TRAGI-COMÉDIE

GENRES DRAMATIQUES

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 607 mots

Dans le chapitre « Une distinction première »  : […] Cet horizon d'attente est particulièrement prégnant dans les genres dramatiques, en raison de la distinction fondatrice entre la comédie et la tragédie. Dans sa Poétique (env. 340 av. J.-C.), Aristote pose en effet une bipartition entre deux genres, selon le type d'action et de personnages qu'ils imitent. La tragédie représente en effet une action noble, où les personnages sont généralement de ha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genres-dramatiques/#i_10611

BOISROBERT FRANÇOIS DE (1592-1662)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 247 mots

Fils d'un homme de loi normand et huguenot, Boisrobert vint à Paris en 1616 et s'insinua comme poète dans les bonnes grâces de la reine mère Marie de Médicis. Il se convertit au catholicisme en 1621 et fut tonsuré en 1623. Son esprit et son effronterie lui valurent la faveur du cardinal de Richelieu, et, après avoir visité l'Angleterre (1625-1626) et Rome (1630-1631), il entra dans les ordres et r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-boisrobert/#i_10611

LA CÉLESTINE (F. de Rojas) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 920 mots

La Tragi-comédie de Calixte et Mélibée , publiée en 1502, est l'édition définitive de l'œuvre couramment appelée la Célestine , en vingt et un actes. Cinq actes avaient été ajoutés à la première édition intitulée Comédie de Calixte et Mélibée, publiée en 1499 à Burgos, qui n'en comptait que seize. À l'exception du premier acte, dont l'auteur est inconnu, l'auteur de cette œuvre exceptionnelle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-celestine-f-de-rojas/#i_10611

CÉLESTINE LA

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON, 
  • Universalis
  •  • 1 656 mots

Dans le chapitre « Les différentes versions »  : […] En 1499 paraît à Burgos la Comedia de Calisto y Melibea , drame en prose en seize actes. Calisto adore Melibea, fille de Pleberio, depuis qu'il l'a rencontrée par hasard en cherchant un faucon perdu. L'action s'ouvre sur une deuxième rencontre, où sa déclaration est repoussée avec colère. Il se laisse persuader par son valet Sempronio de faire appel à Celestina, entremetteuse et sorcière. Une intr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-celestine/#i_10611

LE CID, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 274 mots

D'abord joué en janvier 1637 sous la bannière de la tragi-comédie, Le Cid de Pierre Corneille (1606-1684) connaît immédiatement un grand succès au théâtre du Marais. La « Querelle du Cid  » s'ouvre quelques semaines après la première représentation, en avril 1637, avec les Observations sur « Le Cid » du dramaturge et académicien Georges de Scudéry (1601-1667), et se poursuit jusqu'en 1660. Corne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cid-pierre-corneille/#i_10611

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Structure »  : […] La pièce à la mode se déroule en trois étapes, ou journées, distantes chacune de plusieurs siècles ou bien d'un bref instant, selon le caprice de l'auteur. Elle se passe en des lieux divers et représente deux intrigues au moins, qui convergent au dénouement. Elle dure l'espace de trois mille vers, dont la métrique variable dépend de la nature du discours. Entre les actes, avant et après la pièce, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedia-espagne/#i_10611

COMÉDIE DE CAPE ET D'ÉPÉE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 362 mots

Genre dramatique fidèlement adapté de la comedia de capa y espada espagnole qui a connu, de 1640 environ à 1656, une grande vogue en France. Les auteurs français — d'Ouville, l'initiateur du genre ( L'Esprit folet , La Dame suivante ), Scarron ( Jodelet ou le Valet maître , Le Gardien de soy-mesme ), Thomas Corneille ( L'Amour à la mode , Le Geolier de soy-mesme ), Boisrobert ( La Jalouse d'elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-de-cape-et-d-epee/#i_10611

LE CONTE D'HIVER, William Shakespeare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 1 244 mots

Le Conte d'hiver , qui compte parmi les quatre dernières pièces de William Shakespeare (1564-1616), appartient au genre hybride des « romances », ou tragi-comédies romanesques, au même titre que La Tempête . Joué en 1611, il est publié pour la première fois en 1623 dans les œuvres complètes (posthumes) de Shakespeare. Son titre évoque les histoires merveilleuses qu'on racontait durant les veillées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-conte-d-hiver/#i_10611

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « Corneille et le genre tragique »  : […] Corneille était certainement convaincu de l'excellence de la tragédie régulière ; son théâtre a marqué un moment dans le triomphe progressif des règles. On n'en trouve pas moins chez lui, de façon latente, une résistance à la régularisation du poème tragique. Il hésitait, à ses débuts, entre le goût moderne et la discipline des doctes. Le Cid est une tragi-comédie médiocrement régulière ; mais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-corneille/#i_10611

DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une comédie qui sent le soufre »  : […] Tragi-comédie en cinq actes et en prose, comédie de cape et d'épée, comédie burlesque, parcours dans une île (la Sicile), Dom Juan représente l'histoire d'un fuyard et d'un séducteur qui ne croit rien sinon que « deux et deux font quatre ». « Grand seigneur méchant homme », ce jeune homme à peine marié transgresse le sacrement qu'il vient de recevoir pour fuir Elvire, sa femme, et courir d'autres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan-moliere/#i_10611

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le drame jacobéen »  : […] Si, comme on vient de le voir, la comédie se voue, plutôt qu'à la liesse et au rire joyeux, assez férocement à la satire et au sarcasme contre une société de transition à laquelle ses conquêtes n'épargnent ni le vice ni le désarroi, la tragédie, qui se nourrit de désespoir et de mort, malgré les aspirations de ses héros à se surpasser, offre un cruel tableau des doutes, des passions et des imperf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_10611

GARNIER ROBERT (1544-1590)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 574 mots

Poète et dramaturge français. Originaire du Maine, après avoir étudié le droit à Toulouse, Robert Garnier est en 1567 avocat au parlement de Paris, conseiller au présidial du Mans en 1569 et lieutenant criminel du Maine en 1574. Conseiller du roi Henri II avant de passer à la Ligue, il trépassa en pleine guerre civile. Bien que, dès 1566, il ait été lauréat aux Jeux floraux de Toulouse pour des P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-garnier/#i_10611

GUARINI GIOVAN BATTISTA (1538-1612)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 430 mots

Jusqu'en 1583 la carrière de courtisan de Giovan Battista Guarini se déroule à la cour de Ferrare, sa ville natale, auprès des ducs d'Este qui lui confient un enseignement de rhétorique et plusieurs missions diplomatiques à Rome, à Turin et en Pologne. C'est également à Ferrare qu'il se lie au Tasse, ami et rival dans la course aux faveurs du Prince. Un différend avec le duc Alfonso II le pousse e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovan-battista-guarini/#i_10611

L'ILLUSION COMIQUE, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 517 mots

Dans le chapitre « L'« étrange monstre », ou les aventures de Clindor »  : […] À la fois « caprice » et « galanterie extravagante », de l'aveu même de Corneille, la pièce fonctionne sur plusieurs niveaux et détermine ainsi la représentation du « théâtre dans le théâtre ». Premier acte, premier lieu, premiers personnages : une grotte de magicien tourangeau, perdue dans la campagne, à la fois mystérieuse et tournant en parodie des grottes baroques propres au théâtre du temps. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-illusion-comique/#i_10611

LA CALPRENÈDE GAUTIER DE COSTES sieur de (1609-1663)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 302 mots

Originaire sinon de Gascogne, comme sa fierté l'aurait aimé et comme le veut la tradition, du moins des environs de Sarlat, La Calprenède entre dans la carrière des armes et ne l'abandonnera pas en abordant le théâtre en 1635. Il compose neuf tragédies (dont La Mort de Mithridate ) ou tragi-comédies ; trois de ces pièces tirent leur sujet de l'histoire anglaise ( Jeanne, reine d'Angleterre , Le C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gautier-de-la-calprenede/#i_10611

LA FAILLE DU TEMPS (J. Winterson) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 1 013 mots

Dans le chapitre « Entre hommage et innovation »  : […] La « reprise » de Jeanette Winterson s’ouvre sur une synthèse de la pièce de Shakespeare (« L’original ») avant de proposer trois actes fréquemment ponctués de dialogues et séparés par deux brefs entractes. Le royaume de Sicile du texte original est ici transplanté dans le Londres de la haute finance où Leo Kaiser, mari cupide, jaloux de son épouse et de son ami d’enfance, Xeno, ordonne l’abandon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-faille-du-temps/#i_10611

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La tragi-comédie »  : […] Reste que le genre dramatique le plus célébré et aimé durant ce premier tiers du siècle, c’est la tragi-comédie. D’esprit romanesque, pittoresque et ornementé, libre de régulations, ce genre aux frontières floues, inspiré de la dramaturgie soutenue à l’espagnole, met en scène le plus souvent, avec force déguisements, masques et confusions d’identité, les amours mouvementées de princes et de grand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_10611

LOPE DE VEGA CARPIO FELIX (1562-1635)

  • Écrit par 
  • Bernard GILLE
  •  • 1 992 mots

Dans le chapitre « La comedia »  : […] Mille cinq cents pièces religieuses et profanes, au dire de l'auteur, dont moins de cinq cents nous sont parvenues. Un tel nombre conduit d'ordinaire à faire des considérations qualitatives ou des classements assez problématiques. Plutôt que de privilégier quelques titres, élevés au rang de chefs-d'œuvre, il faut saisir dans sa totalité ce théâtre où la personnalité déterminante de son plus éminen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-lope-de-vega-carpio/#i_10611

LA TEMPÊTE, William Shakespeare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 1 063 mots

Comptant parmi les dernières pièces de William Shakespeare (1564-1616), La Tempête , qui fut jouée pour la première fois en 1611, est une tragi-comédie romanesque, comme Pericles (1609) ou Le Conte d'hiver (1623). Ce genre dramatique est caractérisé par un dénouement heureux succédant à des événements dramatiques, et accorde au surnaturel une place non négligeable. Il s'agit d'une pièce énigmati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tempete/#i_10611

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse et évolution »  : […] Quand l'essentiel du théâtre sérieux était représenté en France par les mystères et les moralités, le terme même de tragédie n'évoquait pas autre chose que le récit, sous quelque forme littéraire que ce fût, d' histoires tragiques , consacrées au meurtre, au viol, aux horreurs de la guerre. La tragédie française est née vers 1550 de la conjonction de plusieurs influences : théâtre scolaire néo-la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_10611

QUINAULT PHILIPPE (1635-1688)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 521 mots

Dramaturge, librettiste et poète français. Bien que Quinault soit fils d'un boulanger, Tristan l'Hermite le prend sous sa protection et l'introduit à l'hôtel de Guise. Il débute très tôt au théâtre avec une comédie fort bien enlevée, Les Rivales (1655), qui obtient un triomphe. C'est le début d'une carrière exceptionnelle durant laquelle il ne connaîtra que le succès. Très attentif à l'évolution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-quinault/#i_10611

ROTROU JEAN DE (1609-1650)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 511 mots

Le plus important, après Corneille, des dramaturges français dans les années qui précèdent 1650. Bien qu'il ait été victime d'une épidémie de fièvre pourprée alors qu'il avait à peine plus de quarante ans, il a écrit une cinquantaine de pièces dont trente-cinq ont été conservées. Cette abondance s'explique sans doute par sa précocité (à vingt ans, il fait jouer sa première pièce, L'Hypocondriaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-rotrou/#i_10611

SCHELANDRE JEAN DE (1584-1635)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 423 mots

Poète et dramaturge français. Né d'une famille de noblesse militaire et calviniste, Schelandre fait ses premières armes en Hollande, en même temps qu'il compose ses premiers vers (en particulier des pièces célébrant Maurice de Nassau). Il consacre des loisirs forcés (notamment à Avignon) à la littérature et devient poète de salon et de circonstance. En 1608, il est en Angleterre : il y dédie à Jac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-schelandre/#i_10611

SCUDÉRY GEORGES DE (1601-1667)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 642 mots

Il n'est pas seulement le frère (et le collaborateur) de Madeleine, ou le matamore des lettres qu'on s'est plu à ridiculiser : c'est aussi un poète et un dramaturge apprécié de ses contemporains. Il quitte en 1630 une carrière militaire illustrée par cette retraite au pas de Suse qu'il vantera toute sa vie comme un exploit (sans être d'ailleurs, semble-t-il, démenti à l'époque), pour se fixer à Pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-de-scudery/#i_10611

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « Le classicisme français »  : […] Le classicisme apparaît, à sa date, comme un réveil tardif de la poussée vitale qui avait produit la comedia , la commedia dell'arte et le drame élisabéthain. Seulement, au baroque triomphant dans ces trois écoles il oppose un parti pris de stricte économie des moyens. Si cette volonté n'a pas été stérilisante, c'est principalement grâce à l'étonnante conjonction, en un demi-siècle, de trois des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_10611

UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 516 mots

Observées dans certaines tragédies du xvi e  siècle, les unités d'action, de temps et de lieu sont posées comme règle par Jean de La Taille (1572), sous l'influence de la Poétique de Castelvetro (1570), qui emprunte les deux premières à Aristote. Mais le théâtre baroque fait triompher l'irrégularité dans la tragi-comédie, la pastorale et même la tragédie. En 1629-1630, Jean Mairet, imitant les pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-des-trois-unites-histoire-litteraire/#i_10611

VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 187 mots

Dans le chapitre « Comédies et tragi-comédies »  : […] Ces œuvres correspondent à la seconde période du cycle dramatique de Vicente. Une imagination romanesque exubérante, portée à la fantasmagorie, se donne libre cours dans la Comedia de Rubena (1521), comédie de magie en trois actes et un introito ou argument. La charmante et malicieuse Comedia do viúvo (1514), plus psychologique, met en scène un galant, dom Rosvel Tenorí, « prince déguisé », éga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gil-vicente/#i_10611