TŌRAH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Torah médiévale, enluminure

Torah médiévale, enluminure
Crédits : J. Asarfati/ Bridgeman Images

photographie

Maimonide

Maimonide
Crédits : Hulton Getty

photographie

Moïse propose la loi aux Israélites

Moïse propose la loi aux Israélites
Crédits : Bridgeman Images

photographie


La Tōrah à l'époque rabbinique

Le terme « Tōrah » dérive du verbe yarōh qui, à la forme du hiphil, signifie « enseigner », « instruire » : c'est en ce sens qu'il est utilisé dans le Lévitique (x, 11 et xi, 46). Il concerne d'abord l'enseignement de lois particulières (cf. Lév., vi, 7 : « Voici la Tōrah de l'holocauste »).

C'est pourquoi on trouve aussi le terme au pluriel : Tōrōth (Ex., xviii, 20 ; Prov., i, 8). Puis le terme prend un sens global et désigne l'ensemble du contenu de la révélation mosaïque (cf. Deut., i, 5 et xxiii, 4 ; Jos., i, 8 ; Mal., iii, 22). Lorsque l'on distinguera, vers 130 avant l'ère vulgaire, entre les trois parties de la Bible : Loi (Tōrah), prophètes (něvi‘im), écrits (kětūbim), le Pentateuque sera désigné par l'appellation : Hamiša Ḥūmšey Tōrah (« les cinq livres de la Tōrah »). À partir du ier siècle, le terme « Tōrah » finira par désigner l'ensemble des doctrines et des prescriptions enseignées par le judaïsme.

On admet communément que, dès les origines, la tradition orale n'a cessé d'interpréter, d'amplifier et de compléter ce que fournissaient les documents écrits. Les scribes, puis les rabbins prirent en charge cette réinterprétation permanente de la Tōrah, ce qui conduisit le judaïsme rabbinique à formuler le concept de Tōrah še‘ba ‘al pe (Loi orale), distinguée de la Tōrah še bi-kětab (Loi écrite). Le contenu de l'idée de Loi orale s'est élargi progressivement avec la consolidation du judaïsme rabbinique. Au point de départ, la Loi ne désigne que des énoncés et des précisions transmis par la tradition, en particulier des énoncés présentés comme «  Halakha » (« règle d'action ») par Moïse, à partir du Sinaï. C'est à propos de pareilles traditions que devait se déclencher le conflit entre pharisiens et sadducéens, les seconds mettant en doute l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  TORAH  » est également traité dans :

AKIVA, AKIBA ou AQIBA (50 env.-135)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 674 mots

L'un des plus grands tannaim, Akiva fut aussi sans doute le sage le plus marquant de son temps ; patriote et martyr, il exerça une influence décisive sur le développement de la halakha. Sa vie est des plus spectaculaires dans l'histoire du judaïsme rabbinique. Bien que la légende ait coloré sa biographie, il est sûr qu'il vint assez tard au savoir et fut même un ennemi virulent de l'étude et de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/akiva-akiba-aqiba/#i_9076

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Comme repère originel de l'écriture apocalyptique, il faut placer la destruction du Temple de Jérusalem en 587 avant J.-C. et l' Exil à Babylone. Occasion d'un croisement religieux et culturel aux effets imprescriptibles, l'Exil entraîna une renaissance véritable, caractérisée par le maintien de l'essentiel éthique, voire culturel, d'une religion nationale, celle de Moïse, conservée aussi pure que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-apocalyptique-et-apocryphe/#i_9076

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 682 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le prophétisme »  : […] Un esprit similaire anime la prédication des deux premiers « prophètes écrivains ». Si celle d'Amos, le Judéen (750 av. J.-C.), n'a pas de lien direct avec le Nord, où cependant il exerça sa prédication rude et populaire, au point que son influence se retrouvera seulement quelques décennies plus tard en Juda chez Isaïe et Michée ; celle d' Osée, en revanche, est profondément enracinée dans les tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-les-livres-de-la-bible/#i_9076

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources de la doctrine de l'inspiration »  : […] Dans le monde antique, oriental et grec, on croyait volontiers que des révélations divines étaient transmises aux hommes par des personnages inspirés. L'enracinement culturel le plus ancien de la doctrine, juive puis spécifiquement chrétienne, de l'Écriture, est à chercher dans cette Antiquité lointaine. L'Égypte ancienne, déjà, attribuait ses « saintes écritures » au dieu écrivain ou scribe Thot, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-inspiration-biblique/#i_9076

DEUTÉRONOME LIVRE DU

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 697 mots

Cinquième et dernier livre du Pentateuque. La Bible juive l'appelle, de ses premiers mots, Elleh haddebarim (« Voici les paroles ») ou simplement Debarim (« Paroles »). La Bible grecque, et à sa suite la Vulgate, l'intitulent « Deutéronome » ( deuteros nomos , « seconde loi ») — selon l'interprétation donnée à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-du-deuteronome/#i_9076

ESSÉNIENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 224 mots

La secte juive des esséniens, fondée vers ~ 150 et qui disparaîtra deux siècles plus tard vers 68 après J.-C., a bénéficié d'une connaissance nouvelle avec la découverte, depuis 1947, d'un nombre important de manuscrits recueillis lors des fouilles du Khirbet Qumrān, sur la rive nord-ouest de la mer Morte. Les textes ont ranimé les querelles autour d'une thèse qu'Ernest Renan avait ainsi formulée  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esseniens/#i_9076

EXODE LIVRE DE L'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 680 mots
  •  • 1 média

Deuxième livre du Pentateuque. Les juifs le désignent par ses premiers mots, Weelleh Shemot (« voici les noms »). Bien que la sortie d'Égypte ne couvre que quinze des quarante chapitres du livre, les Septante l'ont appelé Exodos (« sortie ») : terme dont la fortune sera grande dans le christianisme. Parmi les livres bibliques, l'Exode est celui dont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-l-exode/#i_9076

GAON, plur. GEONIM

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 128 mots

Le mot hébreu gaon (pluriel : geonim ) était, à l'origine, le titre porté par les chefs des académies de Sura et de Pumbedita en Babylonie. Les geonim étaient reconnus par les Juifs, de la fin du vi e  siècle au milieu du xi e  siècle, comme les plus ha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaon-geonim/#i_9076

GENÈSE LIVRE DE LA

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 596 mots
  •  • 1 média

Dans la Bible juive (texte massorétique), le Livre de la Genèse a pour titre son premier mot, Bereshit (« au commencement »). Dans la version des Septante, c'est Genesis (« origine »), terme immortalisé par sa latinisation dans la Vulgate. D'une manière large, le titre « Genèse » s'explique par le fait que le livre débute par le récit des origines du m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-la-genese/#i_9076

GENIZAH DU CAIRE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 274 mots

Le terme araméen genizah (de GNZ, « cacher », « être précieux ») désigne une salle, attenante à la synagogue, destinée à recevoir les manuscrits de la Loi devenus inutilisables par l'usure de l'âge ou la manipulation cultuelle : tenus pour sacrés, car ils contenaient le nom divin, ils ne devaient être ni détruits ni profanés. Par un extrême hasard, on découvrit, en 1896, dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genizah-du-caire/#i_9076

GUIDE DES ÉGARÉS, Moïse Maïmonide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 836 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension du secret »  : […] Modèle de l'écriture « ésotérique » (celle-là même qu'étudie Leo Strauss dans La Persécution et l'art d'écrire ), le Guide des égarés ( Dalātat al-Ha'irīn  ; en hébreu : Mōreh ha-Nebūkhim ) se protège des lecteurs indésirables par diverses techniques d'éloignement et de cryptage qui défient l'interprétation, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guide-des-egares/#i_9076

HAGGADAH

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 405 mots

La définition purement formelle de l'Haggadah — à savoir la partie de l'enseignement rabbinique ne possédant pas de caractère juridique — ne rend que très imparfaitement compte du contenu positif de cet ensemble d'enseignements, dont la matière représente un tiers du Talmud de Babylone, un sixième du Talmud de Palestine et de nombreuses œuvres entrant dans le cadre du Midrash Haggadah. C'est là qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haggadah/#i_9076

HILLEL L'ANCIEN (70 av. J.-C. env.-env. 10)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 363 mots

Le plus grand des sages de la période du second Temple (le titre « l'Ancien », en hébreu zaken , désigne une personne qui occupe une charge importante), Hillel, né en Babylonie, eut pour maîtres, à Jérusalem, Shemayah et Avtalion. Sa période d'activité en tant que nasi (président du Sanhédrin) se situe environ entre ~ 10 et 10. C'est de son époque que date la fin du rôle des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hillel-l-ancien/#i_9076

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La volonté de Dieu »  : […] C'est en fonction de cette « bonne nouvelle » qu'il faut comprendre les exigences que Jésus formule dans sa prédication. Ceux qui ont entendu l'appel, ceux qui renoncent à tout pour entrer dans le Royaume appartiennent désormais à un monde nouveau. Ils sont les enfants prodigues que le Père a recueillis dans la maison paternelle. Parce qu'ils sont pardonnés, leur vie nouvelle doit répondre à l'amo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_9076

JUDAÏSME - Les pratiques

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 4 474 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Tabernacle, Temple, synagogue »  : […] Apparue lors de la construction du tabernacle ( miškan ) dans le désert (Exode, xl ), cette « sainteté spatiale » appartient-elle vraiment à un lieu déterminé ? Pour la Mishna, chacune de ces étapes est liée à l'observance d'un précepte applicable dans le lieu précis qu'elle détermine : ainsi tire-t-on du pays d'Israël l' 'omer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-les-pratiques/#i_9076

JUDAÏSME - Les institutions

  • Écrit par 
  • Daniel J. ELAZAR
  •  • 4 227 mots

Dans le chapitre « Typologie »  : […] Les organisations ayant une base territoriale, telles que les fédérations des communautés juives des États-Unis et du Canada, les autorités locales d'Israël ou les conseils régionaux des délégués juifs en Australie, sont les plus englobantes, avec la charge qui leur incombe de régir la communauté en tant que totalité ou sous-ensemble. Les organisations idéologiques, fonctionnelles ou fondées sur c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-les-institutions/#i_9076

JUDAÏSME - L'art juif

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 6 855 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Du baroque à l'époque contemporaine : les objets rituels »  : […] La création d'objets rituels fut stimulée d'une façon générale par les autorités religieuses. Les fêtes, avec les objets qui les servent et les ornements qui les entourent, fournirent aux communautés dispersées un cadre établi en tout lieu selon les mêmes principes, pour une vie liturgique réglée selon un rythme partout identique. Dans le mobilier synagogal, le souvenir du Temple est omniprésent. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-l-art-juif/#i_9076

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Le terme kabbala , littéralement «   tradition », désignait à l'origine toute tradition doctrinale, même biblique à l'exclusion du Pentateuque, et plus particulièrement la transmission, d'abord orale, ensuite écrite, d'enseignements concernant la pratique religieuse. C'est seulement au xiii e  siècle que ce terme désigne un s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_9076

LÉVITIQUE LIVRE DU

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 578 mots

Le mot « Lévitique » est la transcription du mot latin Leviticus (Vulgate), décalque du titre grec Leviticon que la version des Septante a donné à l'ensemble des livres qu'on appelle aussi « Troisième Livre de Moïse ». Les juifs dénomment ce même livre par sa première formule, Wayyikera (« Et il appela »). L'apparition du mot s'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-du-levitique/#i_9076

MAIMONIDE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 214 mots
  •  • 1 média

Né à Cordoue, mort à Fostat (Vieux Caire), Moïse ben Maïmon, dit Maimonide, incarne trois aspects majeurs du judaïsme médiéval. Formé par son père au Talmud et aux philosophes arabes en Espagne, puis au Maroc durant les persécutions des Almohades – persécutions et conversions forcées qui anéantissent le judaïsme d'al-Andalus et d'Afrique du Nord (à l'exception de l'Égypte) –, Maimonide compile un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maimonide/#i_9076

MAIMONIDE (M.)

  • Écrit par 
  • Warren Zev HARVEY
  •  • 1 802 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la logique à la « Mishneh Tōrāh » »  : […] Maimonide , né à Cordoue, en Espagne, étudia la Bible et le Talmud avec son père, Rabbi Maimon, qui était versé dans l'exégèse rabbinique ; en même temps, il s'adonna aux études scientifiques. Après la conquête de Cordoue en 1148 par la peu tolérante dynastie des Almohades, la famille Maimon dut quitter la ville et pérégrina à travers l'Espagne, l'Afrique du Nord – vivant quelque temps à Fez –, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maimonide-m/#i_9076

MASSORE & TEXTE MASSORÉTIQUE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 800 mots

Le mot hébreu masorah , francisé en « Massore », a ses racines dans l'Ancien Testament (Nomb., xxxi , 16) avec le verbe mâsar (« transmettre » ou « enseigner »). Le sens technique de « tradition » (des Écritures) qu'il prendra chez les juifs ne paraît pas antérieur à la Mishna. La massore est en effet, d'une part, l'activité sp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/massore-et-texte-massoretique/#i_9076

MOÏSE

  • Écrit par 
  • Henri CAZELLES
  •  • 1 444 mots

Moïse doit sa célébrité aux textes de l'Ancien Testament. Il y est présenté comme le chef qui a conduit les Israélites hors d'Égypte et leur a donné leur loi, la Tōrah. Ce sont, en effet, les livres de la Tōrah (Pentateuque) qui, de l'Exode au Deutéronome, parlent le plus de Moïse. Le livre des Juges le mentionne rarement, mais il nous apprend que la famille de Moïse exerça le sacerdoce dans la t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise/#i_9076

MOÏSE BEN NAḤMAN (1194-1270)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 753 mots

Exégète, philosophe et kabbaliste, né à Gérone, Moïse ben Naḥman, plus connu sous le nom de Naḥmanide, de son nom espagnol Bonastrug de Porta, est une figure éminente de la pensée juive médiévale. D'après son disciple Salomon ben Adret, il gagnait sa vie en exerçant la médecine. Naḥmanide était le chef spirituel de la communauté juive de la Catalogne. Il était respecté même par la cour et particip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise-ben-nahman/#i_9076

NOMBRES LIVRE DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 510 mots

Quatrième livre du Pentateuque, ainsi intitulé, par les truchements successifs de la version des Septante ( Arithmoi ) et de la Vulgate ( Numeri ), à cause des nombreux recensements qu'il contient. Les juifs lui donnent comme titre son incipit, Bemiddebar (« dans le désert »). Il contient le récit des péripéties d'Israël entre les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-des-nombres/#i_9076

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'époque prémonarchique (du début du xiie siècle à la fin du xie av. J.-C.) »  : […] Si l'action des Israélites, aux xiii e - xii e  siècles, et celle des Peuples de la Mer, au début du xii e , mirent fin à la période cananéenne de la Palestine, pourtant, pendant deux siècles encore, des cités-États cananéennes contrôlèrent les va […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_9076

PENTATEUQUE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 907 mots
  •  • 1 média

Première grande section de la Bible juive selon la division traditionnelle de l'Ancien Testament (Loi, Prophètes et Écrits), le Pentateuque est aussi appelé « livre de Moïse » (Néh., xiii , 1), « loi de Moïse (II Chron., xxiii , 18) ou simplement « loi » (Néh., viii , 2) et même « Moïse » (dans l'expression : « Moïse et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pentateuque/#i_9076

PHARISIENS

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 848 mots

Le mot « pharisiens » n'est que la translitération du grec pharisaioi , lui-même décalque direct de la forme emphatique araméenne perishayyā , dérivée de l'hébreu perushīm qui, selon l'étymologie la plus probable, signifie « séparés ». L'origine du nom demeure cependant obscure et les essais pour l'expliquer sont nombreux : d'aucun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharisiens/#i_9076

PHILON D'ALEXANDRIE (20 av. J.-C. env.-45)

  • Écrit par 
  • Annie JAUBERT
  •  • 2 477 mots

Dans le chapitre « L'exégèse allégorique »  : […] Le nom de Philon est lié à l'exégèse allégorique du Pentateuque. La méthode allégorique était prônée par des écoles grecques et fut adoptée par les juifs alexandrins avant Philon, comme en témoigne la Lettre d'Aristée. L'apologétique juive s'était emparée de l'allégorie pour justifier aux yeux des Grecs l'étrangeté de certains préceptes de la Loi, tels la distinction des ani […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philon-d-alexandrie/#i_9076

RABBIN

  • Écrit par 
  • Ernest GUGENHEIM
  •  • 1 183 mots

Terme dérivé de l'araméen rabbi (« mon maître ») et désignant essentiellement le responsable religieux, le guide spirituel dans les communautés juives. L'institution du rabbinat est, pour certains, aussi vieille que le peuple juif lui-même. Moïse, déjà, reçut de Dieu l'ordre de nommer des « juges » dans chaque district, dans chaque ville, comme le dit le verset de la Torah (D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rabbin/#i_9076

RABBINISME

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 329 mots

Terme qui désigne les doctrines et en général l'activité littéraire et religieuse du judaïsme depuis la clôture du canon biblique. Le rabbinisme est né au v e  siècle avant l'ère chrétienne à la suite de la destruction du premier Temple de Jérusalem ; il est ainsi contemporain de l'institution de la synagogue. Le rabbin, docteur de la Loi, est ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rabbinisme/#i_9076

RÉVÉLATION

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 751 mots

Dans le chapitre « La révélation dans la Bible »  : […] Dans la Bible, le fait de la révélation est exprimé principalement par le verbe galah  ; et le terme gilouï désigne le « dévoilement » de ce qui était caché, l'« exil » de ce qui résidait d'abord chez soi et en soi et le « déploiement » de ce qui était initialement enveloppé sur soi. La tradition juive parlera d'un dévoilement (ou exil) de la présence : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revelation/#i_9076

SAINTETÉ

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Yves CONGAR, 
  • Louis GARDET, 
  • Françoise MALLISON
  • , Universalis
  •  • 7 167 mots

Dans le chapitre « Les Écritures juives »  : […] Les aspects dégagés par l'histoire des religions touchant le sacré (mana, tabou, numinosum selon R. Otto) se rencontrent dans la Bible : crainte du redoutable, interdiction d'approcher, vertu contagieuse des objets du culte, interdits et règles de pureté. Ce ne sont pas là les valeurs caractéristiques de l'idée biblique de sainteté, qui est marquée par la personnalité de Di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/#i_9076

SAMARITAINS

  • Écrit par 
  • Vittorio MORABITO
  •  • 1 985 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Spécificité religieuse »  : […] À la différence des autres Juifs, les Samaritains ont conservé le rôle des prêtres et du grand prêtre en tant que médiateurs entre les hommes, la nation et Dieu ainsi que les traditions relatives au Temple. Le sacerdoce de leurs familles sacerdotales est censé remonter à la haute Antiquité, à Josué et à Aaron. Les Samaritains reprochent aux Juifs d'avoir réécrit la Torah et d'avoir abandonné le ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samaritains/#i_9076

SCHISME KARAÏTE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 200 mots

Vers 762, à Bagdad, le sage juif Anan ben David fonde un courant opposé à l'autorité de la loi orale consignée dans le Talmud, les Benè - Miqra , « fils de l'Écriture » ou karaïtes, ne reconnaissent d'autorité qu'à la loi écrite, la Torah. Ses disciples et continuateurs, dont Japhet ben Ali, Juda Hadassi, Daniel al-Kumisi, font des adeptes en Iraq et en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schisme-karaite/#i_9076

SCRIBES, judaïsme

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 530 mots

Le privilège de savoir lire et écrire était, dans les civilisations de l'Orient ancien, réservé à une élite, car l'acquisition de l'instruction exigeait un apprentissage coûteux et long dans les écoles. Les scribes pouvaient être rattachés à l'administration des temples, pour rédiger ou recopier les textes religieux, ou bien à celle des maisons royales ; ils servaient, dans ce dernier cas, d'annal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scribes-judaisme/#i_9076

SEFER YESIRA

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 343 mots

Bref traité qui eut une influence considérable sur la mystique juive de toutes les époques et qui a été écrit entre le ii e et le vi e siècle, peut-être au iii e , dans un style elliptique ayant des affinités avec celui de la littérature de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefer-yesira/#i_9076

SHAVUOTH ou FÊTE DES SEMAINES ou FÊTE DES PRÉMICES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 265 mots

Fête religieuse juive d'origine païenne célébrant le début des moissons, Shavuot (ou Chavouot) – ou plus exactement Hag Shavuot , qui signifie en hébreu « fête des semaines » –, est la deuxième, avec Pessah et Sukkot, des trois fêtes qui imposaient un pèlerinage au temple de Jérusalem. Prescrite dans le Lévitique, xxiii, 15-20, la fête de Shavuot est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shavuoth-fete-des-semaines-fete-des-premices/#i_9076

SHEMA

  • Écrit par 
  • Ernest GUGENHEIM
  •  • 203 mots

Mot hébreu signifiant « écoute », par lequel commence le verset 4 du chapitre  vi du Deutéronome : « Écoute, Israël, le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est Un. » Ce verset lui-même est le premier d'un des textes les plus importants du rituel de prières juif qui porte le nom de Shema , conformément à l'usage hébraïque de désigner un livre ou un p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shema/#i_9076

SUKKOT ou FÊTE DES TABERNACLES

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 332 mots

Fête juive automnale de double action de grâces (l'une des trois fêtes de pèlerinage de la Bible), la fête des Tabernacles, des Tentes ou des Cabanes (Sukkot) commence le quinzième jour du mois de tishri (premier mois de l'année religieuse juive), cinq jours après le Yom Kippour, le jour de l'Expiation. La Bible mentionne l' Hag ha-Asif (la fête de l'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sukkot-fete-des-tabernacles/#i_9076

TALMUD

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 5 091 mots

Pour le judaïsme, l'authentique interprétation de la Bible hébraïque a été déposée dans la Tora orale, qui constitue le complément et l'achèvement incontestable de la Tora écrite. Véritable « mystère » divin, elle n'a été confiée par le Verbe qu'à la seule communauté d'Israël, puis transmise par la bouche, de maître à élève, de génération en génération. Mais, dans une saisissante vision marquée d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/talmud/#i_9076

ZOHAR LE

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 513 mots

Le plus important des ouvrages de la littérature kabbalistique, le Zohar se présente sous la forme d'une collection de livres qui incluent des énoncés midrashiques brefs, mais aussi des développements homilétiques et des discussions sur tel ou tel sujet particulier. Il ne s'agit pas d'un livre, mais plutôt d'un corpus d'œuvres qui, dans les éditions imprimées, se répartissent en cinq volumes. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-zohar/#i_9076

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « TŌRAH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/torah/