. La plupart des capitales arabes critiquent la coïncidence de l'exécution avec le jour de l'Adha, l'une des plus importantes fêtes du calendrier musulman. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice GODELIER, « TRIBU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tribu/