TRANSSEXUALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance d'une entité pathologique

Des troubles s'apparentant au transsexualisme existaient certainement déjà dans l'Antiquité, mais ils n'entraient pas dans le champ médical, car, jusqu'au xixe siècle, les comportements déviants et notamment sexuellement déviants relevaient de la compétence des juristes et des hommes d'Église. C'est, sans doute, Jean Esquirol qui décrit en 1838 le premier cas de transsexualisme dans son ouvrage intitulé Des maladies mentales considérées sous les rapports médical, hygiénique et médico-légal, mais il fut classé dans les monomanies, puisque le terme « transsexualisme » n'apparaîtra dans la nosographie psychiatrique qu'en 1953. Le deuxième auteur important pour le sujet est Richard Krafft-Ebing, qui, partisan de la théorie de la dégénérescence, fait paraître en 1886 la première édition de sa Psychopathia sexualis, véritable florilège de cas de perversions sexuelles. L'homosexualité, dans toutes ses variantes, englobe sûrement ce qu'aujourd'hui on appellerait transsexualisme. En 1869, Karl Westphal publie Die Conträre Sexualempfindung, expression que Jean-Martin Charcot et Valentin Magnan ont traduit par « inversion du sens génital » et qui se rapproche de la notion de transsexualisme, sans l'isoler pour autant. Au début du xxe siècle, Magnus Hirschfeld en Allemagne et Havelock Ellis distinguent l'homosexualité du travestissement. Ellis appelle « éonisme » (du nom du chevalier Charles-Geneviève d'Éon de Beaumont, agent secret de Louis XV, qui aimait se travestir en femme) le travestissement habituel, différent du travestissement des invertis, auquel il réserve l'expression d'« inversion esthético-sexuelle ». Hirschfeld, de son côté, donne en 1910 une description du « transvestisme », c'est-à-dire du travestissement fétichiste. Il crée en 1918 l'Institut des sciences sexuelles de Berlin, qui se spécialise dans l'étude et le traitement des patients souffrant de troubles du comportement sexuel et qui [...]

Le chevalier d'Éon

Le chevalier d'Éon

Photographie

Charles de Beaumont, chevalier d'Éon (1728-1810), aventurier et agent secret du roi Louis XV. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TRANSSEXUALISME  » est également traité dans :

PROSTITUTION DE 1949 À NOS JOURS

  • Écrit par 
  • Lilian MATHIEU
  •  • 2 005 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une activité privée légalement contrainte et en pleine mutation »  : […] Rendre illégales l’organisation et l’exploitation de la prostitution d’autrui revient à en interdire l’exercice dans des établissements spécialisés tels que les maisons closes (fermées en France en 1946), les salons de massage ou les hôtels de passe, obligeant les prostituées à rencontrer leurs clients à l’extérieur, c’est-à-dire le plus souvent dans la rue. De discrète puisque recluse, leur acti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-de-1949-a-nos-jours/#i_92384

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvie SESÉ-LÉGER, « TRANSSEXUALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/transsexualisme/