TRÉVIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peuple celtique, établi entre le Rhin et la Meuse. Sa celticité ne peut être mise en question : outre le nom du peuple, qui est celtique, sont également celtiques les noms de lieux de la civitas, tels Dumnisus ou Noviomagus, ou le nom de chefs, comme Cingetorix ou Indutiomarus. Encore au milieu du ive siècle, saint Jérôme compare avec précision la langue celtique des Galates d'Asie Mineure et celle des Trévires. Cependant, l'influence méridionale est nette sous les Flaviens, époque à laquelle s'est établie une officine de sculpteurs venus de la Narbonnaise.

Les Trévires ont constitué l'État le plus important des pays belgiques. À l'époque gallo-romaine, ils furent primitivement « libres », c'est-à-dire dispensés du stipendium. Ils se soulevèrent cependant à plusieurs reprises contre Rome : en ~ 29, une révolte leur coûta la liberté ; sous Tibère (21), le Trévire Julius Florus s'allia à l'Éduen Julius Sacrovir ; en 69-70, c'est aux Lingons que s'allient les Trévires. En 258, la capitale, Augusta Treverorum, fondée sur l'emplacement d'un sanctuaire gaulois et devenue Trèves (allemand Trier), se fortifie et devient la capitale de la Gaule (de 258 à 273), l'une des quatre capitales de l'Empire romain. L'invasion barbare de 406 la ruina et elle fut brûlée par les Francs Ripuaires (413). Les Trévires se trouvèrent germanisés par la suite.

Le musée de Trèves renferme de nombreux restes archéologiques de l'époque celtique et gallo-romaine. On a récemment dégagé un cryptoportique de style gallo-romain.

—  Paul QUENTEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TRÉVIRES  » est également traité dans :

CÉSAR (101-44 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude NICOLET, 
  • Michel RAMBAUD
  •  • 7 689 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La conquête des Gaules »  : […] Jusqu'au début de 58, César hésitait entre deux actions militaires : le roi dace Burebistas, depuis plus de vingt ans, avait organisé ses tribus et, bousculant Boïens et Illyriens, faisait peser une lourde menace sur les marches nord-est de l'Italie. Le libellé de la rogatio Vatinia montre que César avait songé à une guerre dans cette direction. Mais Burebistas, vers la fin de 59, s'était retiré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar/#i_16420

Pour citer l’article

Paul QUENTEL, « TRÉVIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/trevires/