TRAITÉ DE LA PEINTURE, Leon Battista AlbertiFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un traité en triptyque sur un modèle rhétorique

Le Traité de la peinture se divise en trois livres. Le premier, « tout mathématique » selon la formule de son auteur, renferme les rudiments géométriques de l'art de peindre empruntés à Euclide : points, lignes, surfaces, angles, présentés selon une complexité croissante. Le couronnement en est l'exposé d'une méthode à la fois pratique et fondée scientifiquement pour construire le tableau selon un système de perspective unique et cohérent. Cette démonstration explique l'éloge de son ami Cristoforo Landino, philosophe du cercle médicéen, Alberti étant apprécié comme « le plus extraordinaire spécialiste de la perspective depuis des siècles ». Le deuxième livre distingue les trois « parties » de la peinture : la circonscription ou dessin qui concerne les contours des corps ; la composition, principe d'assemblage et d'organisation qui associe selon une hiérarchie et une convenance mutuelle des éléments entre eux, les surfaces, les membres et les corps, le tout résultant en une « histoire » aux personnages et aux décors ordonnés dans un espace perspectif ; et enfin la « réception des lumières » qui recouvre l'étude des couleurs et du clair-obscur suggérant le relief des corps. Le troisième livre glisse de la peinture au peintre et propose les recommandations d'Alberti sur sa moralité, sa formation, ses relations nécessaires avec les doctes qui, par leur culture classique et leur réflexion sur l'homme, lui fourniront matière à ses inventions picturales. Ces trois aspects, logiquement enchaînés, sont transposés du traité de Quintilien, De Institutione oratoria (Sur la formation de l'orateur).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  TRAITÉ DE LA PEINTURE, Leon Battista Alberti  » est également traité dans :

ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

  • Écrit par 
  • Frédérique LEMERLE
  •  • 3 106 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une figure de la Renaissance italienne »  : […] Le destin de ce Toscan de souche l'amena à connaître une bonne partie de l'Italie. Second fils naturel de Lorenzo di Benedetto Alberti, patricien de Florence, et de Biancha Fieschi, Leon Battista est né le 14 février 1404 à Gênes, en Ligurie, où son père s'était réfugié après un décret de proscription rendu contre sa famille. Le jeune homme étudia dans le nord de l'Italie, à Venise, à Padoue puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-battista-alberti/#i_33185

BRUNELLESCHI FILIPPO (1377-1446)

  • Écrit par 
  • Gian-Carlo ARGAN
  •  • 2 145 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Artiste et ingénieur »  : […] Avec Masaccio et Donatello, Brunelleschi fonde un nouveau système de représentation du monde : sa conception géométrique de l'espace ( perspective) intéresse aussi la pensée et la recherche scientifique du xv e  siècle. Le relief du Sacrifice d'Isaac , composé pour le concours de 1401, révèle déjà l'attitude polémique du jeun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/filippo-brunelleschi/#i_33185

LE PRINTEMPS DE LA RENAISSANCE. LA SCULPTURE ET LES ARTS À FLORENCE 1400-1460 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 033 mots
  •  • 2 médias

En 1436, dans le prologue de son livre De pictura , qui présente de façon théorique les nouveaux principes de ce que nous appelons aujourd’hui la Renaissance, Alberti évoque le décalage entre les créations fécondes de « la valeureuse époque des Anciens » face aux arts et sciences des temps plus récents qu’il définit comme défaillants. En même temps, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-printemps-de-la-renaissance-la-sculpture-et-les-arts-a-florence-1400-1460/#i_33185

MASACCIO (1401-env. 1429)

  • Écrit par 
  • Giovanni PREVITALI
  •  • 3 290 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Florence, l'humanisme et les « hommes nouveaux » »  : […] Tommaso di Ser Giovanni di Mone Cassai, dit Masaccio, est né à Castel San Giovanni in Altura (aujourd'hui San Giovanni Valdarno, près de Florence). Il est mort à Rome à une date qui est certainement antérieure de peu à novembre 1429. Il est le célèbre auteur d'une partie des fresques de la chapelle du cardinal Brancacci dans l'église de Santa Maria del Carmine à Florence , qui sont considérées com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masaccio/#i_33185

Voir aussi

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « TRAITÉ DE LA PEINTURE, Leon Battista Alberti - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-la-peinture-leon-battista-alberti/