TRANSSEXUALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Clinique, étiologie et thérapeutique

La conviction d'appartenir au sexe opposé est, chez le sujet transsexuel, une idée prévalente, c'est-à-dire une idée fixe qui occupe le champ de la conscience. Le sujet transsexuel refuse son sexe d'assignation, ce qui se traduit dès l'enfance par le choix de comportements relevant du sexe opposé ou par un refus des jeux et des manières correspondant généralement au sexe du sujet. C'est à la puberté que la conviction de ne pas être un garçon ou une fille comme les autres prend consistance. Le travestissement plus ou moins permanent est le premier pas que franchit le transsexuel dans la transformation de son apparence. Ensuite, il exige des médecins une réassignation de son sexe par un traitement hormonal et chirurgical pour « mettre son corps en harmonie avec son âme », puis il réclame son changement d'état civil. La mémoire extraordinairement lacunaire des sujets transsexuels est construite autour des souvenirs allant dans le sens de leur conviction ; tous leurs souvenirs contraires à cette dernière sont source d'angoisse. Leurs organes génitaux ne leur provoquent que du dégoût ; ces sujets refusent souvent toute vie sexuelle avant d'être transformés corporellement. La connaissance de cas analogues aux leurs représente une libération et un soulagement. Ils sont fréquemment marginalisés par une rupture avec leurs liens familiaux et par la précarité de leur insertion sociale. Beaucoup de transsexuels sont engagés dans la recherche d'un idéal de perfection morale ou esthétique ; les sentiments religieux jouent un rôle très important chez de tels malades, qui prient et attendent un miracle. Le travestissement est, pour eux, une activité privilégiée, qui débute tôt dans l'enfance : ils prennent, par exemple, les vêtements de la mère ou d'une sœur – il en est de même chez les travestis, mais leurs choix se portent alors sur les sous-vêtements, tandis que les transsexuels n'éprouvent pas d'émotion érotique en se travestissant. Le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  TRANSSEXUALISME  » est également traité dans :

PROSTITUTION DE 1949 À NOS JOURS

  • Écrit par 
  • Lilian MATHIEU
  •  • 2 005 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une activité privée légalement contrainte et en pleine mutation »  : […] Rendre illégales l’organisation et l’exploitation de la prostitution d’autrui revient à en interdire l’exercice dans des établissements spécialisés tels que les maisons closes (fermées en France en 1946), les salons de massage ou les hôtels de passe, obligeant les prostituées à rencontrer leurs clients à l’extérieur, c’est-à-dire le plus souvent dans la rue. De discrète puisque recluse, leur acti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-de-1949-a-nos-jours/#i_92384

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvie SESÉ-LÉGER, « TRANSSEXUALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/transsexualisme/