TRAITÉ DES LOIS, CicéronFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une philosophie du droit

Avant de préciser quelles sont les lois les plus utiles à la communauté civique, Cicéron entend établir leur fondement, définir le juste véritable et « puiser le droit au cœur de la philosophie » (I, 5, 17). Il montre les limites du droit positif, inscrit dans les textes, car il ne saurait à lui seul fonder une justice digne de ce nom (I, 15, 42 ; II, 4, 10). Cette affirmation, sans cesse répétée dans le dialogue, conduit à rechercher dans la nature l'origine du droit et des lois. Le point de départ de ce système est la droite raison inscrite dans la nature, commune aux dieux et aux hommes, qui constitue la « loi véritable », antérieure à l'établissement de toute cité. Dans l'âme humaine, elle prend la forme de la vertu appelée « prudence », qui permet de distinguer ce qui est juste et injuste. De cette loi découle le droit véritable, lié à la ressemblance et à la parenté entre les hommes car « nous sommes nés pour partager et mettre en commun le droit » (I, 12, 33). Associé à une sorte d'instinct inné et à des « germes » de vertu, le droit naturel concerne les relations entre les membres d'une même famille ou d'une même cité : affection, respect, reconnaissance, telles sont les vertus à travers lesquelles s'affirme son existence ; en effet, pour chacune de ces situations, il existe une conduite, conforme à la justice, qui permet de rendre à chacun ce qui lui revient. Tel est le contenu premier du droit naturel. Ces principes sont ensuite exprimés et développés dans les lois civiles. Avec le livre I, se trouve donc affirmée de façon explicite l'existence d'une loi naturelle, origine et fondement des lois civiles ; de plus, le droit naturel reçoit un contenu qui n'est pas seulement moral mais juridique. Dans ce traité complexe et difficile, Cicéron développe et enrichit les thèmes brièvement esquissés dans le livre III du De re publica, l'usage de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, professeur agrégé à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  TRAITÉ DES LOIS, Cicéron  » est également traité dans :

CICÉRON (106-43 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL, 
  • Claude NICOLET
  •  • 5 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le théoricien politique »  : […] Dans l'histoire de la pensée européenne, l'œuvre de Cicéron revêt une importance considérable dans la mesure où il fut le premier homme d'État à tenter de concilier les exigences de la pratique politique et les résultats de la spéculation philosophique. Sans doute les Grecs, et surtout Platon et Aristote, avaient-ils déjà fondé à proprement parler la philosophie politique. Mais le premier le faisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciceron/#i_32316

Voir aussi

Pour citer l’article

Michèle DUCOS, « TRAITÉ DES LOIS, Cicéron - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-lois/