TRANSCRIPTIONS ET TRANSLITTÉRATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Translittérations

La translittération a pour fonction la reproduction de textes écrits à l'aide d'alphabets autres que l'alphabet latin (cyrillique, hébreu, arabe, etc.), permettant ainsi le classement de la documentation dans les fichiers des bibliothèques. Afin de faciliter cette opération et d'éviter toute ambiguïté, l'Organisation internationale de normalisation (I.S.O.) a édicté des règles de correspondance d'unité graphique à unité graphique : « Le même signe doit être rendu toujours de la même façon, et en principe un signe d'un alphabet ne doit correspondre qu'à un seul signe de l'autre. On tâchera de ne rendre un signe par deux signes que lorsque l'alphabet latin n'offrira pas de possibilité raisonnable de faire autrement » (Recommandation I.S.O. R 9).

Pour les langues à écriture « incomplète » (consonantique : hébreu, arabe, etc.), ces règles n'ont pu être appliquées sans modification, sous peine de conduire à des vocables illisibles. Aussi l'I.S.O. recommanda-t-elle la vocalisation préalable, c'est-à-dire la restitution des voyelles habituellement omises dans l'écriture de ces langues. Dans ce cas, la procédure n'est plus tout à fait automatique, car elle exige une bonne connaissance de la langue à translittérer.

À côté de cette translittération internationale, normalisée, il existe une translittération populaire (presse), différente selon la langue dans laquelle elle est faite, car l'on essaie de se rapprocher le plus possible de l'écriture habituelle des sons dans la langue. Par exemple, le caractère cyrillique iii, translittéré dans le système international š, est représenté en anglais par sh et en français par ch, conformément aux habitudes orthographiques de ces langues (cf. la translittération de l'alphabet cyrillique russe actuel est donnée à l'article slaves, ).

Une transcription n'est jamais gratuite, elle a un but, celui de fournir un certain nombre d'informations à des fins précises.

Pour rendre compte d'une langue et de ses rapports avec la réalité, on peut soit considérer les faits phoniques à un haut degré d'abstraction, celui du fonctionnement [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Voyelles de l'anglais, du français et de l'allemand

Voyelles de l'anglais, du français et de l'allemand
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Intonation par configuration

Intonation par configuration
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Intonations : fréquence

Intonations : fréquence
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hauteur des syllabes

Hauteur des syllabes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

Classification


Autres références

«  TRANSCRIPTIONS ET TRANSLITTÉRATIONS  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures écrites en langues africaines »  : […] Isolée sur ses hauts plateaux, l'Éthiopie a gardé le guèze (qui n'est plus parlé à partir du x e  siècle) comme langue savante et littéraire, avant que l' amharique ne prenne la relève pour conserver des chants royaux, des traités théologiques, des chroniques dynastiques et, plus récemment, pour composer des romans. Écrit au début du xiv e  siècle, le Kebra Nagast ( La Gloire des rois ) visait à […] Lire la suite

CONTE

  • Écrit par 
  • Bernadette BRICOUT
  •  • 5 800 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transcription ou trahison ? »  : […] Parole vivante, le conte est inséparable d'un corps. Les intonations du récitant, le timbre de sa voix, ses silences et ses pauses, les accélérations brusques et les lenteurs calculées de la narration, les gestes qui prolongent le message, le dramatisent ou le nuancent, voilà ce qui fait le charme du conte, un charme si fort qu'il crée autour du récitant un véritable cercle magique. Dans la montag […] Lire la suite

ÉCRITURE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BALPE, 
  • Anne-Marie CHRISTIN
  •  • 10 415 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La nébuleuse alphabétique »  : […] En instaurant une correspondance terme à terme entre chacun des signes visuels écrits et l'un des deux sons, voyelle ou consonne, dont se compose une syllabe, les Grecs ont introduit dans l'histoire de l'écriture une rupture radicale. La rationalisation de l'écrit est parvenue, grâce à eux, à son degré extrême d'abstraction, l'analyse de l'espace graphique en signes trouvant son répondant rigour […] Lire la suite

ORTHOGRAPHE

  • Écrit par 
  • Liselotte BIEDERMANN-PASQUES, 
  • Fabrice JEJCIC
  •  • 4 753 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approche d'une définition »  : […] Le terme orthographe , en latin orthographia (composé des éléments d'origine grecque orthos « correct » et graphia « graphie »), a le sens propre « d'écriture correcte » et implique de par sa composition la notion de norme. L'orthographe est la manière d'écrire les sons et les mots d'une langue en conformité avec le système de transcription graphique, adopté à une époque donnée, et en conformit […] Lire la suite

SIGLE & ACRONYME

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 971 mots

On appelle sigle la forme d'abrègement qui consiste à prendre la première lettre de chacun (ou de certains) des mots d'un groupe : ainsi P.M.U. à partir de Pari mutuel urbain, S.N.C.F. à partir de Société nationale des chemins de fer français, ou F.B.I. à partir de Federal Bureau of Investigation. On distingue le sigle au sens propre de l'acronyme, qui consiste à prendre la première syllabe (ou ce […] Lire la suite

VIETNAM

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Pierre-Bernard LAFONT, 
  • NGUYÊN TRÂN HUÂN, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Matthieu SALOMON, 
  • Stéphanie SOUHAITÉ, 
  • Christian TAILLARD
  • , Universalis
  •  • 46 526 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La littérature en « quôc ngũ' » »  : […] Les origines de la transcription de la langue vietnamienne par l'alphabet romain, la « romanisation », sont liées à l'histoire des missions catholiques dans le Sud-Est asiatique. Pour prêcher, les missionnaires qui étaient de nationalités diverses avaient noté les sons qu'ils entendaient à l'aide de l'alphabet romain, et ce sont les quatre langues d'origine de ces missionnaires (portugais, itali […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denis AUTESSERRE, France AUTESSERRE, « TRANSCRIPTIONS ET TRANSLITTÉRATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/transcriptions-et-translitterations/