TOTALITARISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du phénomène au concept

Il faut imputer à la Première Guerre mondiale l'origine du phénomène. Les ruptures dues à la violence et au caractère « total » du conflit militaire, le génocide des Arméniens, l'irruption des masses dans la politique et la polarisation radicale qui s'ensuit déstabilisent profondément les sociétés européennes. En Russie, en Italie et en Allemagne, des partis de masse aux programmes inconciliables avec le libéralisme prennent le pouvoir. Ce dernier caractère les rapproche, même si leurs objectifs sont opposés : révolution socialiste dans un cas, portée par le mouvement ouvrier, contre-révolutions au caractère plus ou moins antisémite et racial dans l'autre, qui veut au contraire prévenir la montée ouvrière et remettre en cause les acquis démocratiques des Lumières. C'est au fascisme qu'est d'abord attribué, dès 1923, le qualificatif de « totalitaire » par ses opposants qui voient en lui une forme moderne de tyrannie. Or le terme fait presque immédiatement l'objet d'une appropriation par Mussolini lui-même, puis par le philosophe officiel Giovanni Gentile, pour définir le nouveau rapport entre État, société et individu, et souligner la « féroce volonté » du régime de tout soumettre au pouvoir de l'État. En Allemagne, où s'élabore une conception de l'« État total » (Carl Schmitt), les dirigeants nazis réfutent en revanche une désignation non fondée sur la référence au peuple et à la race.

Dans les années 1930, le concept prend peu à peu forme. On en trouve les prémices chez le philosophe allemand Herbert Marcuse qui parle du national-socialisme comme d'un État total autoritaire. Ou encore chez Victor Serge qui, dans une lettre de 1933, parvient à la conclusion que l'U.R.S.S. est un « État totalitaire, castocratique, absolu, grisé de puissance, pour lequel l'homme ne compte pas ». C'est dans les «  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOTALITARISME  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Adhésion et résistance au nazisme »  : […] À l'égard d'un régime totalitaire où un seul parti est autorisé – tous les autres se sont dissous ou ont été supprimés en 1933 – il ne peut exister, semble-t-il, qu'une adhésion ou une opposition totales. En fait, la question est plus complexe et les difficultés en sont apparues après 1945 lorsque les occupants, puis les Allemands eux-mêmes, s'attelèrent à la « dénazification ». Si l'on admet que […] Lire la suite

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 031 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'inspiration nazie »  : […] À cette conception chrétienne et paternaliste de la séparation des races, appelée parfois « apartheid honorable » ( eerbare apartheid ), s'est surimposée, à partir des années 1930, une philosophie politique autoritaire, exclusive et agressive, directement inspirée du nazisme. La presse nationaliste (notamment Die Transvaler , dont le rédacteur en chef est en 1940 le futur Premier ministre Verwoerd […] Lire la suite

ARENDT HANNAH (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Il importe d'être pleinement présent » »  : […] À partir de 1924, Hannah Arendt étudie la philosophie, la théologie et la philologie classique aux universités de Margbourg, Fribourg et Heidelberg. Elle est l'élève des plus grands maîtres de l'époque : Rudolf Bultmann, Edmund Husserl, Martin Heidegger – avec qui elle aura une liaison – et Karl Jaspers, sous la direction duquel elle soutient son doctorat sur Le Concept d'amour chez saint Augusti […] Lire la suite

L'ÉTAT DE SIÈGE (mise en scène E. Demarcy-Mota)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une fable politique »  : […] L’action de L’ É tat de siège se situe à Cadix, à une période indéterminée. Un phénomène cosmique annonce l’arrivée de la Peste dans la ville, jusqu’alors paisible, un homme accompagné de sa secrétaire, la Mort, qui s’est substitué au gouverneur en place en arrachant l’accord officiel de ce dernier. Le nouveau régime applique une réglementation arbitraire et absurde, multipliant les interdictions […] Lire la suite

COCHIN AUGUSTIN (1876-1916)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 109 mots

Après de solides études en lettres et en philosophie, et un brillant passage à l'École des chartes (il y entre et en sort premier), Augustin Cochin s'est, de bonne heure, intéressé à un événement fondateur — la Révolution française — que le legs d'une culture familiale, chrétienne et nationale a conduit à examiner d'une façon originale. Tandis que l'histoire de défense républicaine, dominée par Al […] Lire la suite

CONQUEST ROBERT (1917-2015)

  • Écrit par 
  • Alexandre SUMPF
  •  • 995 mots

Conservateur assumé et anticommuniste notoire, l’historien britannique Robert Conquest a inlassablement dénoncé pendant cinquante ans la nature violente du régime soviétique. Si ceux qui le voulaient étaient informés depuis les écrits des déçus exilés Boris Souvarine ou Victor Serge dans les années 1930, sans oublier Trotski ou l’affaire Kravtchenko en 1946-1950, Robert Conquest a le premier démo […] Lire la suite

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

Dans le chapitre « Consensus et démocratie »  : […] Dans la société démocratique moderne, le besoin d'un consensus est ressenti plus fortement que dans n'importe quel autre type d'organisation sociale, précisément parce qu'une telle société entretient un rapport paradoxal avec ce problème fondamental. Elle repose effectivement sur le principe de l'individualisme et la représentation qu'elle a d'elle-même est celle d'une association entre sujets or […] Lire la suite

CORÉE DU NORD

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jin-Mieung LI
  • , Universalis
  •  • 8 956 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Économie et société »  : […] L'économie nord-coréenne est fondée sur la nationalisation et la collectivisation à 100 p. 100, achevées en 1958. Elle est centralisée, planifiée et dirigée par le Parti du travail. Dans ce « paradis socialiste », l'individu est pris en charge par l'État, de la naissance à la mort. La scolarisation et les soins médicaux sont gratuits ; il n'y a pas d'impôt. L'habillement et l'alimentation sont ra […] Lire la suite

FANATISME

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 351 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fanatisme et esprit religieux »  : […] Outre qu'elle s'accorde avec le sens originel du mot, l'idée qu'il n'y a de fanatisme que religieux trouverait aisément à se confirmer dans le fait que la religion est partout présente où règne le pouvoir de l'esprit sur le corps et l'autorité d'un homme sur ses semblables. Tant que les hommes, persuadés de leur impuissance native, persisteront à s'agenouiller à la promesse d'un réconfort que leur […] Lire la suite

FASCISME

  • Écrit par 
  • Raoul GIRARDET
  • , Universalis
  •  • 3 104 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les structures d'organisation »  : […] Les mouvements fascistes présentent des caractères originaux, nettement différenciés par rapport aux partis politiques traditionnels liés au fonctionnement normal des régimes de démocratie parlementaire. Il s'agit de partis fortement centralisés, dotés d'une structure très hiérarchisée et où toute l'autorité, toutes les responsabilités émanent d'un chef unique. Ce sont aussi des partis militarisés […] Lire la suite

GLUCKSMANN ANDRÉ (1937-2015)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 834 mots
  •  • 1 média

Figure de la « nouvelle philosophie » dans les années 1970, profondément marqué par la lecture de Soljenitsyne, André Glucksmann fit siens les combats contre les totalitarismes . Né le 19 juin 1937 à Boulogne-Billancourt, André Glucksmann baigne dans la culture de la Mitteleuropa. Rubin et Martha, ses parents, juifs autrichiens, sont des militants sionistes de gauche devenus communistes et qui on […] Lire la suite

GUINÉE

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Bernard CHARLES, 
  • Agnès LAINÉ
  • , Universalis
  •  • 19 483 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Idéologie totalitaire »  : […] Totalitaire, l'idéologie concerne toute la société dans ses groupes et ses classes, chaque individu dans toutes ses activités. Elle est sans cesse rappelée et développée à travers les émissions de radio et les nombreux rapports, discours, écrits de Sékou Touré, à l'occasion des multiples assemblées, conférences et congrès. Elle est contenue dans les trente volumes portant sa signature, références […] Lire la suite

HITLER ADOLF (1889-1945)

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 4 747 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'idéologue et le politique »  : […] À partir de 1920, la vie d'Adolf Hitler se confond avec son action politique – sa vie privée, tenue hors des projecteurs, n'eut jamais de réelle épaisseur. Le petit parti auquel il avait adhéré en septembre 1919 prit le nom, l'année suivante, de Parti ouvrier national-socialiste allemand (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei, N.S.D.A.P.). Hitler en assuma rapidement la direction et lui […] Lire la suite

LEWIN MOSHE (1921-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 358 mots

Historien spécialiste de l'Union soviétique, et plus particulièrement de l'histoire sociale du stalinisme. Né en 1921 à Vilnius (Wilno, alors en Pologne) dans une famille juive, il est sauvé par des soldats de l'Armée rouge alors que sa famille est massacrée par les nazis. Séjournant en U.R.S.S. jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il apprend à en connaître le peuple et la langue. Il s'e […] Lire la suite

MÉMOIRE COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Pierre ANSART
  •  • 1 933 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un concept interdisciplinaire »  : […] Par-delà les considérations à caractère sociologique et psychosociologique, Halbwachs soulève des questions anthropologiques relatives à l'insertion de l'homme dans la culture, aux sentiments d'identité et aux identifications, aux liens sociaux soutenus par le partage des mémoires. De plus, par ses méthodes de recherche qui ne cessent d'interroger les liens entre le social et l'individuel à traver […] Lire la suite

MIGRATIONS

  • Écrit par 
  • Paul-André ROSENTAL
  •  • 9 610 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nationalisation, racialisation et politisation des migrations »  : […] Autre innovation du xix e  siècle, alors que la religion avait été jusqu'ici le grand facteur d'intolérance et le principe de fabrication des minorités, l'appartenance nationale devient le critère majeur d'assignation des populations. Dans l'Europe centrale et orientale, la pression croissante sur les minorités ethniques provoque des flux d'émigration de refuge. Ils commencent à faire l'objet d'u […] Lire la suite

MUSSOLINI BENITO (1883-1945)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 3 761 mots
  •  • 6 médias

Ancien socialiste révolutionnaire converti au nationalisme durant la Première Guerre mondiale, Benito Mussolini est l'inventeur d'une nouvelle forme de dictature, adaptée à l'ère des masses : le totalitarisme fasciste. Devenu, après la « marche sur Rome » d'octobre 1922, le « guide » ( duce ) tout-puissant de l'Italie, il a instauré dans ce pays un régime autoritaire dont la spécificité fut d'impo […] Lire la suite

NOLTE ERNST (1923-2016)

  • Écrit par 
  • Christoph BRÜLL
  •  • 1 261 mots

Ernst Nolte est un historien et philosophe allemand, ancien professeur à l’université de Marburg et professeur émérite de l’Université libre de Berlin. Ses travaux sur la genèse des totalitarismes (fascisme, nazisme et communisme) sont à l’origine de nombreux débats sur le passé allemand et sur les idéologies du xx e  siècle. La controverse la plus importante qu’ils ont suscitée, appelée la « quer […] Lire la suite

NON-VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Jacques SEMELIN
  •  • 5 877 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'action non violente en régime non démocratique »  : […] Cet effet boomerang de la répression est beaucoup plus incertain à l'intérieur d'un régime autoritaire ou totalitaire, puisque droits politiques et libertés publiques en sont bannis. Il n'y a plus lieu de comparer l'injustice faite à certains et les droits reconnus à tous les autres, le règne de l'iniquité est total. La répression la plus dure est de règle pour tuer dans l'œuf toute tentative de r […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-29 janvier 1986 • France • Entrée des ténors politiques dans la campagne pour les élections de mars

dans le Rhône. À cette occasion, il critique « cette forme de totalitarisme microcosmique, c'est-à-dire l'union, où tout le monde doit marcher du même pas ». Le 29 également, Valéry Giscard d'Estaing, invité de L'Heure de vérité sur Antenne 2, donne son tiercé gagnant pour 1986 : « l'union de l'opposition, le respect de la Constitution et l'économie libérale ». Il propose de réunir à Clermont-Ferrand un sommet des grands leaders de l'opposition.  [...] Lire la suite

6-12 janvier 1982 • France • Impact des événements polonais sur la vie politique française

, qu'il fallait saisir l'« horrible occasion » polonaise pour « démontrer la nature véritable » du « totalitarisme » en Europe de l'Est ; Charles Fiterman, qui avait engagé la veille une polémique avec Jean Poperen, numéro deux du P.S., qui avait critiqué la position du P.C.F. sur l'affaire polonaise.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Brigitte STUDER, « TOTALITARISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalitarisme/