TRANSMUTATION, physique nucléaire

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « 1900-1950 : les débuts de l'astronomie contemporaine »  : […] Il est quelque peu arbitraire de faire commencer avec le xx e  siècle l'astronomie contemporaine et ses grands instruments. Les premiers grands télescopes sont bien antérieurs, puisque ceux de William Herschel datent de la fin du xviii e  siècle et que William Parsons (lord Rosse, 1800-1867) achèv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_94771

COCKCROFT JOHN DOUGLAS (1897-1967)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 307 mots
  •  • 2 médias

Né le 27 mai 1897 à Todmorden (Yorkshire, Grande-Bretagne), John Douglas Cockcroft était issu d'une famille d'industriels du coton. Après avoir servi dans l'artillerie pendant la Première Guerre mondiale, il devint ingénieur électricien, travailla deux ans dans l'industrie puis rejoignit le laboratoire Cavendish (université de Cambridge) sous la direction d'Ernest Rutherford. C'est dans ce laborat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-douglas-cockcroft/#i_94771

CURIE LES

  • Écrit par 
  • Marcel FRILLEY
  •  • 4 829 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Transmutations artificielles, radioactivité artificielle »  : […] Les progrès effectués dans la connaissance du noyau atomique furent ainsi toujours liés à l'observation des transmutations radioactives, qui fournirent en outre, avant l'invention des grands accélérateurs, des particules de haute énergie capables de pénétrer dans les noyaux et d'y apporter des perturbations. Ainsi E. Rutherford, dès 1919, en bombardant de l'azote avec des particules α, avait obte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-curie/#i_94771

DE LA RADIOACTIVITÉ À LA FISSION DE L'ATOME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 867 mots

1896 Après la découverte des rayons X par le physicien allemand Wilhelm C. Röntgen en 1895, de nombreux savants recherchent des sources naturelles de rayons X. Le physicien français Henri Becquerel découvre fortuitement que des sels d'uranium émettent des rayons nouveaux, qu'il appelle « uraniques ». 1897 Joseph J. Thomson et divers savants b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-radioactivite-a-la-fission-de-l-atome-reperes-chronologiques/#i_94771

INTERACTIONS (physique) - Interaction électrofaible

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 109 mots
  •  • 4 médias

La première manifestation de l'interaction nucléaire faible qu'on a observée est la désintégration β de certains noyaux atomiques. Cette transmutation d'un élément vers un autre provient de la transformation d'un neutron en un proton avec émission d'un électron et d'un antineutrino. La radioactivité β + est une réaction très semblable où un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-interaction-electrofaible/#i_94771

LAWRENCE ERNEST ORLANDO (1901-1958)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LÉVIS
  •  • 364 mots
  •  • 1 média

Physicien américain né le 8 août 1901 à Canton (Dakota du Sud) et mort à Palo Alto (Californie) le 27 août 1958. Après des études effectuées dans les universités du Dakota du Sud, du Minnesota et de Chicago, Ernest O. Lawrence soutient, en 1925, sa thèse de doctorat à Yale, où il devient professeur en 1927. Il sera également professeur à l'université de Californie en 1930. Lawrence effectua de nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-orlando-lawrence/#i_94771

LOI DE PROGRAMME RELATIVE À LA GESTION DURABLE DES MATIÈRES ET DÉCHETS RADIOACTIFS

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST
  •  • 830 mots

Dans le chapitre « Étapes d’évolution actées par la loi de 2006 »  : […] Ainsi, l’entreposage de longue durée (en surface ou à faible profondeur) des déchets radioactifs, qui conduit à différer les choix définitifs, est abandonné : il constitue un pari trop risqué sur la stabilité des sociétés et la permanence des compétences nucléaires. La piste de la transmutation (transformation de la nature des noyaux atomiques radioactifs au moyen de réactions nucléaires) est con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-de-programme-relative-a-la-gestion-durable-des-matieres-et-dechets-radioactifs/#i_94771

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 397 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Réacteurs surgénérateurs à neutrons rapides »  : […] Les réacteurs à neutrons rapides, qui se distinguent des précédents par l'absence de modérateur, ne fonctionnent qu'avec un combustible dont la teneur en matière fissile est supérieure à 15 p. 100. Pour les neutrons rapides, la faiblesse des captures parasites et le meilleur rendement en neutrons (η) du plutonium 239 permettent à ces réacteurs d'être surgénérateurs avec le cycle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_94771

NUCLÉAIRE - Déchets

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST, 
  • Jean-Paul SCHAPIRA
  •  • 10 946 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Physique de la transmutation »  : […] La transmutation d'un noyau atomique ne peut être accomplie qu'au cours d'une réaction nucléaire induite par une particule. Étant donné les quantités de produits à traiter, la transmutation ne peut s'envisager aujourd'hui qu'en utilisant les flux importants de neutrons existant dans les réacteurs à fission. Compte tenu du spectre en énergie des neutrons dans ces réacteurs, la fission et la captur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-dechets/#i_94771

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Accélérateurs de particules

  • Écrit par 
  • Michel CROZON, 
  • Jean-Louis LACLARE
  •  • 3 503 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Prémices et avancées techniques »  : […] Les premières expériences suivirent la découverte de la radioactivité naturelle, qui permit de disposer de sources de particules de faible vitesse : particules α ou noyaux d'hélium (rayonnement α) et électrons (rayonnement β). La physique nucléaire expérimentale démarra avec l'étude des effets de ces rayonnements sur les noyaux atomiques. Très vite, on éprouva le besoin de changer les paramètres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-accelerateurs-de-particules/#i_94771

PLUTONIUM

  • Écrit par 
  • Daniel CALAIS, 
  • André CHESNÉ
  •  • 3 901 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Plutonium 238 »  : […] Le plutonium 238 est obtenu par irradiation dans les réacteurs nucléaires, de cibles constituées de neptunium 237, sous-produit du fonctionnement des réacteurs à l'uranium. Par capture d'un neutron, le 237 Np conduit à l'isotope 238 Np, émetteur β de demi-vie courte (2,117 j) se transmutant en 238 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plutonium/#i_94771

RADIOACTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard SILVESTRE-BRAC
  •  • 5 422 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Radioactivité α »  : […] La particule alpha (α) est un noyau d'hélium α =  4 2 He ; c'est une particule très stable. Un noyau possédant un Z grand subit des tiraillements dus à la répulsion électrique des protons. L'expulsion d'un α par un tel noyau devient intéressante, car le noyau résiduel possède une plus faible énergie électrique. Nous avons affaire à une transmutation du genre : Une grande p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite/#i_94771

RADIOACTIVITÉ EXOTIQUE ou RADIOACTIVITÉ PAR IONS LOURDS

  • Écrit par 
  • Gérard ARDISSON
  •  • 2 348 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les différents modes de désintégrations radioactives »  : […] Jusqu'à 1984, les différents modes de désintégrations des noyaux atomiques étaient groupés en deux classes caractérisées par la nature des particules émises : les désintégrations leptoniques dans lesquelles il y a émission de particules légères et les désintégrations hadroniques avec émission d'une ou plusieurs particules lourdes. Les radioactivités β - , β […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite-exotique-radioactivite-par-ions-lourds/#i_94771

WALTON ERNEST THOMAS SINTON (1903-1995)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 682 mots
  •  • 3 médias

Fils d'un pasteur méthodiste irlandais, Ernest Thomas Sinton Walton, né à Dungarvan (comté de Waterford) le 6 octobre 1903, est décédé le 25 juin 1995 à Belfast. Après des études au Trinity College de Dublin, il avait effectué son travail de thèse sous la direction d'Ernest Rutherford, le célèbre découvreur du noyau atomique, qui dirigeait alors le laboratoire Cavendish de l'université de Cambridg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-thomas-sinton-walton/#i_94771