TRAITÉ DE L'HARMONIE RÉDUITE À SES PRINCIPES NATURELS, Jean-Philippe Rameau

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La recherche théorique au service du plaisir musical

On affirme parfois que se montrer préoccupé par les principes qui soutiennent son art est incompatible avec l’activité créatrice. Cette opinion a valu à l’œuvre de Rameau d’être traitée de « musique de géomètre », de « musique mathématique », où le cœur n’aurait aucune part. Sans doute la complexité plus grande de son art, comparé à celui de ses prédécesseurs, est-elle responsable du sentiment d’étrangeté ressenti par ses premiers auditeurs. Il est cependant peu probable que beaucoup de ceux qui trouvaient sa musique difficile se soient intéressés à ses écrits théoriques. Dans le cas contraire, ils auraient pris conscience que de nombreux passages excluaient une conception intellectualiste de la musique. Les fondements de son art, comme ceux de tout le classicisme français, sont hédonistes. L’oreille est en dernier ressort juge de ce qui plaît ou déplaît ; la raison lui est subordonnée ; sa tâche est de découvrir pourquoi le plaisir est suscité, non de décider que le plaisir doit, ou ne doit pas, être produit en conformité avec un code de règles.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « TRAITÉ DE L'HARMONIE RÉDUITE À SES PRINCIPES NATURELS, Jean-Philippe Rameau », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-l-harmonie-reduite-a-ses-principes-naturels/