TOTALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vérité est la totalité

L'être ne peut être vrai que s'il est totalité. Le vrai doit comprendre jusqu'aux erreurs qui, exclues, seraient « ailleurs » et réduiraient la totalité à une partie, c'est-à-dire à une abstraction. Contrairement à la conception criticiste du savoir, la pensée vraie est rupture avec l'immédiat du donné, avec l'intuitif. Celui-ci, toujours circonscrit dans ses « vues » (fussent-elles mises ensemble comme se l'imagine une philosophie positiviste qui se veut résultat des sciences), est exclusif, partiel et dépend des « points de vues ». Le vrai ou l'absolu, où se montre, comme le dirait Platon, « le soleil en son séjour » (et non seulement en ses reflets), ne peut être que pensé sans résulter d'une synthèse parcourant les éléments d'une série donnée. La pensée pensant l'être dans sa totalité n'est pas un regard placé en face de l'être. La représentation, où l'être se donne à une pensée encore séparée de lui, n'est que l'être encore à l'état d'indétermination ou une pensée encore insuffisamment pensante.

La vraie fonction de la pensée totalisante ne consiste pas à regarder l'être, mais à le déterminer en l'organisant. D'où l'idée de la dimension temporelle ou historique de la totalité : l'histoire n'étant pas un élément quelconque à totaliser, mais la totalisation elle-même. Les erreurs sont vérité dans la mesure où, à une époque historique donnée, elles expriment le réel encore partiel, mais en train d'aller vers son achèvement. Leur caractère partiel même appelle leur rejet, leur négation, qui, dans le concret, se produit par l'action des hommes raisonnables, c'est-à-dire guidés par l'universel, transformant la nature en culture ou dégageant la raison de l'immédiat du donné. Il y a là progression vers le tout, mouvement même de l'histoire ou mouvement dialectique de la pensée.

Et la vérité dépassée et sa négation sont « déterminantes » p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOTALITÉ  » est également traité dans :

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le réel n'est plus le rationnel : la fin des grands systèmes »  : […] L'énoncé de cette interrogation n'implique nullement de la part d'Adorno l'affirmation d'une philosophia perennis qui trouverait dans son statut de « reine des disciplines », ou dans la tradition, les fondements de sa permanence. Bien plutôt, Adorno part d'une antinomie qui installe la réflexion dans une tension insurmontable. Il convient de penser ensemble la liquidation de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-wiesengrund-adorno/#i_446

ANAXAGORE (env. 500-428 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Fernando GIL, 
  • Pierre-Maxime SCHUHL
  •  • 1 867 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une philosophie « systémique » de l'un et du multiple »  : […] Dans le jeu entre l'un et le multiple, au cœur de la pensée préaristotélicienne, Anaxagore annonce une philosophie « systémique » qui trouvera son aboutissement chez les stoïciens ( systema est un terme technique stoïcien). Aristote range Anaxagore et Empédocle parmi « ceux qui posent l'unité et la multiplicité ( hen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anaxagore/#i_446

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

En ouvrant la conclusion totale du Système de politique positive , Auguste Comte distingue dans sa vie intellectuelle deux carrières. Dans la première, qui correspond à peu près à l'élaboration du Cours de philosophie positive , il s'est efforcé de transformer la science en philosophie. Dans la seconde, il a travaillé à transformer la philosophie en rel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-comte/#i_446

CRÉATION - La création dans les synthèses philosophico-religieuses

  • Écrit par 
  • Stanislas BRETON
  •  • 4 051 mots

Dans le chapitre « Le terme »  : […] Si l'on conçoit le néant non plus en référence à une pseudo-matière, mais comme le degré zéro en fonction duquel se constitue l'étagement progressif des niveaux d'être, on fera de l' univers en la hiérarchie de ses perfections, le terme immédiat de l'action créatrice. Si, au lieu des niveaux, on pense plus concrètement l'ensemble ordonné des êtres qui remplissent cet interval […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-la-creation-dans-les-syntheses-philosophico-religieuses/#i_446

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 039 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La catégorie de totalité »  : […] Toutes ces difficultés renvoient finalement à la catégorie de totalité , et la présupposent : en elle se joue le problème de la dialectique. C'est en effet à ce niveau que sont déterminés le contenu et la forme du procès dialectique. Si celui-ci opère sur une totalité déjà unifiée, il travaille à faire reconnaître un ordre donné, dont il est la réflexion : alors la dialectiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialectique/#i_446

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 074 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme totalité interne »  : […] Chronos , le temps de la mesure, renvoie, selon la Logique du sens de Gilles Deleuze, à la succession incessante des instants. Une œuvre musicale peut être jouée ou écoutée comme un pur défilé de sonorités : quand le montage ne parvient pas à « prendre », ce qui advient demeure indifférent. Au temps « pulsé » de la simple chronologie, Deleuze oppose le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-l-experience-esthetique/#i_446

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le concept d'ensemble chez Edmund Husserl »  : […] Il faut souligner enfin la contribution de Husserl lui-même à l'élaboration du concept de forme. Sa réflexion part de l'idée que le concept de nombre a pour origine celui de multiplicité. Du point de vue psychologique, la multiplicité résulte de ce que Husserl appelle une association collective . Dans sa dissertation doctorale Über den Begriff der Zahl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/#i_446

INDIVIDU

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 4 626 mots

Dans le chapitre « La qualification de la matière »  : […] L'individualité prend place à l'intérieur de la dialectique de la nature qui est exposée dans le Précis de l'encyclopédie des sciences philosophiques . Ce Précis , plan d'ensemble de la progression hégélienne, se déroule selon les normes successives de la logique, de la nature et enfin de l'esprit. L'individualité se situe dans le deuxième moment, celui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu/#i_446

INDIVIDUALISME ET HOLISME

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 1 278 mots

L'histoire des sciences sociales est souvent présentée selon l'opposition entre deux traditions : la première considère que les phénomènes sociaux ont une nature qui leur serait propre, indépendamment des consciences et des volontés individuelles (le holisme, du grec holos , le « tout ») ; la seconde considère au contraire que ceux-ci résultent de l'agrégation et de la combi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individualisme-et-holisme/#i_446

INFINI RÉGRESSION À L'

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 838 mots

Parce qu'expliquer c'est remonter du présent à ce qui l'a précédé, du composé au simple, la régression à l'infini est un procédé logique qui tente de rencontrer une limite ou un terme premier ne dépendant plus d'aucune condition. L'impossibilité d'accomplir ainsi la régression, s'agissant d'un tout infini, est un argument sceptique, tandis que des dogmatistes assurent l'intelligibilité de l'univer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regression-a-l-infini/#i_446

JUNG CARL GUSTAV (1875-1961)

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 5 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Individuation et totalité »  : […] Ce monde renouvelé est l'aboutissement de ce que Jung a dénommé le processus d'individuation . Il explique ce terme par le fait que, tant que l'être n'a pas réalisé la venue à la conscience et l'intégration des contenus archétypiques de l'inconscient, ceux-ci sont projetés, de façon positive ou négative selon le cas, dans des figures extérieures, si bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-gustav-jung/#i_446

LUKÁCS GYÖRGY (1885-1971)

  • Écrit par 
  • Lucien GOLDMANN
  •  • 3 544 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La totalité et l'identité du sujet et de l'objet »  : […] Sur le plan méthodologique, il met en lumière l'importance de l'idée de totalité et d'identité du sujet et de l'objet pour toute étude scientifique et positive des faits humains, et à partir de là, le caractère inacceptable de toute alternative radicale (déterminisme-liberté ; idéalisme-matérialisme ; théorie-praxis ; synchronie-diachronie, etc.) et notamment de celle qui constitue l'une des illus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gyorgy-lukacs/#i_446

MICROCOSME ET MACROCOSME

  • Écrit par 
  • Hélène VÉDRINE
  •  • 4 258 mots
  •  • 1 média

La théorie selon laquelle tout se répond dans l' univers fait correspondre à la totalité (macrocosme) une infinité de « modèles réduits » (microcosmes) qui imitent d'une manière plus ou moins parfaite la richesse du cosmos. Ce thème est développé, selon des modes variés, dans les conceptions du monde qui estiment que « tout est dans tout ». Souvent il s'allie à un animisme radical qui exclut tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcosme-et-macrocosme/#i_446

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perspective épistémologique »  : […] L'usage des modèles, qui sont élaborés naturellement pour les besoins des différentes sciences, pose des problèmes étendus à la logique et à l'épistémologie. La logique est concernée en ce que les modèles donnent matière à l'étude sémantique, qui s'intéresse aux rapports des signes avec la réalité, et à l'étude pragmatique, qui reconnaît les motifs du choix des langages obéissant à des raisons d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_446

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 471 mots

Dans le chapitre « Les philosophies de la différence »  : […] On observera que ces ontologies, volontairement antilogiques, sont aussi discoureuses, sinon plus (et souvent moins fermement discursives) que les vieilles métaphysiques ; mais cela est à peine une faiblesse : toute analyse allonge et dilue la parole, le verbe spontanés. On observera aussi qu'elles invoquent la logique et qu'elles convoquent la science pour ruiner les prétentions du moi, puisqu'el […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/#i_446

MONDE

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 5 934 mots

Le terme de monde est utilisé dans des contextes très divers pour indiquer, d'une manière ou de l'autre, une totalité d'appartenance. Ainsi on parle du « monde grec » ou du « monde de la Renaissance », pour désigner des ensembles culturels spécifiques, situés dans notre passé historique et auxquels nous avons accès à travers un certain nombre d'œuvres qui sont venues jusqu'à nous. C'est en un sens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monde/#i_446

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « L'autosuffisance du monde »  : […] Une telle doctrine a plus de force que celle de Bruno, en raison d'une meilleure organisation logique des concepts et en raison d'une pureté rationnelle plus parfaite. Spinoza, par exemple, n'aurait jamais accordé, comme Bruno, que la magie pût avoir une vérité, ou qu'il soit possible de parler d'une surnature. C'est en toute rigueur que le Dieu de Spinoza, comme Substance, doit être identifié à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_446

RÉDUCTIONNISME & HOLISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 924 mots

Doctrine de la matière, dont le but est d'expliquer le principe qui produit les choses, le matérialisme est une doctrine de l'unité, qui prétend rendre compte de la variété et de la diversité, en plaçant cette unité dans une substance, dont toutes les formes et propriétés susceptibles de se rencontrer sont des transformations. Cela se manifeste, dès l'origine, chez les premiers penseurs antésocra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reductionnisme-et-holisme/#i_446

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire et intersubjectivité »  : […] Cette morale ne fut jamais achevée (nous disposons à présent de son ébauche, un volumineux ensemble de notes, publié à titre posthume sous l'intitulé Cahiers pour une morale ) . Si Sartre abandonna ce projet, c'est, dit-il, du fait d'avoir pris conscience, progressivement, que la façon dont il envisageait jusqu'alors la liberté était trop idéale et désin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_446

SCIENCES HUMAINES

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 244 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Histoire de la terminologie »  : […] Quelques remarques historiques pourront aider à mieux comprendre les hésitations du vocabulaire. L'« étude de l'homme » est une expression qu'utilisent les humanistes et que l'on retrouve chez Pascal. Bien qu'elles s'intéressent surtout à l'histoire des mœurs et des idées, les conceptions humanistes se caractérisent par un éclectisme universel, par une curiosité qui s'étend à tout ce qui est humai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-humaines/#i_446

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Les hommes vivent en société. Or, lorsqu'il s'agit de le définir, cet espace familier, dans lequel s'inscrivent toutes leurs pratiques – individuelles ou collectives –, et toutes leurs représentations, révèle une opacité inattendue. L'analyse sociologique construit des niveaux de réalité sociale, des systèmes de relations : ordre du politique, de l'économique, du religieux ou, plus généralement, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe/#i_446

TOTALITÉ ET INFINI, Emmanuel Lévinas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 711 mots

Dans le chapitre « La totalité contestée »  : […] Pour Lévinas toute la philosophie occidentale, « de l'Ionie à Iéna » (F. Rosenzweig), repose sur le présupposé d'un acheminement vers une totalité dont le système hégélien marquera l'aboutissement. Totalité qui est toujours issue d'un mouvement violent de réduction de l'Autre au Même. Un tel mouvement, Lévinas le dénomme « guerre ». « Dure leçon des choses, la guerre se produit comme l'expérience […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalite-et-infini/#i_446

UN PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 3 714 mots

« Comment faire pour que le Tout soit un et que chaque être soit un en soi-même ? » Cette antique formule orphique contient le problème essentiel de la philosophie. Celle-ci est divisée entre deux exigences antithétiques, celle de l'unité et celle de la diversité, qu'il est aussi impossible de refuser que de réaliser isolément. Pensée, langage, réalité sont nécessairement des combinaisons d'un et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-un/#i_446

VERTICAL & HORIZONTAL

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 299 mots

La croisée d'un axe vertical et d'un axe horizontal constitue l'épure symbolique de l'expérience humaine. La croix est l'archétype du partage. Aussi la retrouve-t-on investie dans les valeurs de justice, de connaissance et d'éthique. C'est elle qui articule les schèmes cognitifs ou symboliques de partition, répartition, position, opposition. Elle détermine un partage ontologique de l'être entre l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertical-et-horizontal/#i_446

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuel LÉVINAS, « TOTALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalite/