TRAITÉ DE L'ŒCONOMIE POLITIQUE, Antoine de MontchrestienFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'économie au service du Prince

Le Traité s'organise autour de trois grands axes analytiques : la définition de la richesse, la nécessité affirmée d'une intervention régulatrice de l'État et la théorie du commerce international.

« Il n'est de richesse que d'hommes », lançait Jean Bodin dans La République (1576). Montchrestien pousse l'argument jusqu'à inverser la relation de causalité qui, chez Aristote, donne la préséance au politique sur l'économique : la richesse du royaume dépend du volume de son activité de production et de son activité d'échange, qui dépendent à leur tour de la taille de sa population. Parmi les activités de production, l'agriculture et l'élevage sont désignées comme les premières sources de richesse, suivies des activités d'artisanat et d'industrie et, plus original pour l'époque, du commerce, chargé d'organiser l'échange et ainsi de permettre aux biens de circuler. La fonction est centrale : elle permet au commerce d'échapper au seul domaine économique. C'est par l'échange que chacun trouve son « profit particulier », c'est par « l'émulation » que les productions « peuvent monter à la perfection », que les arts sont facilités, que les travaux sont « mieux ordonnés » : en un mot, l'échange et la « concurrence d'industrie » constituent le noyau d'un lien social fondamental.

De là découlent les deux fonctions principales attribuées par Montchrestien à l'État : réglementer le commerce, dont les lois reviennent aux directeurs de la police, chargés de « donner ordre que les choses à vendre se vendent au plus juste prix » ; et réglementer l'activité de production, en incitant à la création de manufactures publiques, en contrôlant la valeur professionnelle des artisans et en édictant des normes de qualité pour les produits.

L'État apparaît ainsi comme le garant des activités d'échange, nationales et internationales. Et c'est là le troisième gra [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur du D.E.A. d'épistémologie économique

Classification


Autres références

«  TRAITÉ DE L'OECONOMIE POLITIQUE, Antoine de Montchrestien  » est également traité dans :

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du mercantilisme à la Révolution française »  : […] Désormais et pour près de trois siècles, la colonisation est liée au mercantilisme. Il faut augmenter le numéraire intérieur en achetant aussi peu que possible à l'extérieur et en favorisant les industries nationales pour développer les exportations. Des débouchés sont nécessaires. Dès lors les mercantilistes sont favorables à l'expansion coloniale. On ne renonce pas aux motivations d'hier (l'apo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_30149

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  Les réticences historiques de la France face à l'économie politique »  : […] L'économie n'a jamais vraiment connu en France le statut qu'elle a acquis dans le monde anglo-saxon, même si l'expression « économie politique » a reçu son sens moderne d'un Français, Antoine de Montchrestien. C'est, en effet, en intitulant en 1615 un texte adressé au roi Louis XIII « Traité d'économie politique » que ce gentilhomme normand à la vie tumultueuse a fait entrer l'expression dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/#i_30149

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Premières expériences »  : […] Au départ, il n'y a aucun dessein d'ensemble, et l'orientation s'explique par les changements qui sont intervenus. La paix intérieure est à peu près rétablie grâce à l'édit de Nantes en 1598, ce qui favorise la reprise de la vie économique. La fin des guerres de religion a libéré des gentilshommes avides d'aventures, de terres et de richesses. L'Espagne est affaiblie. L'Italie et le Saint Empire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/#i_30149

MONTCHRESTIEN ANTOINE DE (1576 env.-1621)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 495 mots

Fils d'un apothicaire, Montchrestien se fait connaître, dès 1596, en faisant jouer sa tragédie La Carthaginoise ou la liberté à Rouen. En 1601, il publie un livre de tragédies ( L'Écossaise ou le désastre , Les Lacènes ou la constance , David ou l'adultère , etc.). En 1605 paraît une nouvelle édition, avec u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-de-montchrestien/#i_30149

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie L. COT, « TRAITÉ DE L'ŒCONOMIE POLITIQUE, Antoine de Montchrestien - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-l-oeconomie-politique/