TORBERNITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Phosphate hydraté d'uranium, de formule chimique : CuO(UO)2(PO4)2, 12 H2O.

À l'analyse, la torbernite (ou chalcolite) apparaît composée de 7,7 p. 100 de CuO, de 57,5 p. 100 de UO3, de 14,5 p. 100 de P2O5 et de 20,3 p. 100 de H2O. L'arsenic est parfois présent comme élément accessoire isomorphe ; il en est de même du phosphore. La teneur en eau varie avec la température ambiante ; à 45 0C, le minéral perd quatre molécules d'eau et se transforme en métatorbernite.

La torbernite appartient au groupe de l'uranite, vaste ensemble de phosphates basiques hydratés, d'arséniates et de vanadates correspondant aux sels de métaux bivalents (Cu++, Ca++, Mg++, Fe++ et Mn++) avec l'ion U6+.

Elle cristallise dans le système quadratique et présente un clivage parfait. Dans la nature, on peut la rencontrer bien cristallisée, ou en plaquettes, mais le plus souvent elle apparaît sous forme de masses écailleuses de couleur verte, avec un éclat nacré sur les faces de clivage.

Ce minéral, de dureté de 2 à 2,5 et de masse volumique de 2,5 à 3,6 g/cm3, est caractérisé par une très forte radioactivité.

Au chalumeau, la torbernite fond en donnant un globule noir. Dissoute dans l'ammoniaque, elle donne une solution bleue caractéristique du cuivre.

La torbernite se forme dans la zone d'oxydation de certaines pegmatites uranifères et de gisements hydrothermaux, où elle est associée à la limonite, l'uranophane, la zeunérite, l'autunite, la malachite, l'annabergite, etc. Les gisements de ce type sont localisés au Connecticut, sur la côte nord-atlantique des États-Unis.

Dans ces pegmatites granitiques du Connecticut (zonées, sans, ou pratiquement sans, terres rares, niobium, tantale, titane, etc.), le minerai principal est l'uraninite, qu'accompagnent le zircon (var. cirtolite), plus rarement la monazite et l'allanite. Dans le nord du Portugal, entre Guarda et Sabugal (Beira), la torbernite et l'ura [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  TORBERNITE  » est également traité dans :

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Espèces secondaires »  : […] On recense de nombreuses espèces d'origine secondaire, dont les plus connues sont : –  l' olivénite Cu 2 AsO 4 (OH), fréquente en petits cristaux orthorhombiques allongés, vert olive à vert noirâtre, dans la zone d'oxydation des gîtes de cuivre à sulfoarséniures ; – la scorodite FeAsO 4 .2 H 2 O, en octaèdres orthorhombiques, surtout en croûtes, en masse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_40174

Pour citer l’article

Guy TAMAIN, « TORBERNITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/torbernite/