PHASE TRANSITIONS DE

MATIÈRE (physique) - Transitions de phase

  • Écrit par 
  • Nino BOCCARA
  •  • 6 909 mots
  •  • 7 médias

Les premières transitions de phase observées ont été des changements d'état tels que la fusion de la glace ou la vaporisation de l'eau. Lors d'un changement d'état, le système, au sens de la thermodynamique, se présente comme la réunion de deux sous-systèmes homogènes possédant des propriétés distinctes. On appelle phase chacun de ces sous-systèmes. Plus préci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-transitions-de-phase/#i_20537

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 350 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diagrammes d'équilibres de phases »  : […] La description et l'étude des alliages binaires passent par un type de représentation classique : les diagrammes d'équilibres de phases. Quelques cas peuvent servir d'exemples. La figure concerne le système cuivre (Cu)- tungstène (W). L'axe des abscisses représente la teneur de l'alliage en tungstène exprimée en atomes pour cent ou en poids pour cent ; la première échelle est utilisée dans les l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliages/#i_20537

CHAMPS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 478 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Théorie quantique des champs et physique du solide  »  : […] Les concepts de la théorie quantique des champs s'appliquent également à différents aspects de la physique du solide, en particulier à l'étude des transitions de phase et du comportement d'un système aux alentours du « point critique » où coexistent des mécanismes mettant en jeu des échelles de longueurs très différentes. La technique du groupe de renormalisation, développée en particulier par Ke […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-champs/#i_20537

CONTINUITÉ ET DISCONTINUITÉ, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 228 mots

La dichotomie continu /discontinu, comme tous les couples de contraires tirés de l'expérience courante, est mise à mal par la théorie physique. La transformation d'un liquide en gaz montre déjà le caractère limité et relatif de la distinction. L'eau de la casserole que nous mettons sur le feu voit sa température augmenter régulièrement et continûment – jusqu'à ce qu'elle commence à bouillir, c'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continuite-et-discontinuite-physique/#i_20537

CRISTAUX LIQUIDES

  • Écrit par 
  • Henry GASPAROUX
  •  • 4 839 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les matériaux lyotropes »  : […] Ils sont généralement constitués par des molécules assez longues (lipides, phospholipides, protéines, macromolécules) en solution dans un substrat liquide qui est la plupart du temps de l'eau. Il est possible d'induire des transitions de phase en modifiant la concentration de molécules dans le substrat, mais la fragilité de ces systèmes vis-à-vis de la température interdit souvent de le faire en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux-liquides/#i_20537

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Phénomènes critiques »  : […] Lorsqu'on passe de l'optique à la physique des substrats matériels, ces quatre types de considérations peuvent être considérablement généralisés et confirmés. Ils constituent une part essentielle de la physique actuelle. Considérons par exemple un phénomène critique comme un phénomène de transition de phase. C'est un cas élémentaire d'auto-organisation de la matière puisque, à la traversée d'une v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_20537

FROID, physique

  • Écrit par 
  • Jean MATRICON, 
  • Georges WAYSAND
  •  • 4 032 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La physique du froid »  : […] La définition la plus simple qu'on puisse donner du froid est l'absence de chaleur. Cette définition n'a de sens que si l'on sait mesurer la chaleur, en ajouter ou en retrancher à un objet. La thermodynamique statistique, dont les bases ont été posées par Ludwig Boltzmann dans les années 1870, montre que la chaleur contenue dans un objet n'est rien d'autre que l'énergie d'agitation désordonnée de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/froid-physique/#i_20537

GELS

  • Écrit par 
  • Mireille ADAM, 
  • Michel DELSANTI
  •  • 3 430 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Transition sol-gel »  : […] Jusqu'alors les propriétés physiques des gels ont été considérées, la formation de ces gels va être maintenant décrite. Prenons comme exemple la formation de la gélatine : les molécules de collagène (2 p. 100) sont mises en solution dans l'eau à haute température (50  0 C). Par refroidissement (20  0 C), les chaînes de collagènes forment des points […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gels/#i_20537

GLACE

  • Écrit par 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 7 960 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Congélation de l'eau douce »  : […] La congélation implique que les calories libérées soient évacuées, autrement dit que des frigories parviennent à l'interface eau-glace depuis un lieu plus froid. Si de l'eau douce est contenue dans un récipient refroidi, il se forme au départ de la glace contre les parois, avec des axes optiques perpendiculaires à la paroi. Si le froid vient du haut, la glace se forme à la surface libre, avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glace/#i_20537

LANDAU LEV DAVIDOVITCH (1908-1968)

  • Écrit par 
  • Yakov SMORODINSKI
  •  • 2 075 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'œuvre scientifique et les publications »  : […] Lev Landau possédait, en matière de recherche, une étonnante intuition. Ses méthodes étaient très efficaces et d'une rare simplicité. Il utilisait un minimum d'appareil mathématique, même s'il n'hésitait pas à recourir à des modèles mathématiques complexes le cas échéant. Cet homme éminent est parvenu à des résultats appréciables dans presque tous les domaines de la physique. Certains portent son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lev-davidovitch-landau/#i_20537

LYOPHILISATION

  • Écrit par 
  • Charles ROMOND
  •  • 3 590 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Principe »  : […] La lyophilisation consiste à extraire l'eau contenue dans les substances organiques ou minérales par interaction des techniques du vide et du froid. Le produit, préalablement congelé à basse température, est placé dans une enceinte sous vide. L'abaissement de la pression en deçà du point d'équilibre (point triple) sur la courbe de tension de vapeur de l'eau entraîne une sublimation de la glace, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyophilisation/#i_20537

MATIÈRE (physique) - États de la matière

  • Écrit par 
  • Vincent FLEURY
  •  • 5 801 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La division classique des états de la matière »  : […] À partir du moment où les pères de la thermodynamique étudient de façon systématique les propriétés de la matière dans des conditions maîtrisées et contrôlables de température et de pression, un ensemble immense de connaissances précises se met en place. Les mêmes machines thermiques permettent de liquéfier, solidifier et vaporiser les corps purs. Ces machines ont leur origine dans les célèbres h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etats-de-la-matiere/#i_20537

MATIÈRE (physique) - État liquide

  • Écrit par 
  • Jean-Louis RIVAIL
  •  • 3 245 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La phase liquide »  : […] En général, dans le cas d'un corps pur, le changement d'état, c'est-à-dire le passage du solide au liquide ou du liquide au gaz, intervient à une température fixe qui reste constante tant que les deux phases sont en présence et qui ne varie qu'avec la pression. Ces changements d'états sont réversibles. En l'absence de phénomènes parasites (surfusion), la fusion du solide se produit à la même temp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-liquide/#i_20537

MATIÈRE (physique) - État gazeux

  • Écrit par 
  • Henri DUBOST, 
  • Jean-Marie FLAUD
  •  • 8 280 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Les changements d'état »  : […] Suivant les valeurs de la pression (P), de la température (T) et du volume (V), tout corps pur se présente dans l'un des trois états solide, liquide ou gazeux, également appelés phases . Un diagramme tridimensionnel, appelé diagramme de phase , définit leurs domaines d'existence. À volume constant, ceux-ci sont délimités dans le plan P, T par trois courb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-gazeux/#i_20537

MÉSOMORPHE ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jacques SIMON
  •  • 3 041 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Cristaux liquides thermotropes »  : […] En 1888, un botaniste, F. Reinitzer, remarqua que la fusion d'un sel de cholestérol (le benzoate de cholestéryle) donnait lieu à l'apparition d'une substance liquide trouble qui ne se clarifiait qu'à quelque 30  0 C au-dessus du point de fusion. Le physicien O.  Lehmann remarqua que ce liquide trouble présentait quelques-unes des propriétés généralement associées aux crist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-mesomorphe/#i_20537

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Faisceaux d'ions lourds

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 7 204 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Les faisceaux d'ions ultrarelativistes »  : […] Accélérer de plus en plus les particules élémentaires jusqu'à leur conférer des énergies gigantesques a été l'un des moteurs de la compréhension des interactions fondamentales. Jusque dans les années 1980, cette fièvre des hautes énergies n'avait pas atteint le domaine des faisceaux d'ions et les physiciens nucléaires n'étudiaient guère que les réactions dans lesquelles les énergies des faisceaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-faisceaux-d-ions-lourds/#i_20537

PERCOLATION

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSENQ
  •  • 1 952 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La percolation transition de phase »  : […] Le modèle sur réseau à deux dimensions ( d  = 2) est schématique. Un problème de percolation se définit plus généralement dans un espace à d  dimensions pour un milieu hétérogène composé d'éléments de propriétés très différentes et montrant, à grande échelle, un comportement homogène original caractérisé par : – L'existence d'un seuil, qui dépend du prob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/percolation/#i_20537

PHONON

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BURGER
  •  • 2 360 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Instabilités structurales »  : […] De nombreux composés métalliques ou ioniques présentent des transitions structurales ; en général, il s'agit d'un abaissement de la symétrie cristalline en dessous d'une température critique T c . Il peut provenir soit d'un déplacement d'atomes à l'intérieur de la maille élémentaire (cas des perovskites Ba TiO 3 , Sr TiO 3 , etc.), soit d'une déformation élastique de la maill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonon/#i_20537

PHYSIQUE - Physique et informatique

  • Écrit par 
  • Claude ROIESNEL
  •  • 6 728 mots

Dans le chapitre « Physique de la matière condensée »  : […] Les réseaux sont des objets naturels en physique de la matière condensée. Par exemple, le modèle le plus simple d'un matériau magnétique est le modèle d'Ising qui consiste en un réseau cubique avec en chaque nœud un spin 1/2, c'est-à-dire une variable discrète à deux valeurs, qui interagit seulement avec ses plus proches voisins. Le modèle reproduit la transition de phase ferromagnétique. Décrire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-physique-et-informatique/#i_20537

PLASMA DE QUARKS ET DE GLUONS

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 780 mots

Dans le chapitre « LE PLASMA DE QUARKS ET DE GLUONS DANS L'UNIVERS »  : […] Dans le scénario du big bang, les densités et températures originales étaient si élevées que quarks et gluons ne pouvaient se confiner en hadrons avant que l'expansion de l'Univers n'ait suffisamment joué son rôle de modérateur. On estime ainsi que c'est vers l'âge d'une microseconde que se réalisa la transition de phase qui nous occupe ici, bien après les autres transitions de phase que la théor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plasma-de-quarks-et-de-gluons/#i_20537

PLUTONIUM

  • Écrit par 
  • Daniel CALAIS, 
  • André CHESNÉ
  •  • 3 901 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Allotropie »  : […] À l'état solide, le plutonium existe sous six phases solides différentes : a ) Jusqu'à 110  0 C, sa structure cristalline (phase α) est monoclinique ( a  = 0,618 3 nm ; b  = 0,482 2 nm ; c  = 1,096 3 nm ; β = 101 0 ). Il se présente sous la forme d'agrégats de m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plutonium/#i_20537

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Givre »  : […] Le givre se forme dans des conditions assez analogues mais, bien entendu, aux températures négatives. Le givre n'est pas le gel de la rosée, c'est la condensation directe de la vapeur sous forme de glace sur la végétation ou sur les obstacles présentés par le sol. Il se traduit par le développement de formes cristallines variées, découlant du système de cristallisation de la glace par maclage, t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precipitations-meteorologie/#i_20537

PRESSIONS PHYSIQUE & CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • Bernard LE NEINDRE, 
  • Boris OKSENGORN, 
  • Jacques ROMAND, 
  • Boris VODAR
  •  • 5 490 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Transformation de phase fluide-solide »  : […] Comme il a déjà été indiqué plus haut, d'après la loi de déplacement de l'équilibre, la pression provoque des transformations vers les phases les plus denses, c'est-à-dire généralement vers l'état solide. En comprimant un liquide, on produira sa solidification ; la pression élève donc le point de fusion, d'après la relation de Clapeyron : d T/ d P = (T/L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-et-chimie-des-hautes-pressions/#i_20537

PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2016

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 084 mots
  •  • 3 médias

Le prix Nobel de physique 2016 distingue les travaux de trois théoriciens , pour la description de nouveaux états quantiques de la matière et des transitions de phase qui mènent à ces états. Les trois physiciens, David J. Thouless (né à Bearsden, en Écosse, en 1934 et mort à Cambridge, en Angleterre, en 2019) , John Michael Kosterlitz (né à Aberdeen, en Écosse, en 1942) et F. Duncan M. Haldane (n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physique-2016/#i_20537

STATISTIQUE MÉCANIQUE

  • Écrit par 
  • Berni J. ALDER, 
  • Bernard JANCOVICI
  •  • 5 921 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Transitions de phase »  : […] Une même substance peut exister dans des états d'équilibre qualitativement différents ; par exemple, elle peut être solide, ou liquide, ou gazeuse. Chacun de ces états est une phase différente ; le passage d'un état à l'autre est une transition de phase. On a mentionné plus haut un autre exemple : le passage de l'hélium liquide de l'état normal à l'état […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-statistique/#i_20537

SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON, 
  • Jérôme LESUEUR, 
  • Pierre NÉDELLEC
  •  • 4 775 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Découverte et développement »  : […] La supraconductivité a été découverte en 1911 à Leyde (Pays-Bas) par Heike Kammerlingh Onnes, qui venait de réussir la liquéfaction de l'hélium (4,2 K). Mesurant la résistivité d'un barreau de mercure, il constata qu'au-dessous de 4,15 K celle-ci tombait brutalement à une valeur infiniment faible. Cette « superfluidité » des électrons est comparable à l'écoulement non visqueux de l'hélium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite/#i_20537

SURFACE PHÉNOMÈNES DE

  • Écrit par 
  • Jean-François JOANNY, 
  • Jean SUZANNE
  •  • 6 285 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Monocouches de Langmuir de molécules amphiphiles »  : […] Certaines molécules amphiphiles, acides gras ou phospholipides, forment à la surface de l'eau des monocouches insolubles. Le diagramme de phase de ces monocouches présente, tout comme les monocouches adsorbées sur un solide, une grande variété de phases 2D. Traditionnellement, ces graphiques sont obtenus par des mesures de pression de surface, en déplaçant une barrière le long de la surface (la pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenes-de-surface/#i_20537

SYMÉTRIES, physique

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 5 990 mots

Dans le chapitre «  LES SYMÉTRIES BRISÉES »  : […] Lorsqu'un problème physique admet une symétrie décrite mathématiquement par un groupe G, chaque solution n'est pas forcément invariante par G. En fait, c'est plutôt l'ensemble des solutions qui est invariant par G. Un exemple classique est la cristallisation d'un liquide. Lorsque la température décroît, l'isotropie (c'est-à-dire l'équivalence de toutes les directions) de l'ensemble des atomes dis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symetries-physique/#i_20537

SYSTÈMES OUVERTS, thermodynamique

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 1 690 mots

On attribue volontiers en physique le nom de système au modèle stylisé d'un milieu naturel en vue de simplifier son étude théorique. Le solide strictement indéformable, le fluide incompressible et le gaz parfait sont des exemples classiques de tels systèmes. En particulier, un système fermé désigne une portion invariable de matière ou, de la même façon, un ensemble donné de points matériels. Da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-ouverts-thermodynamique/#i_20537

TEMPÉRATURES PHYSICO-CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • François CABANNES
  •  • 3 853 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Stabilité et réactivité des solides »  : […] La stabilité des matériaux dépend de leur pression de vapeur, s'il s'agit d'un élément, et de leur dissociation s'il s'agit d'un composé. Les températures maximales d'utilisation des métaux réfractaires et du graphite sont de plusieurs centaines de degrés plus faibles sous vide que sous atmosphère réductrice . Sous vide, le carbure de silicium est stable jusqu'à 1 700  0 C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physico-chimie-des-hautes-temperatures/#i_20537

THERMIQUE ANALYSE

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 1 667 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interprétation des données »  : […] Les transformations subies par les matériaux pendant leur traitement thermique peuvent être rassemblées en deux groupes principaux suivant qu'elles sont réversibles ou non. Parmi les réactions réversibles , certaines s'effectuent sans variation de masse. Il en est ainsi des changements d'état (fusion, solidification), des transformations allotropiques (la transformation α ⇌  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-thermique/#i_20537

THERMODYNAMIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 6 108 mots

Dans le chapitre « Transitions de phase »  : […] Considérons en particulier un système diphasé, qui comporte par exemple une phase liquide et une phase gazeuse du même corps pur. Les deux phases forment évidemment deux sous-systèmes en équilibre mutuel à travers un contact totalement non restrictif : les échanges d'énergie, de volume et de molécules s'effectuent entre eux sans entrave, librement. En conséquence, température, pression et potentie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-notions-de-base/#i_20537

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles non linéaires

  • Écrit par 
  • Agnès BABLOYANTZ, 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Albert GOLDBETER, 
  • Grégoire NICOLIS, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 9 748 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Transitions de non-équilibre ; bifurcations et fluctuations »  : […] Dans un grand nombre de situations d'intérêt physique, il arrive que l'évolution d'un système soit régie par des lois non linéaires . Nous allons illustrer cette éventualité par un exemple chimique qui fait intervenir le phénomène de la catalyse . Considérons la décomposition de l'éther par pyrolyse en phase gazeuse. Dans des conditions usuelles, ce proc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-processus-irreversibles-non-lineaires/#i_20537

URANIUM

  • Écrit par 
  • Bernard BOUDOURESQUES, 
  • Jean CARALP, 
  • Jeanne LEHMANN, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Transformations de phases »  : […] L'uranium possède trois variétés allotropiques entre la température ambiante et son point de fusion. Jusqu'à 668  0 C, il présente la structure orthorhombique (phase α) ; entre 668 et 775  0 C, il possède la structure quadratique (phase β) ; enfin, de 775  0 C jusqu'au point de fusion 1 130  0 C, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranium/#i_20537

VITREUX ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jean FLAHAUT
  •  • 5 093 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La transition vitreuse »  : […] Considérons la variation de volume V (ou d'enthalpie H) que subit un liquide lorsqu'il est progressivement réfrigéré. Habituellement, lorsque la vitesse de refroidissement est suffisamment lente, tout liquide cristallise à une température T f . Cependant, si l'abaissement de la température est assez rapide, nous avons vu qu'apparaît une compétition entre la cinétique de crist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-vitreux/#i_20537

WILSON KENNETH GEDDES (1936-2013)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 356 mots

Né le 8 juin 1936 à Waltham (Massachusetts), Kenneth G. Geddes Wilson est le fils d'un professeur de chimie théorique de l'université Harvard. Il soutint sa thèse de doctorat en 1961 au Caltech de Pasadena sous la direction de Murray Gell-Mann (Prix Nobel 1969 pour ses contributions à la théorie des particules élémentaires), puis, après un court séjour à Harvard, rejoignit le département de physiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenneth-geddes-wilson/#i_20537


Affichage 

Diversité des applications de la matière, P.-G. de Gennes

vidéo

Qu'est-ce que la matière ? Quelles sont ses propriétés ? En quoi ces propriétés changent-elles notre vie quotidienne ? Peut-on découvrir de nouveaux matériaux ? Autant de questions auxquelles répond Pierre-Gilles de Gennes, Prix Nobel de physique 1991 et directeur de l'École supérieure de... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

États de la matière

vidéo

La glace l'eau et la vapeur d'eau sont trois états différents formés à partir de la même molécule H20 On passe d'un état à un autre en changeant de température sans modifier la pression ou en changeant la pression : solide, liquide, gaz sont trois phases qui coexistent en généralLe... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Représentation du diagramme de phase d'un corps pur

graphique

Représentation schématique du diagramme de phase d'un corps pur Les points O (Pt, Tt) et C (Pc, Tc) sont respectivement le point triple et le point critique (F), (V) et (S) sont respectivement les courbes de fusion, de vaporisation et de sublimation 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Condensation de la vapeur d’eau

photographie

De même que la vapeur d'eau présente dans une cuisine, par exemple, se condense en buée au contact d'une vitre refroidie par la température extérieure (transition de phase gaz-liquide), la rosée se dépose par temps clair lorsque le rayonnement nocturne abaisse au-dessous du point de... 

Crédits : Y. Gautier

Afficher

Diagramme de phase du soufre

graphique

Diagramme de phase du soufre 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Diagramme de phase d'un corps pur

graphique

Diagramme de phase d'un corps pur 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

États désordonnés de la matière

vidéo

La nature assemble parfois magnifiquement les atomes pour donner l'ordre cristallin Mais la matière est souvent dans un état désordonné où l'organisation des divers éléments est aléatoire Ainsi, par exemple, l'état amorphe de l'opale tranche avec l'aspect ordonné du cristal de... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pierre-Gilles de Gennes

photographie

Le physicien français Pierre-Gilles de Gennes, lauréat du prix Nobel de physique 1991 pour ses travaux sur les cristaux liquides et les polymères 

Crédits : Violaine Paquereau

Afficher

Variations de l'énergie libre avec la température

graphique

Variations de l'énergie libre des phases cubiques à faces centrées (cfc) et cubique centré (cc) du fer en fonction de la température 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Diversité des applications de la matière, P.-G. de Gennes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

États de la matière
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Représentation du diagramme de phase d'un corps pur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Condensation de la vapeur d’eau
Crédits : Y. Gautier

photographie

Diagramme de phase du soufre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Diagramme de phase d'un corps pur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

États désordonnés de la matière
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Pierre-Gilles de Gennes
Crédits : Violaine Paquereau

photographie

Variations de l'énergie libre avec la température
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique